« L'Everest n'est peut-être pas si haut... | Accueil | Délocalisation Ville - Campagne »

Manuel pour cyber-commerçant autodidacte et débrouillard

Cassarpatrice1_3Par Patrice Cassard

Comme promis voici un petit résumé de mon "aventure" de créateur d'entreprise avec lafraise.com, un site de vente de T-shirt en ligne pas encore très connu, mais qui a au moins le mérite de faire vivre son créateur. Le but de ce petit mémo, est surtout de motiver d'autres personnes qui comme moi auraient le souhait de gagner leur indépendance, afin de travailler pour leur propre intérêt. Tout est possible, tout est réalisable, en voici un exemple.

J'imagine qu'il y en a des centaines d'autres tout aussi valables, donc ne vous arrêtez pas spécialement sur le concept choisi ici (par pitié). Essayez de transposez votre propre projet, posez vous les bonnes questions, (mais, surtout pas trop longtemps), et allez-y ...

Cassardpatricemaison

<p><p><p><p>Sans titre</p></p></p></p>

AU BON MOMENT :

Il me semble, que vous saurez, quand vous serez prêt à vous lancer. Ce moment vient, dans mon cas, après plusieurs micro-expériences de création, et une volonté constante, et bien au delà de la réussite des dits projets. C'est aussi la conjonction de plusieurs plusieurs points essentiels qui m'ont fait dire ... bon, la ! C'est le moment !

Ce que j'avais :

- Beaucoup de temps. (chômage ...)
- Un peu d'argent (8000 euros dans mon cas).
- Un savoir faire particulier (des sites web).
- Une grosse envie (contagieuse) que ça marche.

Ce dont je me suis passé :

- Un diplôme.
- L'accord de principe de mes proches.
- Une précédente expérience dans le domaine.
- Un business-plan écrit.

Pour vous situer dans le temps le début de l'aventure, c'était en novembre 2003, je ne savais pas encore ce que j'allais faire précisément, et rien de ce que vous avez sous les yeux maintenant (si le site, ni les produits) n'existaient encore.

LA BONNE IDEE :

Voilà, j'ai le champ libre, je sais que je vais créer quelque chose, mais quoi, ça je ne le sais pas encore. Il me faut trouver une idée. Toutes mes journées y passent durant plusieurs semaines. (au grand désespoir d'ailleurs de mes proches, épuisés par "ma grande idée, scoussicébon-jlatien" quotidienne). Du site de vente en ligne d'huile d'olive (Note pour plus tard : arrêter de regarder le Parrain, et la pub IBM avec la mamie sicilienne) à l'import massif de vélo de plage américains par containers entiers, en provenance directe de Chine ... tout y passe.

Les idées que j'avais tournaient toutes autour du commerce en ligne. Plusieurs raisons à cela : j'ai un grand appartement (province oblige), j'avais un petit capital (pour le stock initial) et surtout je n'avais besoin de personne d'autre. Je me voyais déjà ... préparer les commandes, mettre à jour le site ... et aucun des points que je pouvais imaginer, ne me semblait infaisable techniquement, ou financièrement.

Pour trouver mon produit, j'ai simplement réfléchis à l'envers ... en imposant une série de critères auxquels je souhaitais que le produit corresponde. Je vous rassure cette idée m'est simplement venue en refoulant les produits les uns après les autres, car il y avait toujours un point qui me paraissait être risqué.

Je voulais un produit :

- Attractif
- Petit et léger (pour les frais de port et le stockage).
- Impérissable.
- Sans fluctuation de prix.
- Pas cher à l'achat.
- Avec une grosse marge (pour masquer mes erreurs de gestion).
- D'approvisionnement facile.
- Avec le moins de concurrence possible.

Vous pouvez chercher ... à part le textile ... pas grand chose ne correspond à cette définition. Le produit m'est finalement apparu simplement en regardant comme tout le monde s'en doute: Thinkgeek.com, un site américain de vente de gadgets et T-shirts pour geek. Beaucoup de mes ex.collègues ou connaissances, commandaient sur ce site, et l'achat d'un T-shirt passait par le règlement de frais de port astronomiques et même dans certains (PierreRichardesque) de la taxe douanière. J'avais trouvé !!! Tout correspondait, le produit était parfait, strictement aucune concurrence (sur le sujet) en France, et en plus c'était en rapport direct avec l'informatique : royal !

UNE MISE EN PLACE ADAPTE :

1. Administratif

Vraiment pas ma spécialité, j'ai donc acheté quelques bouquins sur le sujet (les plus simples que j'ai pu trouver) et je me suis fais ma propre idée sur le statut idéal dans mon cas. J'ai opté pour une entreprise individuel : statut de commerçant au régime des micro-entreprise. En gros, un des statut les plus simple à mettre en oeuvre (1/2 heure à la chambre de commerce sur rendez-vous) et une liasse de papier à remplir (c'est quasiment gratuit). En contre partie, c'est le statut le plus risqué si vous avez des biens propres (maisons, jet privé, yachts ...) puisque "vous êtes" la société et qu'en cas de litige vos biens propres peuvent être saisis. Le régime fiscal que j'ai choisi est aussi le plus simple pour démarrer, c'est une sorte de forfait, assez avantageux, pour lequel il ne faut pas dépasser 76 000 euros de CA / an. Et ça, quand on commence, on en a pas la moindre idée.

Il s'avère dans mon cas qu'il y a des grandes chances que le dépassement intervienne dans le courant de l'année, j'ai donc pris rendez-vous récemment avec un expert comptable afin, d'une part qu'il prenne en charge la comptabilité de ma petite société, et d'autre part qu'il m'aide à changer de régime (et éventuellement de statut). J'ai attendu 6 mois, pour aller le voir, mais il est évident que son conseil est précieux pour démarrer, donc allez le voir des le départ et faites lui valider votre projet. (En plus en tant que créateur d'entreprise, des chéquiers conseil vous seront remis par la Direction Départemental du Travail au moment du dépôt de votre dossier ... autant s'en servir).

Parallèlement au dépôt de mes statuts à la chambre de commerce, j'ai déposé un dossier ACCRE à la Direction Départemental du Travail, afin de bénéficier de l'aide au jeune créateur d'entreprise que je suis. Dans mon cas : le maintien pendant 12 mois de mes droits ASSEDIC et l'exonération de charges sociales pendant la première année. (renseignez-vous, ça ne coûte rien). Le dossier a été accepté en 4 semaines, il comprenait un business plan, que j'ai rempli à la main en 1/4 heure, et qui est sensé établir ou non la viabilité de l'entreprise. (je ne suis pas certain qu'ils aient parfaitement compris le sujet des T-shirts que je voulais faire ... mais dans le doute ils ont du accepter). Soyez patient, courtois et aimable, la personne à qui vous remettez le dossier sera peut être présente au moment de la sélection.

2. Les produits

Sur ce point précis, pas la peine de trop détailler, ce sont mes produits, j'imagine (ou j'espère) que les vôtres seront différents. Quasiment l'intégralité de mon budget de départ est passé dans la fabrication de plusieurs centaines de T-shirts (mon stock initial). Trouver un bon fournisseur n'est d'ailleurs pas aussi évident qu'il y parait. J'en ai fait plusieurs, en France tout d'abord, puis en Belgique pour m'arrêter sur celui que je pense être le meilleur pour l'instant. Outre le tarif, qui n'est finalement pas le point essentiel, il faut que la qualité des produits soient homogène, que les délais soient respectés ... (et ce dernier point est, de loin, le plus dur à obtenir), bref un vrai rapport de confiance, qui ne se construit qu'avec le temps j'imagine. Pour l'instant je travaille avec 4ème dimension de Namur en Belgique.

3. La boutique

Choix essentiel, à ne pas confondre avec le paiement en ligne. D'un coté vous avez l'hébergement, et le programme qui permet de gérer l'affichage de votre boutique en ligne, les fiches produits, la gestion du stock, la base clients ... et de l'autre un module de paiement en liaison direct avec, soit une banque, soit un "tiers de confiance". La boutique et le module de paiement ne sont lié qu'en dernier lieu, et bien que certains prestataires vendent un package global, ce sont bien 2 choses totalement différentes, vous verrez pourquoi plus loin.

Le choix du logiciel permettant la gestion de la boutique elle même est très important, j'ai fait un tour complet pendant plusieurs jours de toutes les solutions que j'ai pu trouver, et 2 grands axes se dégagent :

- Soit une boutique construite autour de OScommerce (libre)
- Soit une boutique fonctionnant sur un des logiciels propriétaires du marché.

De mon coté, j'ai préféré un logiciel propriétaire pour des raisons de sécurité, de tranquillité d'esprit, et pour pouvoir me concentrer à 100% sur le produit lui même. Les 2 solutions ont bien sur des avantages (et des inconvénients), mais globalement, et surtout si vous êtes tout seul, une solution toute intégrée comme celle de Powerboutique est moins cher, et moins compliquée à mettre en oeuvre qu'Oscommerce, qui nécessitera "forcement" l'intervention d'un prestataire, à chaque nécessité de changement. Il se trouve en plus, que les gens de chez Powerboutique, sont plutôt sympa et attentifs.

Pour info, je me sers de la solution la plus complète, et je paye aux alentours de 150 euros / mois. Sorti du contexte ça peut paraître un peu cher, mais ce prix correspond au loyer et aux charges de "ma boutique" ... prenez le gratuit de votre région, et regardez les tarifs de location d'un vrai local.

Une fois la maquette graphique du site réalisée, je l'ai progressivement intégrée et mise en ligne. J'ai ajouté les produits, leur descriptif etc ... Tout était prêt, hormis un détail : le paiement n'était pas encore possible...

4. Le paiement en ligne

C'est la ou on commence à rigoler... En gros, en France, pour ouvrir un site de vente par internet, il faut subir une législation pas tout à fait adaptée à ce type de commerce. Comme rien n'existe explicitement pour la vente en ligne, les textes en vigueur sont ceux de la vente par correspondance (type La Redoute). Beaucoup de points correspondent parfaitement à l'activité, mais un, en particulier, est tout à fait ahurissant, et est malheureusement un passage quasi-obligé pour le cyber-commerçant.

Ce point noir : c'est le contrat de Vente A Distance (contrat VAD). Sans ce contrat, vous ne pouvez tout simplement pas vendre. Il vous lie logiquement à une banque, et permet de garantir une certaine tranquillité au client, puisque il est alors assuré qu'en cas de litige, il obtiendra un remboursement de la dite banque. (Et le cadre légal est drastique, et sans concessions pour le commerçant).

Le seul petit problème, c'est que ce contrat, (qui est obligatoire), et doit être forcement mis en oeuvre par une banque est tout simplement impossible à obtenir. J'ai fais les 8 principales banques de ma petite ville (St Etienne), sans résultats, avec au mieux un "on connaît, mais la direction commerciale ne souhaite les mettre en place qu'avec des commerçants déjà en place, et au pire un "c'est quoi ça ?" plutôt décourageant. Pendant la période ou je cherchais, je connais des gens dans le même cas que moi (dont l'entreprise était en fond propre, donc sans demande de prêt) à qui on a demandé un dépôt permanent sur le compte de 15 000 euros pour garantir le dit contrat ... Mention spéciale pour le Crédit Lyonnais (ma banque d'origine), qui m'a baladé de service en service, pour finalement ne jamais me rappeler après pourtant plusieurs relances. J'ai bien compris le message, je saurais m'en souvenir ...

Impossible donc pour moi d'obtenir le dit contrat, pas grave, j'ai donc ouvert un compte sans ça, dans la banque qui avait fait le maximum pour l'obtenir (et qui il me semble) avait plus ou moins compris ce que je souhaitais faire. (La BNP). Pour vous situez le niveau de prise de risque auquel sont autorisé les banquiers, mon conseiller m'a gentiment proposé au moment de l'ouverture de mon compte, de refaire une demande de contrat VAD, une fois que mon activité serait lancée ... (bien sur, et la marmotte, elle emballe le chocolat dans le papier d'alu ...)

L'alternative au contrat VAD en direct avec une banque est de passer par un Tiers de confiance, (Klik & pay dans mon cas) qui outre le fait de vous sous-louer un de ses contrat VAD déjà existant, "offre" quelques services. Comme par exemple, le calcul du risque client, en fonction de différents paramètres que je ne vais pas vous révéler ici ... bien sur. Klik & Pay encaisse pour vous les achats effectués sur le votre site, et vous reverse un montant global tous les 15 jours, minoré de leur commission. Quoiqu'il en soit et même si vous passez par une banque, cette commission existe, et elle est variable, et négociable (dans les banques). La commission prélevée par Klik & Pay est supérieure bien sure, mais le service "offert" l'ai aussi. Le fait d'être quasiment sur que la commande ne sera pas validée si la carte est frauduleuse (et non blacklistée) est un plus indéniable ! La terreur de tous les commerçants sur le net étant d'envoyer des produits et de s'apercevoir après coup que le paiement ne pourra pas se faire ... pour diverses raisons.

Mon contrat chez Klik & Pay me coûte environ 30 euros par mois, et les commissions prélevées sur chaque vente sont, au minimum d'un euros, ou alors correspondent à 3,90 % du montant de la commande.

Une fois choisi votre banque (si vous avez de la chance) ou votre tiers de confiance, il ne reste plus qu'a demander à votre prestataire de faire la jonction entre votre boutique et le terminal de paiement électronique. L'opération est réalisée en 1 ou 2 jours, et à partir de la vous pourrez (à loisir) commander vos propres produits "en live" avec votre propre carte de crédit afin de vérifier que tout fonctionne bien. Si ça marche ... vous êtes content, et vous avez raison, cependant, tout reste à faire, puisque pour l'instant vous êtes le seul client de votre toute nouvelle boutique...

5. La communication.

De mon point de vue la partie la plus facile, sans doute dois-je avoir ça dans le sang, mais je n'ai eu aucun soucis pour faire connaître un minimum le site. Bon, en réalité, le produit lui même est un vecteur de communication, c'est rigolo, et ça fait des news marrantes sur les sites un peu spécialisés. D'autre part, certaines personnes (comme Alexandre Habian de Neteconomie.com, toute la tribue MacGeneration.com, ou encore plus recement, Loic Lemeur de Typepad, m'ont aidé spontanément des le départ) soit parce que je les connaissais un peu, soit parce qu'ils ont aimé le projet. Il faut faire parler du site, et pour ça pas de mystère il faut taper à toutes les portes possibles et imaginables. N'envoyez pas de mailing, mais faites dans le "personnalisé" montrez que vous êtes clairement en train de commencer, et que vous avez besoin d'un petit coup de pouce. Si vous êtes sympa et enthousiaste il n'y a pas de raison qu'on ne vous aide pas, c'est le principe même d'internet. En résumé, se servir au maximum de son réseau, et avoir la pêche.

L'affiliation peut aussi donner des résultats satisfaisants, mais c'est particulièrement lourd à gérer. Un autre point clef est de surtout faire en sorte que le site soit le mieux référencé possible. J'ai la chance de connaître un "expert" dans ce domaine (Xavier d'Axome.com), qui a su malgré les difficultés imposées par Powerboutique, faire en sorte que lafraise.com ressorte souvent en première page des moteurs de recherche.

Un autre axe de communication s'est dégagé à mon insu (à l'insu de mon plein gré). Comme jusqu'à la création de cette boutique je n'avais tenu que des sites de contenus, je me suis dit que l'écriture de petite news allaient me manquer, et du coup, j'ai mis en place un blog (sur lequel vous êtes) afin de raconter ma petite vie d'entrepreneur. Et à ma grande surprise (et sans l'avoir réellement réfléchis), c'est ce qui à donné la dimension humaine à la boutique. Le client qui arrive sur le site, fait son tour, regarde les produits, et tombe sur le blog. La il voit que non seulement le patron est une personne bien vivante comme lui, mais qu'en plus plein de clients (ou pas) discute avec lui et on l'air plutôt satisfait des produits et du service (sinon ils le diraient). Du coup, le client se sent en confiance, et commande. D'autre part, la communauté des bloggeurs est tellement vaste, que rapidement votre initiative est reprise en lien, et commentée sur d'autres blogs, sur lesquels vos clients peuvent une fois de plus s'épancher. Si vous avez bien fait votre travail en amont (si vos produits sont bon, et que le service est impéccable, vous venez de gagner la meilleure pub qui soit : un client heureux de sa commande, qui en parle).

6. La relation client.

Pour moi, le point essentiel. Il faut que le client, (dans la mesure ou il ne vous voit pas) soit le plus en confiance possible.

Pour ce faire, je pense que la charte graphique à un rôle important, il faut qu'elle soit claire, amusante, et surtout très très propre graphiquement parlant, que chaque pixel soit à sa place. C'est l'unique lien existant entre vous, le produit, et le visiteur de votre boutique. C'est un peu ce qu'il va acheter, puisque c'est ce qu'il voit au moment de l'achat ... Donc j'ai passé beaucoup de temps à trouver une ergonomie, et un design qui me convenait. Même si je ne suis pas un "professionnel" du développement, j'ai fait avec les contraintes, pour arriver au meilleur compromis possible (selon moi).

Un autre point capital, c'est la réactivité (aux mails, lors de l'envoi de commande, coups de téléphone). Ce que je fais est très simple, outre le fait que je me rends disponible au maximum de mes possibilités physiques (de 8H à 22H presque tous les jours) je me mets en permanence à la place du client, afin d'avoir une réaction commerciale, la plus saine possible quand j'ai à discuter avec lui.

Si les produits sont bons (ou en tout cas que vous vous attacher à sans cesse les améliorer) et que vous êtes à l'écoute de vos clients, je pense que la communication se fait d'elle même, par le bouche à oreille, et que c'est sûrement la meilleure façon de gagner des nouveaux clients. Il faut être proche, mais totalement au service du client, (qui paye, il ne faut pas l'oublier) pour le service ou les produits que vous lui vendez.

EPILOGUE :

Bien sur, tout ce que je viens de dire ne concerne que moi, c'est, une partie de la façon dont je vois les choses. Je me trompe certainement sur plusieurs points, et mon cas n'est pas forcement transposable à d'autres formes de boutique, ou activités. C'est mon expérience, je ne souhaite pas être une sorte de "d'expert débutant en entreprenariat", donneur de leçon, mais juste mettre à disposition un exemple réel, pour qu'on puisse se dire, qu'il n'y a finalement rien de compliqué, et que c'est à la portée de tout le monde ... puisque c'était à la mienne. Mon objectif de départ en terme de CA était de 6000 euros / mois, et j'espérais l'atteindre en 6 mois. Le premier mois, j'ai fait 8000 euros de CA, et les mois suivants, beaucoup plus ... Bien sur il faut que j'attende un exercice complet pour me rendre compte de la rentabilité réelle de ma boutique, mais je sais d'ores et déjà que je peux en vivre confortablement, et ça, ça tombe bien, puisque c'était justement mon objectif.

Je sais que vendre des T-shirts n'est pas ce qu'on peut faire forcement de mieux dans la vie, et que d'autres causes plus nobles mériteraient sûrement plus d'attention, mais pour l'instant, subvenir, moi même et sans l'aide de personne, aux besoins de ma petite famille, me satisfait pleinement, et surtout ... m'occupe à plein temps.

A vous de jouer :

Powerboutique (Mon logiciel pour construire et gérer facilement lafraise, en toute autonomie).
Klik & Pay (Ma solution de paiement sécurisé).
4eme Dimension (Mon sérigraphe à Namur en Belgique).
Typepad (Mon outil de "blogging" préféré).
Axome (Mon pote Xavier, expert en référencent, et accessoirement roi du SPIP).

Commentaires

merci pour ces quelques lignes rafraichissantes et instructives.
pourrais tu nous parler plus precisement de tes premiers contacts avec tes fournisseurs et
a partir de quelles sources tu les a trouves.
amicalement farid

En fait ce post date de l'année dernière, depuis pas mal de choses ont changées. J'ai desormais un contrat VAD avec la BNP (ma banque de départ), je suis passé sous OS commerce pour la boutique, et j'ai egalement changé de sérigraphe (dont je garde jalousement le nom) et de fournisseur de T-shirts (American Apparel).

J'ai trouvé les sérigraphe via internet ... je n'en ai vu aucun pour l'instant de visu ...

Merci Patrice pour toutes ces infos, ca donne vraiment envie de se lancer dans l'aventure. En attendant, je vais essayer de prendre un peu de bouteille et penser à des idées. Bravo pour la réussite de ton projet et bonne continuation pour le développer !!!

Je cite souvent l'un de mes premiers cours de marketing, et la phrase de Peter Drucker qui est la seule définition du marketing qui me convienne: "le marketing, c'est l'entreprise considérée du point de vue du client". C'est l'essence de ce que j'ai appris (confirmé) en business school, et qu'a très bien compris Patrice sans études... Bravo (je connaissais le site et ne vais pas tarder à être client)!

Merci pour ce témoignage qui donne très très envie ! :-)

Réconfortant de lire cet article moi qui suis en pleine phase de création (désolé j'ai pas vraiment le temps de rédiger un truc pour enviedentreprendre qui tienne la route ces temps-ci) et de yoyo (j'y arriverai - j'y arriverai pas / je fais - je fais pas / comme ci ou comme ca). Tout celà ne me semble pas aller assez vite à cause d'un emploi du temps assez chargé (stage à plein temps avec pas mal de boulot => j'en espère une contrepartie pour ma création) et des associés qui prennent des congés au moment où il faudrait accélerer. Mais je garde espoir et la banane ...

Salut,

Si tu le désires, je connais un sérigraphe en Inde qui pratique des prix "indiens".

Tu veux une offre de sa part ?

Bravo Patrice!

Petit détail amusant. j'ai d'abord découvert ta boutique via MacGeneration, puis en y revenant quelque temps plus tard, je suis tombé sur ton blog, qui fait parler de lui dans la presse économique.

Aujourd'hui, en phase de créer mon entreprise (voir mon blog qui raconte ça), je butine au travers des blog d'entrepreuneurs et je tombe sur ton commentaire, extrêmement instructif! Fouya! (désolé, parents stéphanois)

Merci encore pour ton partage d'expérience.

Amicalement

Merci Patrice.
Je suis un fidèle de ta boutique et également futur entrepreneur en quête d'idées :-) Ton aventure m'inspire beaucoup.

Bonne continuation et longue vie à LaFraise !

Bonjour,

Très intéressant, cet article. je me suis permis d'en parler sur mon blog destiné à la création d'entreprise : www.komuniko.fr/komuniblog.

Juste une question, Patrice : pourquoi avoir changé d'outils en cours de route (os-commerce et BNP) ?

Merci et encore bravo !

JF

bonjour patrice et merci pour ces precieux conseils je suis tombée dessous en cherchant un moyen d'acheter en gros des t-shirts american apparel.Je pense passer directement par la boutique de dusseldorf comme c'est dit sur le site de la marque.Et toi comment fais-tu??

bravo pour votre tenacité et pour cette réussite.J'ai 45ans je suis au chomâge depuis 6mois et il est très difficile de reprendre confiance en soi.Malgrés tout j'ai démarré un programme de vente en ligne mais je rencontre que des obstacles je n'arrive pas à faire mon étude de marché et mon comptable ne m'aîde en n'aucune façon.Je reste positif mais je doûte aujourd'hui de la crédibilité de mon projet car le nombre de site en ligne est énorme et je ne trouve pas d'idée vraiment novatrice pour faire ma place.L'obtention d'un prêt banquaire, le dossier ACCRE et l'aide RDI sont un vrai chemin de croix.Je vous félicite pour votre persévérance qui me donne aujourd'hui un nouvel élan.J'aimerai créer un dépôt-vente en ligne mais je pense être trop généraliste quant au panel de produits proposés.Ne vaudrait il pas mieux que je me fixe que sur un deux ou trois produits?

Poster un commentaire

Si vous avez un compte TypeKey ou TypePad, merci de vous identifier