« Philippe Lagane - Chef de Travaux en Lycée Professionnel | Accueil | Entrepreneurs, apprenez de vos erreurs ! »

Que sais-je ? La Commédiologie

Thebaut_didier Par Didier Thebaut (chroniqueur exclusif) - Fondateur de joujou de Paris

Tout d’abord qu’est-ce que la « commédiologie » ?

C’est à la fois une discipline et une invention. Pour être plus précis, c’est une discipline que j’ai inventée. Comme la psychologie qui a ses psychologues, la cardiologie qui a ses cardiologues, la « commédiologie » a ses commédiologues et je suis le premier de cette bientôt grande famille.

La « commédiologie » comme son nom l’indique est née de la fusion de la commedia dell’arte, de la communication, des médias, du virtuel et du réel. L’idée est d’assembler des éléments ayant traits à la communication sans pour autant qu’ils aient un lien évident entre eux afin de faire de cette association une évidence.

Un exemple ? Le titre de cette note : « Que sais-je ? la commédiologie». Pour ceux qui préfèrent, j’aurais aussi bien l’intituler : « la commédiologie pour les nuls ». En effet, le fait de mentionner « pour les nuls »  dans le titre de cette note va permettre d’en crédibiliser le contenu. A quoi cela sert-il ? Tout simplement à  augmenter la légitimité de vos propos afin de les rendre plus facilement transmissibles. Dans notre cas, personne ne connaît « la commédiologie », mais tout le monde – environ 80% de notre cible  - connaît la collection pour « les nuls » or « for dummies » pour les anglophones. Et donc, le succès et la notoriété de l’un va porter l’originalité et la nouveauté de l’autre. Il en va bien entendu de même avec la collection « Que sais-je ».

Mais quel est l’intérêt de créer ce néologisme ? Tout simplement, car aucun autre mot ne traduit la manière dont les signes structurent nos sociétés. Certes, l’invention d’un néologisme ne crée pas une idée neuve, mais elle permet parfois d’établir les prémisses favorables à son épanouissement. Aussi, n’allez pas croire que la « commédiologie » est simplement un effet de manche. C’est un nouveau terme, au même titre que la biologie l’était en 1802, et tout ce que je souhaite c’est que lui aussi trouve sa place dans notre vocabulaire.

Voici d’ailleurs un exemple de ce que pourrait être la définition de la « commédiologie » : méthode qui sert à démontrer le bienfait de ce qu’elle enseigne, elle a pour objet l’étude de la transmission des signes et de leurs répercussions sur les médias et la société.

A l’origine, la « commédiologie » tire son existence de la commedia dell’arte, elle-même issue de l’antiquité. En effet, au IIème siècle avant J.-C., existait à Rome un spectacle nommé « l’attelane » qui servait à distraire le public grâce à un canevas tissé à partir de personnage jouant un registre que chacun des spectateurs pouvaient facilement identifier.

Deux choses principales caractérisent la commedia dell’arte, l’improvisation et le canevas qui sert de matrice à cette improvisation.

Pour faire un parallèle avec le monde de la publicité, pour ce qui est du canevas, la publicité utilise la copy stratégie et, en ce qui concerne l’improvisation, les agences de publicité se substituent aux acteurs.

Tout comme il y a des personnages obligatoires dans la commedia dell’arte, il y a des éléments obligatoires dans la copy stratégie.

Pour rappel dans la commedia dell’arte, il faut des valets, des vieillards des soldats et des amoureux. Alors que dans la pub, il faut une promesse, une preuve, un ton. Et bien entendu, aussi bien pour la commedia dell’ arte que pour la copy stratégie, il faut un public, peu importe qu’il se nomme cible ou spectateur. A chacun ses recettes pour faire un bon spectacle. Le premier a pour but de faire rire les spectateurs, le second de vendre des produits. Mais dans les deux cas, il y a un savoir faire bien huilé pour que la farce prenne.

Et la notion de « médiologie », dans tout ça. La « médiologie » est une discipline inventée par Régis DEBRAY, dans les années 90 dont l’objet est « l’étude des faits de transmission ». Régis Debray définissait ainsi le bon médiologue : « c’est un chien qui met son orgueil à regarder par terre, à renifler dans les coins ». Ceci pour la simple et bonne raison que la médiologie demande un esprit de curiosité permanent.

Partant de ce constat, voici ce que pourrait être un bon « commédiologue » : un boulimique de signes et de sens, une sorte de fusion entre une éponge et un radar sensitif.

Dans notre cas, le préfixe latin « cum » placé devant le terme de médiologie, souligne le caractère prépondérant de la notion de feed-back. Nous sommes à un stade où le récepteur devient émetteur, et où il construit ses propres médias, ce qui par la même influe directement sur le devenir et la notion de médias. La commedia dell’arte étant là comme un  prisme par lequel vous pouvez regardez cette évolution, car au final, comme dans la commedia tout ça reste une grande farce. Et, c’est à chacun d’y jouer le meilleur rôle pour en tirer les bénéfices attendus.

Déjà en 1987 dans son livre, Publicité et Société, Bernard CATHELAT avait pris l’ampleur du phénomène : « le moyen que l’on peut utiliser pour analyser notre société n’est ni par l’étude de ses produits, ni par l’étude de ce qu’elle consomme, mais par l’étude de ses médias et la manière dont ils sont produits et consommés ». Ajouter à cela, des médias qui accélèrent l’effacement du réel – Internet et Second Life – et vous avez les ingrédients de ce que j’appelle un nouveau type de société où règne « la commédiologie ». Une société qui fait la vie belle au schizophrène qui sommeille en nous où nous sommes à la fois pollueurs par nos comportements et écolos par nos convictions. Nous voulons que nos Clients dépensent de plus en plus et, dans le même temps, nous voulons économiser de plus en plus sur nos Fournisseurs. Faîtes comme je dis pas comme je fais, pourrait être notre devise.

Pourtant, ne me demandez pas si votre entreprise doit se positionner plutôt du côté des valets, des vieillards des soldats ou des amoureux. Cette approche serait trop simpliste pour décrire ce qu’est la « commédiologie ». Nous sommes désormais bien loin de la star stratégie qui a fait la fortune de Jacques Séguela dans les années 80. Aujourd’hui,  les territoires de communication des marques se doivent d’évoluer avec le temps, faute de lasser le spectateur. La commedia est là pour vous rappeler que nous devons tous agiter le masque approprié au bon moment pour optimiser la transmission de nos signes et de nos sens…

Et, pour vous prouver que la « commédiologie » est une matière au sens noble du terme, je m’engage à vous livrer pendant douze mois, douze chapitres illustrant mes idées sur la manière dont la « commédiologie » peut contribuer au développement de votre entreprise. Sachant bien entendu que la « commédiologie » peut s’appliquer à  bien d’autres usages : sport, communication interpersonnelle, cuisine, architecture…

Le premier thème que nous allons aborder - à tout seigneur tout honneur - sera consacré à la communication.

Puis, viendront, les ressources humaines, car comme le disait si justement le philosophe et économiste Jean Bodin, il y a cinq siècles, « il n’est de richesse que d’hommes ».

Et ensuite, voici les dix autres champs que nous allons étudier, soit douze items, de quoi occuper fort studieusement  cette année…

En 1, la comptabilité, je sais, c’est un défi…

En 2, le commercial, ça devrait être plus facile que la compta

En 3, le marketing, domaine où la « commédiologie » trouve de nombreuses applications

En 4, l’informatique, ça peut…

En 5, la production, pour produire plus à moindre coût.

En 6, la recherche et le développement, afin de créer une dynamique de découverte.

En 7, la formation, car la « commédiologie » est basée sur la transmission du savoir.

En 8, la création, c’est l’essence même de la « commédiologie ».

En 9, l’export, car la « commédiologie » se targue d’universalité.

Et enfin, pour finir en beauté, un sujet qui nous passionne tous et qui est l’une des clefs de la « commédiologie » : « l’entrepreneuriat ».

Amis commédiologues, à bientôt pour la prochaine tenue.

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/t/trackback/344823/17064630

Voici les sites qui parlent de Que sais-je ? La Commédiologie:

Commentaires

Comment faire partie des comédiologues avant qu'il y ait un numerus closus !
sachant que ma belle soeur a raté son permis bateau alors qu'à l'époque il le donnait !

merci de me répondre

j'ai laché avant la fin ... trop mal de tete didier !

"Partant de ce constat, voici ce que pourrait être un bon « commédiologue »boulimique de signes et de sens, une sorte de fusion entre une éponge et un radar sensitif."
C'est ce que les jeunes apprennent dans les écoles de style notamment. Apprendre à flairer l'air du temps, à être une "éponge" et ensuite le digérer, le re-travailler et le lancer sur le marché afin de donner au gens LE PRODUIT qu'ils attendent avant même de le savoir.

Pour répondre à Mr Mathieu, j'ai eu mon diplôme de commédiologue alors qu'à l'époque il ne le donnait pas ! Comme quoi, il ne faut pas désespérer...

Poster un commentaire

Si vous avez un compte TypeKey ou TypePad, merci de vous identifier