« Créer son propre réseau … | Accueil | La nécessaire préparation »

Commentaires

Michael

Merci d'avoir partagé cette vision que je trouve cruelle mais vraie. Je suis un jeune consultant (Business analyst) et je vois trop souvent des situations où l'on souhaite tout changer chez le client malgré lui et où l'on se rend compte "que ça ne prend pas".

Jean-Louis Richard

Le métier du consultant, c'est un peu l'art de se mêler de... ce qui ne vous regarde pas, ou si peu. Et c'est cette capacité à bouger soi-même, à écouter puis faire bouger l'autre, sans aucun pouvoir sur lui, et dans une direction dont nul ne peut prouver la légitimité.

A contrario, bien des opérationnels envient les capacités de ces consultants qui exercent leur pratique avec sincérité : car se mêler de ce qui ne vous regarde pas (encore) et faire bouger le système en créant des liens forts et en se fiant à son coeur, c'est aussi du management.

ecocentric

Et si le médecin était un médecin chinois.
Celui que l'on paie pour rester en bonne santé, que l'on arrête de payer lorsque l'on tombe malade et que l'on couvre de cadeaux lorsque l'on est guéri.
Une façon d'entreprendre avec le client pourrait-elle être la systémisation des forfaits et des rémunérations au résultat ?

Pour poursuivre l'analogie conseil / médecin, que dirait-on d'un médecin salarié d'une société d'assurance maladie ou salarié d'un laboratoire pharmaceutique.
Impensable, ce serait commme si un consultant était salarié, d'une société de services informatiques ou financiers. Euh, je crois que j'ai dis une ânerie.

Michel Dumas

Réussir une consultation suppose trois préalables:
1 - Que la mission fasse l'objet d'une définition précise.Elle doit dépasser le conseil.
2 - Que le consultant accepte le principe d'une rémunération au résultat, ce qui entraîne un risque pour le consultant, ce qui implique qu'il existe un suivi de la mise en oeuvre préconisée.
3 - Etre l'unique patron de la mission
parfaitement libre d'accepter ou de refuser le contrat si les deux conditions précédentes ne sont pas réunies.
Ce qui implique de n'être pris à la gorge ni par un besoin de financement, ni par un nombre de contrats trop nombreux pour pouvoir les honorer parfaitement.

Voici les conditions que je n'ai jamais rencontré dans mes missions internes au sein du groupe (300000 agents) dans lequel j'exerçais.
Chaque fois, les projets majeurs que je pilotais avec d'autres, s'effondraient parceque le décideur avait changé de stratégie. En sorte que les travaux effectués étaient à reprendre .
Le verouillage de départ qui conditionnait le bon déroulement de l'étude ne se faisait jamais dans de bonnes conditions.
La validation des étapes intermédiaires de la planification opérationnelle était acceptée du bout des lèvres .
Le financement du projet était rarement prévu.

Aujourd'hui à la retraîte, sans besoin financier, je suis libre de ravailler sur les projets de mon choix. Ils sont fonction à la fois de l'intérêt de la mission, de mes compétences , et surtout des conditions de sa mises en oeuvre.

Cordialement

SC

Je dois dire que cette vision de l'entreprise est assez réaliste. Le côté magique de certains outils est très "amusant".
Personnellement, j'ai toujours considéré que mon travail de consultante n'était pas de lui dire aux client "faites ceci comme là", "donnez-moi telles choses, tels chiffres et je vous ferais gagner tant" mais de leur apprendre à se passer de moi. De leur montrer ce qui ne va pas, ce qui peut être améliorer, comment le résoudre, l'optimiser. De leur méthodes les méthodes classique et les aider à se les approprier, et surtout de les écouter et les accompagner.
Apprendre à une entreprise à se passer de consultants, dans un sens oui ça tend à tuer le métier. Mais en réalité le travail à faire n'est pas souvent suffisant pour justifier la création d'un poste mais trop important pour être fait par les personnes en interne, le recours à des personnes extérieures est alors le meilleur choix financier. Par ailleurs si vous avez été de bon conseil une fois, la prochaine fois, il y a de fortes chances qu'ils reviennent vous voir pour d'autres problèmes.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom est obligatoire. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Enter your email address:

Delivered by FeedBurner

Nos chroniqueurs exclusifs

  • 1er lundi du mois
    Gilles Martin - Président-Fondateur du cabinet de conseil en stratégie et management PMP et co-fondateur de Youmeo un innovation Lab et conseil en innovation
  • 1er mardi du mois
  • 1er mercredi du mois
  • 1er jeudi du mois
  • 1er vendredi du mois
  • 2 iem lundi du mois
  • 2 iem mardi du mois
  • 2 iem mercredi du mois
  • 2 iem jeudi du mois
  • 2 iem vendredi du mois
    Vincent Colot - Analyste financier chez Euroconsumers
  • 3 iem lundi du mois
  • 3 iem mardi du mois
    Christian Ouedraogo - Entrepreneur - Stratégie d’entreprise - entreprise sans fautes
  • 3 iem mercredi du mois
  • 3 iem jeudi du mois
  • 3 iem vendredi du mois
  • 4 iem lundi du mois
  • 4 iem mardi du mois
  • 4 iem mercredi du mois
  • 4 iem jeudi du mois
  • 4 iem vendredi du mois
    Vincent Colot - Analyste financier chez Euroconsumers

Notre compte Twitter

Catégories

Contributeurs exclusifs

Contributeurs