« Quelques remarques sur le stress des dirigeants | Accueil | Les règles de base du business »

Philippe Hayat initiateur du projet "100 000 entrepreneurs" : Entreprendre, c'est-à-dire choisir sa vie…

Teillet_antoine Par Antoine Teillet (chroniqueur exclusif) - Journaliste spécialisé grandes écoles

Encore une chronique en provenance de l’Essec, école décidément active en matière d’entrepreneuriat… Il s’agit de présenter l’initiative de Philippe Hayat, diplômé de l’X et de l’Essec, également prof au sein de cette dernière institution et fondateur de la filière Création d’entreprise.

Son projet : l’opération « 100 000 entrepreneurs ».

But de la manœuvre, réveiller l’entrepreneuriat chez le jeune public.

Pourriez-vous nous expliquer le principe de « 100 000 entrepreneurs » ?

Il s’agit de donner envie aux jeunes de prendre leur vie en main, de leur donner cette envie d’entreprendre, qu’il s’agisse de fonder une entreprise ou plus généralement de monter une association ou tout autre projet. D’une manière générale choisir leur vie en montant des projets qui les tiennent à cœur. Pour donner envie, rien de plus efficace que de témoigner. D’où notre volonté d’envoyer des entrepreneurs raconter leur histoire devant des classes de 4e à la Terminale mais aussi devant les étudiants de l’enseignement supérieur.

Hayat_philippe Comment cette idée vous est-elle venue ?

Moi-même entrepreneur et repreneur depuis une quinzaine d’années, je ne me retrouvais pas du tout dans les messages que j’entendais chaque jour mettant en évidence l’envie des jeunes de devenir fonctionnaires et leur méfiance vis-à-vis de patron avides de s’enrichir sur le dos des salariés.

Pour redonner à chacun cette envie d’entreprendre en racontant l’histoire telle qu’elle se vit dans les PME, il fallait intervenir en priorité en ZEP, là où plus que partout ailleurs les jeunes ont besoin d’entendre qu’il est possible de prendre sa vie en main.

Nous avons donc monté un site et un blog où nous recueillons les inscriptions des entrepreneurs volontaires pour rencontrer les jeunes. En quatre mois d’existence, un millier ont rejoint notre base de données. En parallèle, nous recueillons les besoins émanant des collèges et lycées.

Aujourd’hui, nous avons organisé une centaine d’interventions sous forme d’entretiens très interactifs de deux heures entre un professionnel et une trentaine de jeunes. De quoi pour chaque élève mieux comprendre ce que signifie le geste d’entreprendre et à quoi servent finalement les études.

Notre ambition, organiser 100 000 interventions par an devant une trentaine de jeunes à chaque fois. De quoi toucher trois millions de personnes… C’est comme cela que l’on pourra faire évoluer les mentalités.

Qu’avez vous observé au contact des jeunes ?

Première surprise, leur totale méconnaissance de l’entreprise. S’ils rejettent ce genre de structure, c’est avant tout par ignorance. Deuxième constat, leur grande curiosité et les nombreuses questions posées. Le jeune public a vraiment envie de savoir comment marche l’entreprise. Pour réussir, pour être libre, pour acquérir un statut. Une réaction d’autant plus avérée et explicable de la part des jeunes filles ayant compris que la réussite scolaire et professionnelle serait pour elles un moyen d’émancipation.

Dans quelle mesure votre initiative a-t-elle concerné les grandes écoles et l’Essec vous a-t-elle soutenu dans ce projet ?

Je suis déjà intervenu à l’Essec, à Sciences Po et à HEC, mais il faut reconnaître que les grandes écoles ont moins besoin de nos interventions tant elles connaissent déjà relativement bien l’entreprise et disposent de moyens n’existant pas dans les DUT et BTS.

Quand au rôle de l’Essec à mes côtés, il a été remarquable. Je peux en effet compter sur le soutien de trois jeunes étudiants qui m’aident à organiser mon action. J’ai également l’appui d’Essec Ventures.

Qu’est-ce qui, selon vous, bloque aujourd'hui la création d’entreprise ?

C’est un problème de culture. Si les hommes politiques savent faciliter la création et la transmission d’entreprise, ils ont plus de mal à donner envie. Entreprendre n’est pas un acte naturel, pour preuve, 3/4 des entrepreneurs sont eux-mêmes issus d’une famille d’entrepreneurs… Il faut donc donner envie et pour cela écouter les professionnels expliquer leur expérience.

Pour info, allez sur http://www.100000entrepreneurs.com mais aussi sur le blog http://blog.100000entrepreneurs.com

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/t/trackback/344823/16874940

Voici les sites qui parlent de Philippe Hayat initiateur du projet "100 000 entrepreneurs" : Entreprendre, c'est-à-dire choisir sa vie… :

Commentaires

Poster un commentaire

Si vous avez un compte TypeKey ou TypePad, merci de vous identifier