« Les règles de base du business (cinquième épisode) | Accueil | Livre gratuit : 101 astuces Marketing »

Commentaires

Virgile

Entièrement d'accord avec votre article. J'ai créé une start-up et je suis issu d'une "grande école de commerce". Eh bien tout est fait pour orienter les diplômés vers des grands groupes. Les structures d'encadrement sont à peine présentes pour aider les entrepreneurs. Les dirigeants de ces écoles sont plus concentrés sur les labels d'accréditation que sur ce type de problème.

Or là ou il y a un paradoxe, c'est que ceux qui ont le plus de sécurité devraient être les premiers à tenter leur chance. Ce qui est loin d'être le cas dans les grandes écoles.

Il serait intéressant de savoir quelles sont les grandes écoles qui disposent dans leur programme de filière entrepreneuriale (HEC, EM Lyon, ESSEC, Grenoble EM et d'autres?)

jean

Je suis jeune diplomé d'une école d'ingénieur et créateur d'une entreprise industrielle depuis mars.

je suis assez d'accord avec ce constat :
Manque de structure accompagnatrice ? sûrement, l'exemple de mon école est flagrant puisque l'incubateur à fait long feu (heureusement, j'ai fait sans).

Le parcours des jeunes diplômés est tout tracé dans un grand groupe? C'est vrai aussi, je me rapelle les mots d'une personne de l'association des anciens élèves chargée d'aider les jeunes diplômés à la recherche d'emploi : "- C'est un grand groupe, vous pouvez accepter un salaire moins élevé car vous pourrez y évoluer, ne laissez pas passer votre chance!"

je rajouterai à l'article, et c'est ce qui me semble la première des raisons, l'enseignement même n'est pas orienté vers ce genre de prise de responsabilité, le supérieur hierarchique, le "n+1", est comme intégré à la culture de l'ingénieur ce qui est paralysant pour la création d'entreprise où cet individu disparait.

C'est finalement ce n+1 qui me manque le plus aujourd'hui alors même que le choix de l'entreprenariat est motivé par le fait d'être libre de mes choix, paradoxal non? en tout cas, ce sentiment est le fruit de 5 ans d'études supérieures en France.

céline

Une réfléxion que je me suis faite aussi en repensant à mon parcours. Je suis sortie d'une école d'ingénieurs en 1998, et 9 ans après je crée mon entreprise dans un tout autre domaine. Tout était fait à l'époque pour nous inciter à nous mirer dans les postes offerts par les grands groupes, un vrai formatage.

Je me souviens d'une prof qui avait demandé "qui compte monter sa boite?"...sur 80 personnes...pas un doigt levé...il y avait moi, dans mon for intérieur, mais j'ai bêtement suivi les les réponses des autres.

En même temps, je dirais qu'un peu d'expérience n'est pas mal non plus.
Mon entreprise est jeune mais je suis bien contente d'avoir eu ma formation scientifique + mon expérience dans le marketing pour la créer, bien qu'elle soit dans un domaine complètement éloigné (la déco.

Je dirais quand même qu'un module "création d'entreprise" dans les cours d'économie et de marketing serait le bienvenu. Il suciterait certainement plus de vocations.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom est obligatoire. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Enter your email address:

Delivered by FeedBurner

Nos chroniqueurs exclusifs

  • 1er lundi du mois
    Gilles Martin - Président-Fondateur du cabinet de conseil en stratégie et management PMP et co-fondateur de Youmeo un innovation Lab et conseil en innovation
  • 1er mardi du mois
  • 1er mercredi du mois
  • 1er jeudi du mois
  • 1er vendredi du mois
  • 2 iem lundi du mois
  • 2 iem mardi du mois
  • 2 iem mercredi du mois
  • 2 iem jeudi du mois
  • 2 iem vendredi du mois
    Vincent Colot - Analyste financier chez Euroconsumers
  • 3 iem lundi du mois
  • 3 iem mardi du mois
    Christian Ouedraogo - Entrepreneur - Stratégie d’entreprise - entreprise sans fautes
  • 3 iem mercredi du mois
  • 3 iem jeudi du mois
  • 3 iem vendredi du mois
  • 4 iem lundi du mois
  • 4 iem mardi du mois
  • 4 iem mercredi du mois
  • 4 iem jeudi du mois
  • 4 iem vendredi du mois
    Vincent Colot - Analyste financier chez Euroconsumers

Notre compte Twitter

Catégories

Contributeurs exclusifs

Contributeurs