« 8 lois de Murphy de l'entrepreneur indépendant | Accueil | Rencontre avec Arnaud de Latude entrepreneur et initiateur de Capitole Angels »

Commentaires

JOUJOU DE PARIS

Après reste à définir ce qu'est un bon produit...Mc Do, Marloboro ou TF1 par exemple? Moi je fais partie de ceux qui pensent que le marketing peut vendre des produits invendables comme les disques de Lori ou les maillots de rugby rose du Stade Français. Plus ça va aller et moins on achètera le produit, mais ce qu'il représente. Je sais c'est moche, mais pour citrer les "Rita Mitsoukos" c'est comme ça lalala lala.

JOUJOU DE PARIS

Après reste à définir ce qu'est un bon produit...Mc Do, Marloboro ou TF1 par exemple? Moi je fais partie de ceux qui pensent que le marketing peut vendre des produits invendables comme les disques de Lori ou les maillots de rugby rose du Stade Français. Plus ça va aller et moins on achètera le produit, mais ce qu'il représente. Je sais c'est moche, mais pour citrer les "Rita Mitsoukos" c'est comme ça lalala lala.

laurent J.V. Dubois

D'accord avec toi Joujou ...
Le marketing permet de vendre des produits de M* ...

Tant qu'il y aura des clients avec des goûts de M*,
j'espère qu'il y aura des entreprises pour répondre à leurs attentes.

Penser que le marketing est la solution miracle qui permet de vendre n'importe quoi et tout investir en marketing est néanmoins un leurre;
Un discours de marketeur pour mieux attraper les pigeons.

Les produits de M* qui cartonnent sont surement des produits que tu n'apprécies pas, mais ils sont bons dans le sens où ils répondent à une attente client.

Je plaide coupable, il m'arrive d'avoir mes phases régressives à la fraise Tagada :->

La conclusion de Cédric est tout a fait pertinente.
"Un bon marketing est pour un BON produit..."

Pour sortir une entreprise du lot, il faut être excellent sur l'ensemble des aspects.

Je complèterais cela par un point qui intéresse tous les créateurs d'entreprises.

Un produit n'est jamais excellent dès son lancement,
C'est la capacité de l'entreprise à améliorer son produit qui va faire la différence.
Ce travail implique toute l'entreprise, et pas uniquement le service commercial / marketing.

C'est la capacité de l'entrepreneur à arbitrer, prendre les bonnes décisions, qui va faire la différence,
permettre d'atteindre l'excellence.

Deux bonnes nouvelles, avec ou sans Marketing 2.0 :
- il toujours possible de faire mieux, de s'améliorer.
- Le résultat tient souvent à notre méthode de travail qu'à notre capacité financière.

Fred

Tout à fait d'accord avec les réactions précédentes, néanmoins actuellement il y a énormément de produits similaires à quelques détails près. Et je pense que le marketting a une place de plus en plus prépondérante dans le processus de creation et de commercialisation, car à part la mise sur le marché il y a le retour du marketting qui peut permettre de développer/améliorer le produit lui même. Ce qui compte à mon avis c'est l'interraction entre les services dans une entreprise. (C'est d'ailleurs pour cela que dans les études on nous apprends, tout en nous spécialisant, à être de plus en plus polyvallents).

Ce qui est intéressant c'est surtout la partie sur le marketting 2.0 et la bulle internet surtout depuis 2 - 3 ans avec l'avènement des blogs et autres. C'est dommage de nombreuses entreprises dépensent énormément d'argent pour l'élab;oration de sites qui ont rarement de la réflexion en amont, souvent très creux

cedric

Joujou : oui le marketing peut (encore) faire vendre des produits qui ne te sont d'aucune utilité, mais comme le dit Laurent, c'est qu'ils répondent à un besoin. Pour les exemples que tu donnes, les produits se vendent parce qu'ils correspondent à un besoin (les fans de Lorie, les fans du stade français etc..) et puisqu'ils répondent à un besoin du consommateur, je pense qu'on peut dire que ce sont des "bons produits".

Laurent : je suis d'accord a 200% avec toi lorsque tu expliques qu'un produit n'est jamais excellent dès sa sortie mais que c'est "la capacité de l'entreprise à améliorer son produit qui va faire la différence." Et c'est la que le marketing, en totale symbiose avec les équipe de R&D, doit prendre sa pleine mesure. Je suis aussi amplement d'accord sur tes bonnes nouvelles de conclusion.
Pour moi c'est un peu l'idée de ce "Marketing 2.0" (qui n'est pas nouveau pour autant) : le marketing entre en discussion avec le marché pour aiguiller les R&D et avoir des produits correspondant aux attentes, alors que le marketing "classique" tentait de forcer les besoins et les usages des consommateurs selon des produits déjà établis.

Fred : là aussi, je suis d'accord. C'est justement parce qu'il y a beaucoup de produits semblables que le marketing est important, ou mieux, c'est parce que beaucoup de produits se disent semblables qu'il faut utiliser le marketing pour bien montrer la différence.
Mais si les produits sont effectivement semblables, et bien il faut chercher l'élément différenciateur : que ce soit au niveau du produit, au niveau de la politique d'entreprise etc...
Je suis aussi entièrement d'accord avec ton idée d'échanges en entreprises et l'intérêt de la polyvalence (je peux personnellement confirmer avec ma formation: ecole d'ingenieur + mastere specialise marketing et communication)

JOUJOU DE PARIS

C'est vrai que des produits comme l'Actimel correspondent à une réelle utilité...Moi, ma position c'est que l'on est sur le principe de la bicyclette, il faut qu'on pédale sinon on se casse la gueule. Donc, les grosses entreprises ont la necessité de sortir des produits juste pour sortir des produits et absorber les charges fixes. Ici, il me semble qu'avec l'exemple de l'Actimel, le besoin se situe dans la valorisation de l'individu, donc que du MKG. Et encore, je n'ai pas parlé de la fabrication des rasoirs à trois (4?) lames ou mieux...des JOUJOU DE PARIS.

Fred

Je ne suis encore qu'en fin de licence economie et gestion à l'iae :)

Mais je souhaite m'orienter du coté du marketting (en master) car je trouve ça vraiment passionnant.

Ngoc Longe


Hello! I could have sworn I’ve been to your blog before but after browsing through many of the articles I realized it’s new to me. Anyhow, I’m definitely delighted I found it and I’ll be book-marking it and checking back often!

Alyce Litecky


bookmarked!!, I really like your blog!

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom est obligatoire. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Enter your email address:

Delivered by FeedBurner

Nos chroniqueurs exclusifs

  • 1er lundi du mois
    Gilles Martin - Président-Fondateur du cabinet de conseil en stratégie et management PMP et co-fondateur de Youmeo un innovation Lab et conseil en innovation
  • 1er mardi du mois
  • 1er mercredi du mois
  • 1er jeudi du mois
  • 1er vendredi du mois
  • 2 iem lundi du mois
  • 2 iem mardi du mois
  • 2 iem mercredi du mois
  • 2 iem jeudi du mois
  • 2 iem vendredi du mois
    Vincent Colot - Analyste financier chez Euroconsumers
  • 3 iem lundi du mois
  • 3 iem mardi du mois
    Christian Ouedraogo - Entrepreneur - Stratégie d’entreprise - entreprise sans fautes
  • 3 iem mercredi du mois
  • 3 iem jeudi du mois
  • 3 iem vendredi du mois
  • 4 iem lundi du mois
  • 4 iem mardi du mois
  • 4 iem mercredi du mois
  • 4 iem jeudi du mois
  • 4 iem vendredi du mois
    Vincent Colot - Analyste financier chez Euroconsumers

Catégories

Contributeurs exclusifs

Contributeurs