« La Table de mortalité (TPRV 93) change : Comment éviter la baisse de vos pensions de retraite ? | Accueil | La petite histoire de Bagatelles - 4 »

Chef sachez me féliciter : J’ai besoin de reconnaissance !

Tylski_laurent_5 Par Laurent Tylski (contributeur exclusif) - Directeur Général d'Acteo Consulting

Chacun d’entre nous a besoin de valorisation pour progresser, avancer et se dépasser. Alors, comment valoriser un collaborateur ou un collègue ? Comment féliciter et à quelles occasions ?

Mardi dernier, j’étais sur le parvis de la Défense - le centre des affaires parisien, lorsque j’entends derrière moi deux personnes discuter entres-elles :

« Ce n’est quand même pas dur de dire quand ça va bien ! Il n’est jamais content et nous tombe dessus dès qu’il y a le moindre problème, pourtant quand on bosse bien, on ne nous dit rien. Ca ne mange pas de pain pourtant ! »

Je me retourne et voit deux ouvriers du bâtiment casqués et en bleu de travail. Ils avaient l'air passablement abattus.

Cette phrase anodine est pourtant le reflet de la réalité : Quel que soit le niveau hiérarchique, le secteur d'activité, dans les bureaux ou sur les chantiers, nous souffrons tous du manque de reconnaissance.

On dit toujours quand ça va mal, rarement quand ça va bien ! Cette triste phrase pourrait illustrer de nombreuses conversations entre collègues.

Une étude récente montre que le besoin de reconnaissance arrive en seconde position des attentes des collaborateurs. La première attente étant de satisfaire son propre besoin d’accomplissement. Ce besoin de reconnaissance est vital pour développer et maintenir la motivation des collaborateurs et, il arrive bien avant le salaire .....

Pourquoi n’arrivons nous pas à féliciter ?

Nous pouvons analyser trois causes majeures à cette difficulté à valoriser nos pairs :

1. L’homme est programmé pour éviter de se mettre en danger. Son instinct de survie lui fait d’abord analyser les risques et les éléments négatifs d’une situation. Par transposition, nous           avons tendance à rechercher le défaut, le danger, le point négatif.

2. Notre culture judéo-chrétienne nous amène à confesser nos fautes et à expier

3. Notre système d’éducation français va rechercher les fautes plutôt que valoriser les réussites :    Sur une dictée par exemple, nous partons de la note optimale pour enlever des points à chacune des fautes ... et si nous poussons plus loin le raisonnement, le permis à point sanctionne nos fautes ... dans une volonté d'éducation à la bonne conduite

Qu’est ce qui motive la félicitation ?

Elle est trop souvent centrée sur le résultat. A l’issue d’une mission, le manager constate le travail réalisé et fait un constat : C’est bien ou ce n’est pas bien !  Les étapes de contrôle doivent se faire tout au long de la tâche à réaliser. Elles permettent de féliciter sur les efforts comme sur le résultat final.

Comment féliciter efficacement ?

Pour être vraie, et surtout perçue comme-t-elle, la félicitation doit impérativement comprendre 5 critères :

1.        Sincère
2.        Sur des faits concrets
3.        Sur des faits récents
4.        Pas systématiquement liée à une demande
5.        Correspondant à la perception du travail bien fait …. par celui qui la reçoit

1. Sincère

Vous ne pensez pas ce que vous dites : Abstenez-vous ! Une félicitation non sincère est souvent considérée comme une manipulation. Elle brise la confiance et est contre productive.

2. Sur des faits concrets

Sachez féliciter sur des faits réellement établis et vérifiés. Évitez le 

3. Sur des faits récents « on m’a dit que … , il semblerait … »

Rien de pire qu’une valorisation en décembre (au moment de l’entretien annuel) pour un travail bien réalisé en ... février …

4. Pas systématiquement liée à une demande

Aïe, voilà le chef qui arrive en souriant …. pire, il me dit que je fais du bon boulot …. Que va-t-il encore me demander ? …..

5. Correspondant à la perception du travail bien fait …. par celui qui la reçoit

Je me souviens d’un collaborateur systématiquement en retard le matin. Un jour, miracle, ce collaborateur arrive en avance et …. Comble du bonheur  réitéra cet exploit pendant plusieurs jours d’affilés. Son manager le convoqua dans son bureau et le félicita. La réponse du collaborateur est la suivante : « Croyez bien que cela me pèse d’arriver aussi tôt le matin, je m’en passerai bien. Ma femme a changé ses horaires de garde à l’hôpital et je suis obligé de la conduire le matin avant de venir ici ». La félicitation tombe à plat et n’est pas considérée comme telle par celui qui la reçoit.

Quelle forme et quelle fréquence ?

Plusieurs formes peuvent être utilisée en fonction de l’importance que nous souhaitons donner à la félicitation.

1.        Par oral

- Mais en marquant l’entretien, évitez le « c’est bien «  dans un couloir ou entre deux portes

2.        Au cours d’un entretien formel

3.        Confirmé par écrit

·          Premier degré par mail
·          Deuxième degré par courrier

4.        En associant le N+1

5.        En groupe devant témoin

6.        Avec une bonification
·          Cadeau
·          Incentive
·          Prime

L’objection majeure que nous avons concernant la félicitation est celle-ci : « Mais on ne va pas féliciter tout le temps ; les collaborateurs sont là pour bien faire le travail tout de même !". La réponse est simple, revenons sur nos 5 critères pour une félicitation efficace et nous constaterons que cela évite le « Excellent, Bravo, Super …. « A la fois manipulateur et peu efficace. Concentrons nous sur l’autre et sur ce qui le valorise. Et, comme le dit notre ouvrier : « Ca ne mange pas de pain de dire quand on fait bien ! »

Alors qu’attendez-vous pour féliciter vos collaborateurs ?

Quand avez-vous félicité un collaborateur pour la dernière fois ?

Quand avez-vous félicité votre chef pour la dernière fois ?

Avec toutes mes félicitations pour avoir lu ce texte jusqu’au bout …..

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/t/trackback/344823/6560935

Voici les sites qui parlent de Chef sachez me féliciter : J’ai besoin de reconnaissance !:

Commentaires

Oui, valoriser, féliciter, encourager, c'est aussi ainsi qu'on identifie un "bon" patron.

Oui important et même essentiel de donner des signes de reconnaissance positifs avant de donner des signes de reconnaissance négatifs;
dans mon ancienne activité de manager, je montrais d'abord à un membre du personnel :
- ce qu'il faisait de bien dans son poste et dans l'intérêt de l'entrrpise
- ses qualités perosnnelles
et seulement ensuite
j'attirais son attention sur ses points à améliorer et je lui demandais alors comment il envisageait d'y remédier, seul ou avec l'aide d'un tiers.
Ensuite j'ai découvert la théorie de cette pratique en formationde Coaching
et je l'applique maintenant au quotidien avec mes petits-enfants
Super comme résultats
dommage qu'en France il soit si dur de FELICITER

Féliciter fait parti de la phase de motivation de ces "troupes".
"Une main de fer dans un gant de velour" rien de tel pour faire adhérer à son projet.
Mais malheureusement des personnes comme Christine il n'y en a pas trop (même si la tendance devrait s'inverser). par contre juste une remarque le terme "personnel" me fait penser "aux petits personnels", le terme collaborateur est plus valorisant.
Imaginer la motivation si vous "Félicitez un collaborateur" ...

Exact, je pense que j'aurais beaucoup aimé entendre l'un de mes ex-chef me dire "merci". Tout simplement parce qu'on est aussi dans une relation d'humain à humain quand on est salarié..non ?
Cela dit au jour d'aujourdhui c'est moi qui les remercie de leur parcimonie puisqu'ils m'ont, d'une certaine manière, conduit à la création de mon activité :) Et là, surprise, je n'ai jamais autant entendu ce mot magique que depuis mes quelques mois d'activité en indépendant (et pourtant je facture !!)

A lire sur ce sujet le livre "Tous reconnus" ecrit sous la direction de Jean-Marie Peretti.
Plus d'infos: http://essec.typepad.fr/essec_blog_rh/2006/11/tous_drh_sous_l.html#more

"La gratitude peut transformer votre routine en jours de fête" Willian Artur Ward.
Cette citation est valable aussi bien pour le manager que le salarié.

je dois faire un mémoire pour 2ème cycle en RH. mon thème comment aider nos managers à devenir des hommes de ressources humaines.

j'ai besoin de lecture.

pouvez vous m'aider.

Salutations.

Poster un commentaire

Si vous avez un compte TypeKey ou TypePad, merci de vous identifier