« Pourquoi multiplier les bilans ? Les projets ne sont pourtant pas linéaires… | Accueil | "Des idées innovantes à travers le monde" : Un comparateur de prix accessible de partout »

Comment s’assurer la flexibilité de son organisation ?

Ludovic_millquant_7 Par Ludovic Milléquant (chroniqueur exclusif) - Entrepreneur

En phase de création d’entreprise, on est souvent pris de rêves de grandeur, et l’on se voit à la tête d’un empire de plusieurs dizaines de milliers de salariés… ou plusieurs centaines… en tout cas, on se voit diriger une entreprise, ce qui implique d’avoir des salariés.

Et, bien souvent, on mesure la réussite de son entreprise au nombre de salariés que l’on a, que l’on manage. Sans être même à la tête d’une entreprise, on valorise souvent les capacités de management en termes de « quantité » de personnes managées.

Quels sont les vrais indicateurs de réussite ?

Mais pour l’entrepreneur, quelle est réellement la mesure de SA réussite ?

Est-ce le nombre de salariés ou le nombre de clients qui compte ? Est-ce le volume de salaires et de charges sociales que l’on paye ou la marge dégagée par les opérations qui importe ?

Il me semble que la vraie réussite d’un entrepreneur réside avant tout par le succès de son offre auprès de prospects qui deviennent des clients, clients qui renouvellent leurs achats aussi souvent que possible.

Ensuite, le bon gestionnaire raisonnera en termes de marge et de valeur de l’entreprise en vue d’une valorisation par des tiers. Certes, il convient de comparer l’entreprise avec les autres acteurs du marché ; mais à marché identique, ceux qui font au moins aussi bien que les autres avec moins de personnel s’attireront les faveurs des financiers qui verront là la marque d’une bonne gestion.

Pilotage de la marge par la flexibilité

Si le succès de l’offre se mesure facilement (chiffre d’affaire, taux de transformation des propositions commerciales…), la marge se calcule plus difficilement. De nombreux paramètres entrent en ligne de compte : depuis les salaires jusqu’au ratio de consommation électrique per capita, la comptabilité analytique nous fait entrer dans des détails que nous négligeons souvent.

Pourtant, dans la plupart des entreprises que nous créons – ou que nous nous apprêtons à créer – nous parlons de sociétés de services ; et dans les sociétés de services, les principaux postes de coût sont bien souvent les salaires et les charges salariales. Comment réduire ces coûts salariaux tout en assurant la pérennité de l’entreprise ? La seule réponse : n’internaliser que les compétences clés, comme la R&D, la définition et la commercialisation des offres ; et travailler avec des indépendants pour la production à proprement parler.

Ainsi, la valeur du travail fourni est directement liée aux résultats fournis par l’individu, sans se poser la question du temps passé à produire. On replace très officiellement et sereinement la relation entre le donneur d’ordre et l’exécutant dans un mode client-fournisseur. Et, tous les chefs d’entreprise que je connais disent régulièrement qu’ils aimeraient rappeler à leurs salariés qu’ils ont des devoirs autant qu’ils ont des droits. Là encore, seule la relation client-fournisseur permet d’expliciter clairement les droits et les devoirs de chacune des parties, avec la possibilité de réagir sereinement – surtout vu du donneur d’ordre.

Je vous souhaite une excellente année à toutes et à tous, et vous souhaite tous mes vœux de santé, de bonheur, de succès et de sérénité pour cette nouvelle année 2007 !

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/t/trackback/344823/7368225

Voici les sites qui parlent de Comment s’assurer la flexibilité de son organisation ?:

Commentaires

Poster un commentaire

Si vous avez un compte TypeKey ou TypePad, merci de vous identifier