« Le crédit d'impôt recherche (CIR), le statut JEI et l'agrément recherche | Accueil | Interview de Christophe Baralotto, PDG de Mail In Black »

Commentaires

Gilles

Que ne faites vous un diagnostic exact sur l'atmosphère et le style de management existant dans l'entreprise en France!!!!

Travaillant actuellement à Dublin, dans un grand groupe américain IT, je peux vous indiquer que cette question a été largement dépassée depuis longtemps, et heureusement.

Comment? En érigeant la communication transparente comme modèle simple, concret et assumé de A à Z. Quand le manager a quelque chose à dire, il le dit, tranquillement, mais il le dit, sans laisser gonfler la chose pendant des lustres, il le dit de suite. Il y met la manière en disant ne pas vouloir brusquer, mais il dit la/les choses de suite. Si ça ne va pas/s'améliore pas, il revient et voit avec le membre de l'équipe comment les choses pourraient être améliorés, ce que le manager peut changer et ce que l'employé peut changer.

Et il y a ce qu'on appelle la politique permanente de la porte ouverte : la porte du manager est toujours ouverte, on peut aller le voir à tout moment à n'importe quel sujet. La communication va donc dans les deux sens.

Il n'y a pas de rétention d'information au sens qu'une information qui devrait circuler jusqu'aux employés ne circule pas parce qu'un 'petit chef' (la maladie française) aurait décidé de la garder pour lui.

Les communications importantes et même stratégiques sur la vie de l'entreprise sont faites quand il le faut, sans tarder, les résultats sont donnés à toute l'équipe et au département avec le résultat de chaque membre. C'est transparent. Les résultats de l'entreprise sont aussi communiqués et assumés.

Bref, c'est pas si compliqué, ça existe déjà, il suffit juste en France de le mettre en place. Pour cela, le top management de l'entreprise (qu'il s'agisse d'un groupe ou d'une PME même petite) doit soutenir cette mutation, et les managers de département et/ou d'équipe doivent réunir leurs collaborateurs pour leur dire que désormais la communication sera dans les deux sens, sera assumée, faite dans un délai qui ne fait pas augmenter le stress ou les rumeurs. Il faut aussi préciser que lorsqu'on communique une chose à son manager cela ne va pas forcément être modifié, mais que la faisabilité va être étudié et qu'ensuite on en rediscute avec lui. Et si cela n'est pas faisable, il le dit avec calme et franchise.

Communiquer dans les deux sens, avoir des managers qui savent assumer en montrant qu'ils s'impliquent et écoutent, tout en sachant être fermes sur le fond et pédagogues sur la forme, et flexibles sur les questions triviales (comme laisser partir quelqu'un à la poste pendant 2 heures s'il rattrape ensuite, accepter un jour de repos non prévu pour le lendemain, sans refuser simplement pour le principe qu'il fallait prévenir 3 semaines à l'avance ...), voici quelques principes qui pourraient modifier profondément la donne de l'atmosphère en entreprise en France ...

... et par là-même, la motivation des salariés et au final l'efficacité collective ...


Laurent DUREAU

Merci Gilles de confirmer qu'il est possible d'avancer dans la transparence sans pour cela avoir des retours de bâton qui font mal.

La peur paralyse la communication, c'est pourquoi il faut y aller avec des pincettes au début car nous touchons d'abord l'affect et ensuite le mental.

Le monde du travail anglosaxon a une bonne longueur d'avance en ce domaine car c'est un système plus pragmatique et moins centralisé que la mentalité française.

Avec l'ouverture à l'international, les nouvelles générations seront bridées et j'ai confiance que cela changera en France très rapidement.

Par exemple, l'approche individuelle du web 2.0 des employés force la main à l'entreprise de devenir plus transparente. Même si elle ne veut pas vraiment de la transparence, il suffit de naviguer dans les réseaux sociaux et les blogs perso pour en savoir un max sur son compte.

C'est aussi la principale raison que les blogs d'entreprise ont du mal à décoller. Ils ont peur de la transparence qui se fera de toute façon avec ou sans eux.

Merci encore Gilles pour ton témoignage.

Gilles

Concernant les blogs d'entreprise ou pour tout autre outil, je n'aurais (de retour en France) aucune hésitation à les utiliser et à dire les choses telles que je les pense, d'ailleurs même sans blog, en direct avec ma hiérarchie. Ca risque probablement de surprendre, non par le contenu même, mais par le fait qu'ils ne sont pas habitués à ce qu'on leur parle de ce genre de choses, ou en tous les cas directement.

Mais en fin de compte, ils ne pourront rien dire contre cela en tant que tel, ils seront juste surpris. Et si vraiment ça dérange et pose problème, alors je n'insisterais pas et cela sera le signe pour moi que je n'ai plus à rien à faire dans des entreprises de ce style.

J'étais aussi comme tout le monde le petite employé appeuré, inquiet, timide ou en tout cas complexé à l'idée de dire quelque chose, ... Si le fait de dire des choses simples, saines et franches dérange, je n'aurais à partir de maintenant plus envie de me reglisser dans cette "ancienne peau" qui était la mienne avant de venir à Dublin.

Visant un poste de management, ma condition, dès les entretiens d'embauche sera de vérifier, en demandant la chose explicitement, si j'ai oui ou non la carte blanche vis-à-vis d'un style de management totalement transparent tel que le mode anglo-saxon. Si ce n'est pas le cas, ou que la réaction est dubitative ou bizarre, je n'insisterais pas.

Le management et les dirigeants d'entreprises (françaises) sont aussi en contact avec l'international et voient bien qu'il y a une autre manière de faire. S'ils ne "percutent" pas ou ne se posent pas la question de mettre cela en place, je ne vais pas courir derrière eux.

Désolé d'être aussi cynique, mais j'ai été tellement déçu par le mode de management en France alors qu'en sortant de mon école, j'étais plein d'idées préconçues positives sur le "patron moderne français" ...

Pour ma part, je n'ai pas eu la chance de le rencontrer (même s'il doit en exister quelques-uns).

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom est obligatoire. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Enter your email address:

Delivered by FeedBurner

Nos chroniqueurs exclusifs

  • 1er lundi du mois
    Gilles Martin - Président-Fondateur du cabinet de conseil en stratégie et management PMP et co-fondateur de Youmeo un innovation Lab et conseil en innovation
  • 1er mardi du mois
  • 1er mercredi du mois
  • 1er jeudi du mois
  • 1er vendredi du mois
  • 2 iem lundi du mois
  • 2 iem mardi du mois
  • 2 iem mercredi du mois
  • 2 iem jeudi du mois
  • 2 iem vendredi du mois
    Vincent Colot - Analyste financier chez Euroconsumers
  • 3 iem lundi du mois
  • 3 iem mardi du mois
    Christian Ouedraogo - Entrepreneur - Stratégie d’entreprise - entreprise sans fautes
  • 3 iem mercredi du mois
  • 3 iem jeudi du mois
  • 3 iem vendredi du mois
  • 4 iem lundi du mois
  • 4 iem mardi du mois
  • 4 iem mercredi du mois
  • 4 iem jeudi du mois
  • 4 iem vendredi du mois
    Vincent Colot - Analyste financier chez Euroconsumers

Notre compte Twitter

Catégories

Contributeurs exclusifs

Contributeurs