« E-commerce : le Retour du Failure Marketing ! | Accueil | Gilles Gallico - Entrepreneur - Trouvea »

Commentaires

Zorro

Ce que vous proposez est scandaleux ! Le détournement systématique de la loi est la gangrène des libertés ! La loi 1901 n'est pas faite pour déguiser des start-up ! Honte à vous, M. Samuel Laurent !

lsm

La loi de 1901 est faite pour tous ceux qui veulent s'associer pour partager autre chose que des bénéfices.

Il ne s'agit pas de déguiser des start-up puisque le couplage suppose qu'il existe à côté de la structure associative une start-up qui porte l'activité marchande.

Je suggère d'utiliser la structure associative dans les cas où le projet présente une dimension d'intérêt collectif, ce qui peut être le cas lorsque le service proposé l'est gratuitement.

Cordialement

Zorro

Qui peut être assez naïf pour croire que ce n'est pas l'intérêt privé qui motive la crétion de cette association ? On voit bien clairement qu'il s'agit, à l'opposé de toute recherche d'un intérêt collectif, de promouvoir un produit d'appel pour la structure commerciale "couplée" à l'association.

Je vous cite : "En recueillant l'adhésion des toutes les personnes physiques et morales qui peuvent avoir une motivation quelconque à suivre le développement du projet, l'entreprise Web 2.0 tisse un premier réseau de relation d'intérêt."

La gratuité ne suffit pas à donner une "dimension d'intérêt collectif" à un produit. De nombreux produits sont aujourd'hui fournis gratuitement par des sociétés informatiques comme produits d'appel : antivirus, par exemple, pour faire vendre des solutions plus complètes en matière de sécurité informatique. Ainsi, encore faut-il que la motivation première soit réellement d'apporter quelque chose à la collectivité sans arrière pensée. Ici, ce n'est pas le cas.

D'ailleurs, il suffit de vous lire pour sentir vos arrières pensées : "Un tel système se situe clairement en dehors de l’économie marchande et l'association loi 1901 peut constituer alors une coquille juridique adaptée". Vous parlez de "coquille", et cela montre bien qu'il y a volonté de dissimuler l'activité réelle.

Dans votre "définition" de l'association, on comprend bien qu'il s'agit de faire porter les coûts du service en ligne aux adhérents : "l'association permet de collecter revenus pour les affecter en toute légalité à un projet spécifique."

De plus, j'ai des doutes quant à la réelle gratuité du service, pusique vous dites : "Le montant de la cotisation doit être adapté selon les bénéfices que l'adhérent retirera de sa participation au projet associatif". Cela ressemble plutôt à la vente d'un abonnement. Le montant d'une adhésion est généralement fixé en fonction de la recherche d'un équilibre financier (c'est-à-dire en rapport avec les coûts de fonctionnement de l'association). Nullement en contrepartie d'un service rendu...

A mon avis, vous vous trompez quand vous vous appuyez sur les travaux de Marcel Mauss. En effet, celui-ci a écrit un ouvrage intitulé : "Essai sur le don. Forme et raison de l'échange dans les sociétés archaïques". Est-ce que nous sommes dans une société archaïque ? Non, notre société est civilisée et son fonctionnement est régi par des règles, des lois.

La constitution d'une association a pour unique objectif de donner une existence juridique à un groupement d'énergie humaine autour d'un projet non-commercial, à but non lucratif. Dans votre "montage", cela ne transparait pas. Je le trouve donc tiré par les cheveux, et cela m'ammène à m'interroger sur votre bonne foi.

A vouloir toujours contourner les lois on finit par légitimer le durcissement des lois et la remise en cause des libertés individuelles. Voilà pourquoi je dis que votre attitude est scandaleuse.

Vous voulez lancer un produit commercial ? Monter une entreprise commerciale !

lsm

Cher zorro,

Dans votre californie natale, il est certain parvenu à vos oreilles que depuis une vingtaine d’années une nouvelle économie prend forme, l’économie numérique.

Cette économie dépasse largement le cadre conceptuel auquel on a l’habitude de se référer, puisqu’elle n’a plus seulement trait à la production et l’échange de biens matériels, mais essentiellement à la connaissance. Pour cette raison, les acteurs de cette nouvelle économie sont conduits à emprunter des sentiers inexplorés.

Ce n’est pas moi qui me réfère à Mauss mais JM. Salaün ici. Ce Monsieur (et d’autres comme lui, chacun dans sa spécialité) conduit une réflexion très sérieuse à propos des nouveaux modèles impliqués par cette l’économie numérique. Le don constitue un paradigme important dans cette réflexion de fond qui est à l’œuvre partout dans le monde.

A ma modeste échelle, et dans mon domaine professionnel, j’essaye d’en faire de même. Je réfléchis sur mon blog et dans les colonnes d’envied’entreprendre aux solutions d’ingénierie juridique que l’association loi 1901 permet d’apporter aux acteurs de l’économie numérique.

Il s’agit d’un travail théorique qui vise à contribuer au débat d’idées et ouvrir des pistes de réflexion. J’ai évoqué par ailleurs les limites de principe à ne pas franchir et les précautions qui sont d’usage lorsque l’on adopte la forme juridique de l’association. Je n’ai pas non plus fait mystère de l’obligation de l’association de se soumettre aux impôts commerciaux dès lors que son activité est concurrentielle.

Si j’ai heurté certaines de vos convictions, j’en suis sincèrement désolé et je vous prie d’accepter mes excuses. Je reconnais par ailleurs que ma formulation « … selon les bénéfices que l'adhérent retirera de sa participation au projet… » est malheureuse, l’adhérent ne devant retirer aucun bénéfice financier de sa participation à l’association. Je ne visais en aucune manière un éventuel accroissement de patrimoine pour les membres et je crois que l’exemple retenu le montre clairement.

Mais permettez-moi d’être pragmatique. L’association loi de 1901 n’est frappée que d’un seul tabou, la répartition des excédents entre ses membres. Pour le reste, il s’agit d’un véhicule juridique comme un autre et les praticiens peuvent s’en saisir sans que Waldeck-Rousseau ne se retourne dans sa tombe.

Pour cette raison, il m’est difficile d’accepter le ton accusatoire de votre commentaire et les graves reproches que vous faites à ma probité. Je n’incite personne à violer la loi ; c’est vous qui en faites une interprétation erronée, en assimilant abusivement « but non lucratif » et « activité non commerciale ». Quant au mot « coquille », vous ne devez pas vous méprendre ; il s’agit d’un terme jargonnant : il pointe simplement sur la forme juridique destinée à porter un projet économique et n’implique pas –à ma connaissance- de volonté de dissimulation.

J’ajoute que votre lecture restrictive de la loi de 1901 fait fi de la réalité du monde associatif : les 300.000 structures qui pèsent le plus dans notre paysage associatif sont de véritables entreprises d’utilité sociale. Elles occupent un effectif salarié, gèrent des budgets importants et diversifiés ; se situent -au moins entre elles, mais assez souvent face au secteur marchand- dans une logique parfaitement concurrentielle. Bon nombre de ces structures associatives n’ont plus vu l’ombre d’un bénévole depuis de nombreuses années. Comme les entreprises de taille comparable, elles sont le siège d’importantes luttes de pouvoir et évoluent au gré des stratégies personnelles des individus qui les animent.

A l’autre bout de l’échelle, en ce qui concerne les petites structures associatives, j’évalue entre 100.000 et 200.000 le nombre des associations en France dont la seule vocation est de porter le projet de vie de leur fondateur, la plupart du temps un projet professionnel, souvent une activité artistique ou bien d’enseignement et de pratique, voire de développement personnel. Ici également l’association est un véhicule juridique qui permet de produire une certaine utilité collective à partir d’intérêts personnels.

Réfléchissez bien, Zorro : l’économie numérique est en marche et elle semble vouloir emprunter des modèles économiques nouveaux, en rupture avec les schémas issus du capitalisme industriel. En imposant une lecture réductrice de la loi de 1901, vous confisquez au tiers secteur sa vocation naturelle à accueillir les péones de la nouvelle économie de l’information et de la connaissance ; malgré vos airs de justicier, vous vous faites alors l’allié objectif du secteur marchand et de la vieille logique du rapport de force économique.

Cordialement

Laurent Samuel

lsm

PS : Les sociétés archaïques ne sont pas moins « civilisées » que la nôtre. Même si elles ne s’encombrent pas en général de l’écrit, elles sont fortement productrices de lien social et elles instituent un appareil de valeurs et de règles tout aussi complexe et sophistiqué que le nôtre

Edra Shirai


Good write-up. I certainly love this website. Continue the good work!

Nellie Chicalace


Good article! We are linking to this particularly great post on our website. Keep up the great writing.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom est obligatoire. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Enter your email address:

Delivered by FeedBurner

Nos chroniqueurs exclusifs

  • 1er lundi du mois
    Gilles Martin - Président-Fondateur du cabinet de conseil en stratégie et management PMP et co-fondateur de Youmeo un innovation Lab et conseil en innovation
  • 1er mardi du mois
  • 1er mercredi du mois
  • 1er jeudi du mois
  • 1er vendredi du mois
  • 2 iem lundi du mois
  • 2 iem mardi du mois
  • 2 iem mercredi du mois
  • 2 iem jeudi du mois
  • 2 iem vendredi du mois
    Vincent Colot - Analyste financier chez Euroconsumers
  • 3 iem lundi du mois
  • 3 iem mardi du mois
    Christian Ouedraogo - Entrepreneur - Stratégie d’entreprise - entreprise sans fautes
  • 3 iem mercredi du mois
  • 3 iem jeudi du mois
  • 3 iem vendredi du mois
  • 4 iem lundi du mois
  • 4 iem mardi du mois
  • 4 iem mercredi du mois
  • 4 iem jeudi du mois
  • 4 iem vendredi du mois
    Vincent Colot - Analyste financier chez Euroconsumers

Notre compte Twitter

Catégories

Contributeurs exclusifs

Contributeurs