« "Petite chronique boursière " : La question à se poser | Accueil | Les 10 leçons de management par Don Corleone »

Commentaires

Guillaume

Tant qu'à fiare, autant ne pas choisir un job qu'alimentaire... mais qui puisse aussi de près ou de loin apporter quelque chose au projet d'entreprise. Ce n'est évidemmant pas facile.. ni toujours faisable, mais cela reste un ligne directrice.

Eric

Oui, je suis en plein dedans!
Je travaille actuellement à mi-temps (1200 euros net) pour incuber un projet personnel - je suis père de 3 enfants et marié. Nos revenus familiaux avoisinent les 4KE, ce qui permet de donner aux enfants autre chose que des nouilles à tous les repas ;-)
Votre article, très bien fait, relate ce que peu d'entrepreneurs osent mettre en avant! Car être un entrepreneur, c'est donner à la société l'image d'un "guerrier" qui lutte contre vents et marées.
Un de mes amis, entrepreneur en phase de réussite (réussite avérée), m'a clairement avoué que grâce au salaire conséquent de son épouse, il s'était octroyé le droit de ne pas ramener de cash à la maison et que cette période de non-salaire avait quasiment durée 3 ans. Avant ca, une première aventure entrepreneuriale avait également été possible pour lui, par la conjonction de son insouciance de célibataire et d'un support parental de premier ordre (logis, repas, voiture,essence,...).

Peu d'entrepreneurs, tels que nos "Premium Business Man Français" comme Loic LeMeur, (qui dépose ici certains articles), nous racontent que c'est leur confort financier qui leur permettent des actions qui laissent dubitatif le plus commun des salariés en mal d'entrepreneuriat. Ces business men donnent l'impression (fausse) des poilus de 14, sortant sabre au clair de la tranchée, face à la mitraille (même pô peur).
LLM, ne raconte pas non plus comment il a "survécu" avant la rentabilité et la vente de son premier business. S'ils le faisaient, nos entrepreneurs ne perdraient aucune crédibilité.

Il est selon moi dommage que l'entrepreneur, ne soit pas plus démystifié. Je sais et nous savons tous qu'il faut, pour former un "Entrepreneur en réussite", un savant cocktail composé des paramètres suivants: une douce inconscience doublée d'un peu de "pieds sur terre", d'un réseau de relations, d'une bonne idée, d'une bonne dose de courage (être capable de sacrifier bcp de temps libre) et pour finir... d'un confort financier relatif (un peu de cash devant soi).

Merci pour votre article!

alec

Rien à ajouter.

Xavier

Purrée que j'ai hâte de monter ma boîte ! :) Article super, ça permet d'imaginer un peu son avenir. Merci.

celine

Guillaume > oui c'est un bon compromis, mais pas forcement facile à réaliser.

Eric > Je suis d'accord, il y a certains "tabous" autour de ce sujet, alors que c'est une réalité. Et je pense également que cela ne remets pas en question la crédibilité des entrepreneurs. Ce n'est d'ailleurs pas étonnant que seul une femme ose faire ce genre de billet ...

Stephane

Bonjour,

Une situation dans laquelle je me retrouve.

A une exception près : le temps consacré à une autre activité que celle concernant sa propre affaire, ne m'empêche pas jusqu'ici de tenir le rythme de mes developpements.

j'ai un avantage, je vends des services. Donc pas de ''lourd'' à gérer comme des stocks, de la marchandise, etc...

L'essentiel est d'être extrêmement bien organisé, autrement dit classer par ordre de priorité les ''taches'' à accomplir. Une des clés sans consteste de son efficacité ! Donc de gain de temps !

A bientot

Cordialement

Stéphane
www.capeotravel.com
des voyages comme vous, uniques !

Yann

Excellentes remarques !

Peu de solution proposées cependant... Et c'est compréhensible car l'angle est un peu trop large. Il y a autant de sortes de contraintes que de genre de créateurs d'entreprises.

Prenons une exemple. Parfois, l'une de ces contraintes est le "time-to-market", c'est à dire le délai pour pénétrer le marché. Certains entrepreneurs n'ont pas le choix de faire deux choses à la fois. Lorsqu'on a pas cette contrainte c'est plus facile.

Personnellement, j'ai l'habitude de conseiller aux créateurs de startup qui m'approchent pour des subventions de garder en tête ce lietmotiv : "small is beautiful".

Voilà quelques conseils 1) créez vous un trésor de guerre avant de commencer 2) trouvez des clients avant de dépenser le premier Euro\Dollar\Livre 3) Concentrez-vous sur ce qui rapporte à court terme.

Erwan

Personnellement, mon activité principale ne me permet pas de vivre. Je ne peux pas travailler dans un "job alimentaire" car je n'ai pas le temps.

Je me débrouille. Célibataire, sans enfant, j'aime les pattes.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom est obligatoire. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Enter your email address:

Delivered by FeedBurner

Nos chroniqueurs exclusifs

  • 1er lundi du mois
    Gilles Martin - Président-Fondateur du cabinet de conseil en stratégie et management PMP et co-fondateur de Youmeo un innovation Lab et conseil en innovation
  • 1er mardi du mois
  • 1er mercredi du mois
  • 1er jeudi du mois
  • 1er vendredi du mois
  • 2 iem lundi du mois
  • 2 iem mardi du mois
  • 2 iem mercredi du mois
  • 2 iem jeudi du mois
  • 2 iem vendredi du mois
    Vincent Colot - Analyste financier chez Euroconsumers
  • 3 iem lundi du mois
  • 3 iem mardi du mois
    Christian Ouedraogo - Entrepreneur - Stratégie d’entreprise - entreprise sans fautes
  • 3 iem mercredi du mois
  • 3 iem jeudi du mois
  • 3 iem vendredi du mois
  • 4 iem lundi du mois
  • 4 iem mardi du mois
  • 4 iem mercredi du mois
  • 4 iem jeudi du mois
  • 4 iem vendredi du mois
    Vincent Colot - Analyste financier chez Euroconsumers

Catégories

Contributeurs exclusifs

Contributeurs