On parle de nous

  • APCE
    Blog collaboratif de partage d’expériences et de connaissances concernant le milieu de l’entreprise et de l'économie
  • Stratégies Newsletter
    La petite annonce qui a amorcé le tout nouveau blog "Envie d'entreprendre" fonctionne
  • Challenges
    Très bon site français d’échanges d’expériences
  • Courrier Cadres
    Blog collaboratif sur l'entreprise
  • PointBlog.com
    Un blog collaboratif prometteur

Catégories

Licence

Stats

Blog powered by Typepad
Related Posts with Thumbnails

Flux RSS

« Deux idées pour lancer un business automatisé en France | Accueil | Vite ! Ralentissons ! »

Commentaires

Jérôme

Je me retrouve complètement dans cet article. Nous à la COGIP on est CMMI 17, ITIL 34, AFAQ 2032 et bien d'autres process vectoriels à matrice active de rentabilité analytique.

Merci j'ai bien ri.

AFD

http://www.vous-soutenir.afd.fr/
L'AFD aide les entrepreneurs ultramarins.

GL

Je vous rejoins tout à fait lorsque vous dites que commencer à se poser des questions fondamentales c'est le début du salut.
Pourtant il est une question que vous ne vous posez pas (tant elle semble ne pas devoir se poser): faut-il réellement innover pour ne pas disparaitre? Et plus encore ne faut-il pas, parfois, prendre le risque de ne pas innover (et de ne pas chercher à innover)pour ne pas disparaitre? Ma question n'a rien de purement rhétorique, et je sais très bien que les success stories entrepreneuriales reposent la plupart du temps sur de l'innovation. Mais si l'on cherche bien (et sans doute d'ailleurs sans trop chercher) je suis sûr que, non seulement, on peut trouver des non-success stories qui reposent aussi sur de l'innovation, mais plus encore qu'il est possible de trouver des succdes stories qui ne reposent pas sur de l'innovation (ou des innovations). Alors certes, on peut objecter que l'innovation, dès lors qu'elle prend, permet d'assurer à une société un position enviable. Une véritable innovation certainement. Mais combien de véritables innovations se sont imposées? Je parle là d'innovations et pas de nouveautés (car je ne suis pas sûr que les deux doivent être assimilés).
Aussi, et loin de moi l'idée (qui serait pour le moins farfelue) de rejeter l'innovation comme valeur importante pour les entreprises, ne conviendrait-il pas de s'interroger sur les limites dse l'innovation (et de la recherche à tout prix de l'innovation). Car dans un monde où l'innovation est devenu un véritable slogan entrepreneurial, et ou prédomine ce qu'on pourrait appeler "la tradition de l'innovation", peut-être qu'il est plus innovant de ne pas innover mais de chercher un certain renouveau de la tradition. Innover ou ne pas innover, telle est, peut-être, la question... Qu'en pensez-vous?

Karim Bouassem

Vous avez tout à fait raison en disant que « on peut trouver des non-success stories qui reposent aussi sur de l'innovation »

C’est le Dilemme de l’innovateur « The Innovator’s Dilemma » ;

Il est vari qu’il faut innover. Mais surtout pas n’importe comment  il est nécessaire de prendre en considération les trois dimensions suivantes ; capacité financière, capabilité technique et technologique et le devoir marketing et commercial.

En effet, L’étape de la mise sur le marché, qui fait passer de l’invention à l’innovation est le maillon indispensable à une démarche d’innovation réussie.
Prenant l’exemple du fameux « concorde » qui est un réel succès technologique mais un échec commercial.

Dans son livre Crossing the chasm (franchir le gouffre), Geoffrey Moore explique pourquoi beaucoup d’entreprise échouent à lancer des innovations radicales. Son explication part de l’analyse du cycle de diffusion d’une nouvelle technologie. Selon cette théorie, un produit innovant est d’abord acheté par les techno-enthousiastes. Ceux-là achètent tout ce qui est nouveau pour le tester, par passion. Ils ne sont pas nombreux, mais ils permettent de mettre au point la technologie. Ensuite, ils passent le relais aux adobteurs précoces ou « stratégiques ». Ceux-là adoptent une nouvelle technologie très tôt, non pas par passion, mais pour gagner un avantage concurrentiel. Après eux viennent les conservateurs : Ce sont eux qui ont les vrais budgets, ce sont eux qui peuvent déployer le produit en masse, et ce sont donc eux qu’il faut convaincre, s’il on veut dépasser le stade artisanale. Enfin, viennent les suiveurs, ceux qui adoptent toujours les nouveaux produits …lorsqu’ils ne sont plus nouveaux.
Il suffirait que l’innovateur investisse suffisamment dans son budget marketing et produise un effort suffisant. (Jean-Yves PRAX «Objectif : innovation, DUNOD 2005»)

Il ne suffit pas d’innover mais il faut être capable de « vendre » ou d’exploiter cette innovation en termes de rentabilité matérielle et création de valeur => ARGENT :)!
Bonne journée.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom est obligatoire. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

A propos du responsable du site

Utile

Faites une recherche

Enter your email address:

Delivered by FeedBurner

Les rendez-vous réguliers

Les experts

Les entrepreneurs du web

  • 1er lundi du mois
  • 1er mardi du mois
    Michael - Consultant et animateur du site Esprit-riche.com
  • 1er mercredi du mois
  • 1er jeudi du mois
  • 1er vendredi du mois
  • 2 iem lundi du mois
  • 2 iem mardi du mois
    Peggy André - bagatelles.fr
  • 2 iem mercredi du mois
    Céline Lieffroy – La Compagnie des Télémates – LEXIRIS.fr
  • 2 iem jeudi du mois
  • 2 iem vendredi du mois
  • 3 iem lundi du mois
  • 3 iem mardi du mois
    Christian Ouedraogo - entreprise sans fautes
  • 3 iem mercredi du mois
  • 3 iem jeudi du mois
  • 3 iem vendredi du mois
    Jean-Marc et Nathalie Ouvré - Brocanteo & Indémodable - Boutique de brocante et de décoration
  • 4 iem lundi du mois
  • 4 iem mardi du mois
    Guillaume Perrut - KramaKrama.com
  • 4 iem mercredi du mois
  • 4 iem jeudi du mois
    Sylvain Bruyère - cadeau-maestro.com
  • 4 iem vendredi du mois
    Céline Fénié - Créatrice de Maman Shopping.com

Les entrepreneurs "classique"

  • 1er lundi du mois
  • 1er mardi du mois
  • 1er mercredi du mois
    Vincent Rivalle – KDZ’ID (Accompagnement au développement de TPE et PME) - TRAD ONLINE (Associé – Société de traduction)
  • 1er jeudi du mois
  • 1er vendredi du mois
    Laurence Mathieu - Consultante associée DUNE(S)
  • 2 iem lundi du mois
    Henri Kaufman - Président de Hip ip ip ! Société de conseil en Marketing, en Web2.0 et en Formation
  • 2 iem mardi du mois
  • 2 iem mercredi du mois
  • 2 iem jeudi du mois
  • 2 iem vendredi du mois
    Mano Malu - Présidente de Mano Consultant
  • 3 iem lundi du mois
    François-Emmanuel Roux - rhadvantages
  • 3 iem mardi du mois
  • 3 iem mercredi du mois
  • 3 iem jeudi du mois
    Steve Harone - du-salariat-au-business.com
  • 3 iem vendredi du mois
  • 4 iem lundi du mois
  • 4 iem mardi du mois
  • 4 iem mercredi du mois
  • 4 iem jeudi du mois
  • 4 iem vendredi du mois

Contributeurs exclusifs

Contributeurs