« BTW back to web | Accueil | Chaleur sans fièvre »

Commentaires

ermak

Non, le statut n'est pas secondaire car le statut d'auto-entrepreneur permet à tous ceux qui se sentent des possibilités de démarrer; certes les chances de réussite sont incertaines, mais alors le besoin d'accompagnement va se faire sentir de lui-même. A propos de statut , à l'époque des SARL un créateur avait la somme de 50000 f, son avocat lui a pris 45000 f, pour étudier et déposer son statut(sic).

Patrick

François Hurel lui-même, inventeur du régime de l'auto-entrepreneur, et qui avait en son temps contribué à promouvoir son prédécesseur (la micro-entreprise), insiste pour qu'on ne l'appelle pas un statut.

Le statut est celui de l'entreprise individuelle (EI). Les deux nouveautés principales sont (1) la simplicité pour s'enregistrer et démarrer, (2) l'absence de charges et taxes quand on n'a pas de chiffre d'affaires. Et c'est en effet une initiative excellente pour tester son projet, "avant de se lancer dans le grand bain", comme il dit, pour ensuite devenir une vraie EI ou une société avec capital social (Eurl, Sarl, etc.).

Pour autant, ce n'est pas la solution de remplacement pour les activités de conseil, de formation et autres prestations intellectuelles à destination des entreprises et organismes publics ou privés, pour les raisons que j'ai citées, et d'autres encore*.

Et si les chiffres d'affaires sont encore modestes, c'est bien normal, pour trois raisons :
1. toute nouvelle entreprise met du temps à décoller, que les démarches soient simples ou complexes, car ce sont les clients qui font le CA,
2. la curiosité et la médiatisation ont accéléré les envies de certains créateurs, qui n'étaient pas prêts, pas préparés, ou n'avaient qu'une idée floue de leur projet et inexistante de leur marché,
3. dans le CA déclaré, on le verra par la suite, quand on aura les résultats détaillés et sur une année complète, il y a les prestations que les personnes faisaient au noir avant ce régime ; et c'était justement l'autre objectif de ce régime, tel que l'a voulu le ministre Novelli, dans cette partie de le Loi sur la modernisation de l'économie, de faire payer des impôts et des charges aux salariés du privés et aux fonctionnaires qui complétaient leurs revenus, sans les déclarer.

(*) voir le comparatif et les complémentarités : http://www.aquitaine-itg.fr/Comparaison-avec-l-auto.html

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom est obligatoire. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Enter your email address:

Delivered by FeedBurner

Nos chroniqueurs exclusifs

  • 1er lundi du mois
    Gilles Martin - Président-Fondateur du cabinet de conseil en stratégie et management PMP et co-fondateur de Youmeo un innovation Lab et conseil en innovation
  • 1er mardi du mois
  • 1er mercredi du mois
  • 1er jeudi du mois
  • 1er vendredi du mois
  • 2 iem lundi du mois
  • 2 iem mardi du mois
  • 2 iem mercredi du mois
  • 2 iem jeudi du mois
  • 2 iem vendredi du mois
    Vincent Colot - Analyste financier chez Euroconsumers
  • 3 iem lundi du mois
  • 3 iem mardi du mois
    Christian Ouedraogo - Entrepreneur - Stratégie d’entreprise - entreprise sans fautes
  • 3 iem mercredi du mois
  • 3 iem jeudi du mois
  • 3 iem vendredi du mois
  • 4 iem lundi du mois
  • 4 iem mardi du mois
  • 4 iem mercredi du mois
  • 4 iem jeudi du mois
  • 4 iem vendredi du mois
    Vincent Colot - Analyste financier chez Euroconsumers

Notre compte Twitter

Catégories

Contributeurs exclusifs

Contributeurs