« Raccrochez, c’est une horreur ! | Accueil | "L'intelligence économique doit être vécue comme un surplus" : interview d'Alain Juillet »

Entreprendre (au Royaume-Uni ou ailleurs) : du vécu !

Ludovic_millquant_5 Par Ludovic Milléquant - Entrepreneur

Après vous avoir fait partager mes pérégrinations et recherches sur la création d’entreprise au Royaume-Uni, je veux partager avec vous un grand moment de bonheur : « ma Limited » est créée ! Youpi ! Hip Hip Hip Hourra ! Allez ici, criez avec moi !

1. La concrétisation d’un projet

Le bonheur vient surtout de l’aboutissement de la démarche d’entrepreneur : après plusieurs mois d’élaboration de business plan, de trituration de cerveau pour « accoucher » d’une offre qui tienne la route – assez classique pour rassurer le prospect, et assez novatrice pour se différencier de la concurrence … oui, je sais, vous essayez aussi … mais vous allez y arriver, j’en suis sûr ! Nous y sommes arrivés et nous sommes deux « presque blonds » ;-) – ça y est, les prospects sont devenus des clients ! Et donc, puisque nous avons des clients, nous avons pu créer la société sereinement.

Note au passage : si je peux vous donner un conseil, ne créez votre société (la personne morale, avec les conséquences financières et juridiques que cela entraîne) que lorsque vous avez des clients. Créer une société pour dire : « je suis patron », ça ne sert pas à grand-chose, l’effet euphorisant ne dure que quelques heures … les risques encourus peuvent durer plusieurs années … soyez patients, vous n’en serez que plus heureux à long terme !

2. La préparation

Je disais donc, nous avons créé la société. Quand je dis sereinement, le démarrage n’est pas si serein. Même si l’on a fait le tour des différentes contraintes prendre en compte et obligations à satisfaire, reste le moment où l’on doit se jeter à l’eau. Pour faire une analogie très estivale (et célébrer la fin des vacances par la même occasion – si si, dans mon cas, ça se fête), on peut comparer la création d’entreprise à une séance de plongée sous-marine dans la Méditerranée (oui, c’est de saison... enfin, c’était L…) : à première vue, il y fait plus chaud que dans l’Atlantique (i.e. le salariat, le fonctionnariat – non ça c’est l’Arctique), mais il y a aussi les méduses, qui ne vivent que dans les eaux chaudes (l’Urssaf, la TVA…). Donc on peut plonger en maillot de bain comme à la piscine municipale, mais je conseille vivement de se munir de l’attirail qui convient : masque, tuba, combinaison de plongée, palmes et bouteilles d’oxygène.

  • Le masque vous servira à deux choses : apprécier la faune et la flore, surtout quand c’est beau (quand tout va bien pour la société), et en profiter pour voir les prédateurs arriver (concurrents, associés véreux, salariés non motivés … Urssaf, TVA … vous voyez ?). Le masque, c’est votre capacité à prendre du recul dans votre business.
  • Le tuba vous permettra de respirer naturellement sous l’eau : il y a toujours un peu de pression, mais      pour profiter de la vue sous-marine, il faut mettre la tête sous l’eau ! Le tuba, c’est votre vie hors du business : famille,  amis, sport … ultra important !
  • La combinaison de plongée vous servira de rempart aux prédateurs non carnivores (Urssaf & TVA) qui arriveraient dans votre dos, pendant que vous aviez les yeux rivés sur la sirène devant vous (votre plus gros prospect qui vous a pris tout votre temps, au point d’en oublier vos obligations fiscales). La combinaison de plongée, c’est bien souvent votre expert-comptable et, quand vous en avez les moyens, votre DAF – non, pas le gros camion … votre Directeur Administratif et Financier ! (s’il est un peu enrobé, évitez les allusions au gros camion ;-). La combinaison intégrale, c’est : expert-comptable + DAF.
  • Les palmes ont deux utilités : 1) aller plus vite que la concurrence. Gardez toujours une longueur d’avance sur les concurrents. La veille concurrencielle est votre meilleur atout      (cf. le masque) ; 2) fuir extrêmement vite quand les prédateurs carnivores vous ont rattrapés. Attention, les deux espèces Urssafus Chargeus Salarius et Tévéha Cépahatoi sont des espèces métamorphiques : elles passent du stade vénéneux au stade carnivore au 3e rappel ;-) Le type de palmes qui sert dans le cas n°2 est un système en vente exclusivement dans les pays qui n’ont pas signé d’accord d’extradition avec la France… je n’ai pas le droit de vous dire lesquels, ce serait de la publicité gratuite ! Pour le cas n°1, les palmes sont votre processus de relation client au grand complet : marketing-communication, commercial, SAV/service support.
  • Enfin, les bouteilles d’oxygène servent (et l’analogie est flagrante) à respirer en eaux profondes. C’est donc une version optimisée du tuba : une famille équilibrée qui ne pose pas trop de souci, des amis pas trop envieux, avec qui vous pouvez parler business et, surtout, de tout sauf du business, et des activités qui vous permettent de vous ressourcer vraiment. Surtout, ne négligez pas les vacances : ce n’est pas qu’on crée son entreprise qu’on en est exempt,      au contraire ! Pour gardez une vision claire, des oreilles alertes (dans l’eau ça ne sert pas trop, mais dans le business, c’est très utile), et surtout, un cerveau à 100% de ses capacités, il faut se ressourcer !

3. Le saut dans l’eau

Ce n’était pas ma première création d’entreprise, mais au Royaume-Uni, si. J’ai ajusté mon masque, vérifié que le tuba n’était pas obstrué, les palmes, ça me connaît, et je dispose déjà des bouteilles d’oxygène. Il me restait donc à trouver la combinaison de plongée. Pas de version intégrale pour l’instant (quand on sera riches, on se paiera un DAF). Mais l’expert-comptable coûte cher … me disais-je avec mes réflexes français. Et bien non ! surtout pas pour créer l’entreprise. D’ailleurs, pas besoin d’expert-comptable pour ça : des dizaines de sociétés vous proposent la prestation complète pour quelques dizaines de livres sterling. Evidemment, vous avez le choix, en général, parmi une liste d’options aussi longue que chez béhemme, mais quand vous savez ce qui est nécessaire, le choix va assez vite.

Mon (notre) saut dans l’eau s’est passé comme une plongée bien organisée, et pour l’instant, pas de méduses, l’eau est chaude, les poissons sont beaux … bon allez, je ne vais pas vous faire regretter vos vacances non plus ;-)

En tout cas, je vous envoie quelques bulles de champagne électroniques pour partager avec vous ce moment de plaisir !

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/t/trackback/344823/5977656

Voici les sites qui parlent de Entreprendre (au Royaume-Uni ou ailleurs) : du vécu !:

Commentaires

Houra! Et félicitations pour ce deuxième grand saut...

Et les sirènes, alors?!

Lol, l'article est génial et félicitations aussi.

Tu as oublié un élément : le plomb, c'est le cash qui te permet de rester dans le business et d'aller chasser les gros poissons :)

Ltd ca c'est la frime.
Moi j'ai une Altesse SAS.... c'ets deja cà.
reste l'incorporation... on fait la course pour le poste ?
Inc me voila

Poster un commentaire

Si vous avez un compte TypeKey ou TypePad, merci de vous identifier