« 10 conseils pour améliorer son organisation et gagner du temps ! | Accueil | Marketing…Online »

Commentaires

ConseilsMarketing.fr

Bonjour,

héhé... ca me rassure de voir que je ne suis pas le seul à penser cela ;D

Parmis les autres sujet sur le même thème:

- Le mythe des formations interne dans les grandes boites qui sont sensés vous apprendre à gérer un projet, à manager des salariés... alors que les managers qui vous font la leçons ne le mettent pas en pratique (passe encore, ca arrive à tout le monde), mais qui ne font que répéter un PPT remplis de banalité et de lapalissages... Bref moins cher que le MBA, mais avec la même efficacité, la formation en interne a une productivité d'environ 15% (grosso modo 2h vraiment intéressantes pour 2 jours de formation !).

- Le mythe du diplôme : ce syndrome français qui fait penser qu'avoir un diplome permet d'occuper un poste(ou plutôt ne pas avoir un diplome ne permet pas d'occuper un poste). Perso ca me pose pas trop de Pb (j'ai un bac +5), mais parfois ca frise la bétise.

...

Perso je conseille à tout le monde la lecture du livre "Le management pour les nuls", qui est vraiment pratique et utile (même si un peu trop américain !).

Cdlt

fred
www.conseilsmarketing.fr

JOUJOU DE PARIS

C'est un peu comme le marathon...le mieux c'est de le faire. Par contre, c'est bien de se préparer un peu avant. Concernant la partie sur comment faire face à une grève, je crois que d'ici peu va y avoir de la matière pour les études de cas!!!

Guillaume

Bonjour,

en fait je pense qu'il y a juste une chose que vous n'avez pas comprise, et c'est dommage parce que c'est le postulat de base : ces écoles ne forment pas à la création d'entreprise, mais au management de grands groupes. Alors je comprends que vous ayez été déboussolé en entendant parler de théorie des organisations alors qu'à votre échelle, ça n'est pas du tout nécessaire. Mais il faut comprendre que vous être une exception à l'échelle d'une grande école.
En ce qui me concerne j'ai fait l'ESSEC, et son enseignement théorique mis en relief par beaucoup de stages pratiques (dont une création d'entreprise) m'ont semblé vraiment tout à fait adaptés, et bien au delà du niveau de l'éducation nationale justement. J'ai ensuite pu m'insérer (comme 400 de mes camarades chaque année) dans un milieu professionnel qui me correspond parfaitement, et dans lequel j'utilise les outils que l'ont m'a enseigné ou que j'ai appris grâce aux bases que j'ai reçues en écoles. Je pense que si ça ne fonctionnait pas personne ne paierait 8.000€ par an pour faire ce genre d'écoles... Ne soyez donc pas si frustré de ne pas avoir compris ce que l'on vous a enseigné, relisez éventuellement vos cours, et vous verrez, peut être, que vous n'êtes pas si supérieur aux profs d'excellence qui peuplent ces écoles.

Laurent DUREAU

Bonjour Guillaume,

En effet, il existe un univers de différence entre les grands groupes et la PME/TPE. Les élèves qui s'assoient sur les bancs ont de sérieuses raisons pour débourser 8000€ et en cela je ne les blâme pas puisque j'ai fait de même.

Il en est de même sur les profs, ils peuvent avoir de grandes valeurs personnelles et leur enseignement peut être de valeur.

Ce qui est vérifié par les banquiers, est qu'un cadre de grands groupes est loin d'avoir les qualités premières d'un entrepreneur. Les statistiques démontrent que le taux d'échec de ces "supers cadres" est proche de 100% lorsqu'ils veulent monter une entreprise.

Ce que je dis est que l'on peut certes apprendre plein de choses dans une école de management mais que cela restera de la théorie. Le premier chainon est apprendre puis comprendre afin d'agir pour enfin enseigner.

Avec le temps, et l'avenir nous le dira, les écoles de management devront intégrer "la création d'entreprise" à leur programme sous peine de mourir. Aussi prestigieuse que soit une école, il lui faudra forcément s'ajuster à la demande du marché.

Quand l'ENA disparaitra nous aurons peut être le droit d'avoir de vrai patron à la tête de nos multinationales et non des fonctionnaires surpayés avec parachute en or tout en étant totalement déconnectés des résultats négatifs de l'entreprise.

Alors aussi prestigieuse et ancienne soit l'école, elle ne sera aucunement protégé par le libéralisme de la globalisation actuelle.

Peut-être, un jour enfin, on reconnaitra les valeurs d'un individu à ce qu'il est et non seulement au CV auréolé de diplômes prestigieux.

Et puis pour enfoncer le clou, plus de la moitié des entreprises du CAC 40 ont été créées par des autodidactes. Et puis aucune des personnes les plus riches du monde n'a fait d'école de management.

Frustré j'ai été car j'ai seulement réalisé que je m'étais fait tout simplement "plumé". La mariée était belle mais elle n'a pas vraiment donné ce qu'elle était censée apporter.

Il faut de tout pour faire un monde, et à ce titre, il n'y a ni inférieur ni supérieur mais seulement des sensibilités différentes dans un monde en éternel reconstruction.

JOUJOU DE PARIS

En tout cas concernant Guillaume, il devrait allé se confesser à la chapelle de l'ESSEC. Je n'en reviens pas : quelle condescendance. Il devait souvent être absent au cours traitant des relations humaines. Comme quoi les grandes écoles devraient ajouter des modules à leurs formations... La politesse est à l'ame ce que la grace est au visage (Voltaire).

JC

Ce qui s'applique aux écoles de management, s'applique aussi aux écoles d'ingénieur. Le côté pratique des choses, le quotidien n'est pas abordé: Comment travailler en groupe, comment convaincre, quid de la relation recherche-entreprises, qu'attend réellement un client, etc... etc...

Force est de constater que de la maternelle aux multiples bac+5, l'école n'a pratiquement qu'un seul objectif: former des sujets efficaces pour les grandes organisation de ce monde. Les profs qui poussent à la créativité, à l'inventivité, à sortir des sentiers battus, à prendre en considération le caractère unique de chaque individu sont particulièrement rares (cf Le Cercles des Poètes Disparus).

A ma connaissance, aucun école de niveau supérieur ne propose de modules sérieux à la création d'entreprise comme le dit Laurent. Il faudrait pour cela qu'elles intègrent un suivi pendant trois ans de chacun des projets créés et mesurent l'efficacité de leurs enseignements et appuis post-création. Il faudrait aussi qu'elles s'entourent, à part égales, de professeurs reconnus et académiques, et, de créateurs d'entreprise de moins de cinq ans.

Combien étaient-ils au tout début chez Apple ou Microsoft ? Deux! Le génie de Jobs ou de Gates résident-ils dans l'analyse des bilans ? Bien sûr que non. Mais si l'environnement américain est parfois favorable aux jeunes pousses (c'est l'université qui a prêter son matériel lors de la première année de Google), je doute que les écoles françaises sachent redescendre au niveau du sable et de la poussière tant leurs désirs de grandeurs les éloignent de la réalité du créateur.

Axel

Bonjour,

Beaucoup d'écoles de management, y compris l'ESSEC dispensent des cours dédiés à l'entreprenariat. Certaines proposent également des spécialisations dédiées à la création d'entreprise, ainsi que des incubateurs de sociétés.
L'APEC a récemment publié une liste (incomplète) des écoles proposant ce type de cursus.

Toutes les écoles de management (généralement encore dénommées écoles supérieures de commerce il y a quelques années) font de leur vitrine l'accès de leur diplômés aux postes dans des multinationales. La raison en est simplement que la multinationale possède un nom, une image de marque, sur lequel l'école peut capitaliser, et se vendre auprès de ses prospects, clients, et partenaires (futurs élèves, étudiants, entreprises...).

Aucune école ne peut aujourd'hui prétendre que tous ses élèves trouveront un poste de "manager" à la sortie de l'école. Il manque en effet à un jeune diplômé cette expérience, qui se développe au cours des années et très peu se retrouvent directement avec un poste de manager.
La plupart passent par la case "executive", et évoluent manager d'une équipe de 2 à 3 personnes au bout de 2/3 ans en fonction de leurs résultats, puis managers de managers, etc...

Bref, avant de passer "manager", tout le monde doit apprendre son métier, et les cours de management ne concernent bien sûr que les fondamentaux. Ceci étant, les écoles de management proposent bien plus que des cours magistraux, et notamment :
_Des travaux de groupe où l'on apprend non seulement à appliquer les théories apprises en cours, mais aussi à travailler en groupe, à gérer les conflits au sein du groupe...
_Des présentations orales, où l'on apprend à présenter son travail (BP, plan de financement ou autre) de manière efficace, et à le vendre
_L'investissement dans une activité sportive ou associative. Gestion de projet, organisation d'évènements, prospection commerciale d'entreprises partenaires, motivation des membres de l'association, là encore gestion des conflits, gestion de la trésorerie de l'association, gestion de la communication presse, des relations avec la direction de l'école, avec les autres associations...
_Les stages. Vous l'aurez compris, je suis actuellement dans une de ces écoles (non non, pas dans les 10 "premières"). J'ai acquis plus de 2 ans d'expérience au travers de stages (dans 4 pays différents), à diverses fonctions marketing et commerciales, dans des entreprises de 10 salariés maximum. Et il me reste encore un an d'études, pour obtenir un Bac+5 (où je pourrai encoure effectuer un stage de pré-embauche de 6 mois).
Si 2 ans ne valent pas 20 ans, les stages permettent d'obtenir une réalité du monde du travail, d'acquérir des méthodes et des comportements que l'on n'aurait pu gagner autrement. Bref, c'est aussi de l'expérience professionnelle. Beaucoup d'écoles proposent également l'apprentissage pour acquérir une expérience professionnelle et des connaissances "universitaires".

Ma conclusion est que OUI, pour être un bon manager, l'expérience est indispensable et NON, on ne peut pas tout apprendre dans un amphi.
NON, la valeur ajoutée des écoles de management modernes ne se mesure pas à leurs amphis mais à leur cursus et à leur pédagogie.
OUI les écoles de management modernes s'intéressent déjà à l'entreprenariat.

Quid pour finir : si elles ne préparaient pas à la création d'entreprise, pourquoi y aurait-il autant d'anciens et de professeurs de ces écoles sur ce blog ?

Axel

Autre blog traitant du même sujet...
http://www.capitalsocial.fr/index.php?2007/05/24/196-reseaux-retis-ecoles-ingenieurse-ecoles-commerce-creation-entreprises

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom est obligatoire. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Enter your email address:

Delivered by FeedBurner

Nos chroniqueurs exclusifs

  • 1er lundi du mois
    Gilles Martin - Président-Fondateur du cabinet de conseil en stratégie et management PMP et co-fondateur de Youmeo un innovation Lab et conseil en innovation
  • 1er mardi du mois
  • 1er mercredi du mois
  • 1er jeudi du mois
  • 1er vendredi du mois
  • 2 iem lundi du mois
  • 2 iem mardi du mois
  • 2 iem mercredi du mois
  • 2 iem jeudi du mois
  • 2 iem vendredi du mois
    Vincent Colot - Analyste financier chez Euroconsumers
  • 3 iem lundi du mois
  • 3 iem mardi du mois
    Christian Ouedraogo - Entrepreneur - Stratégie d’entreprise - entreprise sans fautes
  • 3 iem mercredi du mois
  • 3 iem jeudi du mois
  • 3 iem vendredi du mois
  • 4 iem lundi du mois
  • 4 iem mardi du mois
  • 4 iem mercredi du mois
  • 4 iem jeudi du mois
  • 4 iem vendredi du mois
    Vincent Colot - Analyste financier chez Euroconsumers

Notre compte Twitter

Catégories

Contributeurs exclusifs

Contributeurs