« Romain Cherchi, easyCity - L'interview "Envie d'entreprendre" | Accueil | Community Manager Wanted ! Experts des réseaux sociaux, ils se rendent indispensables aux entreprises »

Commentaires

Scop Axalp

Et pour avoir son propre SIRET ou embaucher ses salariés par exemple toujours sans s'occuper des formalités administratives, il existe les coopératives d'activités et d'emploi.

Patrick Rey

Le sujet de cet article n'est pas le comparatif avec les CAEs, ce qui pourra venir quand j'aurais davantage de matière.

Quant au SIRET, c'est celui de la CAE, exactement comme celui de la société de portage salarial, pour les personnes qui y font référence. Idem pour le numéro de formateur ou le RIB.

Embaucher des salariés, que je sache, c'est la CAE qui peut le faire : identique à la société de portage salarial qui recrute un partenaire professionnel d'un consultant pour intervenir chez son client. De même, les consultants qui ont besoin d'un collègue déjà salarié de l'EPS, "recrutent" très facilement pour une mission donnée, et se mettent d'accord sur le montant de la rétrocession d'honoraires.

Alain Priou

Quelle mauvaise foi (vous me direz c'est normal, vous défendez votre chapelle...) Même en comptant large de chez large, l'addition des frais supplémentaires liés au statut d'autoentrepreneur (responsabilité civile pro, etc.) sont très loin d'atteindre les 10K euros par an.
Je ne suis pas un fervent défenseur de ce statut mais je reste en revanche un fervent défenseur de l’honnêteté intellectuelle. Et là, on en est quand même très loin

Virginie Chataigner

Bonjour,


Comme vous l’avez constaté, nous apprécions la qualité de votre blog, que nous suivons, et plusieurs de vos articles sont en Une de ExpertPublic.fr, la première communauté 2.0 des acteurs du monde public. Bien qu’en version bêta, celle-ci compte déjà près de 370 experts. 



Vous bénéficiez dès aujourd’hui du lectorat de cette communauté portée par le Groupe Territorial (La Lettre du Cadre, Éditions Territorial) et le groupe Moniteur (La gazette des communes, Le Courrier des maires) et bientôt d'une encore plus large audience via leurs outils de promotion. 


Je vous propose aujourd'hui de revendiquer fièrement cette sélection en installant sur votre blog la bannière de ExpertPublic.fr que nous vous transmettront par mail, suite à votre réponse.

Je ne vous cache pas que nous privilégierons, dans notre ligne éditoriale, les blogs ayant migré sur la plate-forme et ceux affichant cette appartenance. Vous restez ainsi sur votre blog tout en profitant des avantages de ExpertPublic.fr.


Je reste à votre disposition pour toute information supplémentaire, 


Au plaisir de vous lire prochainement,

Pascal

Bonjour,
je relève un certain nombres d'erreurs ou d'imprécisions dans cet article.

"Il est donc responsable sur ses biens propres"
Il est possible de faire rédiger chez un notaire un acte d'insaisissabilité qui limite les conséquences. La RCP est, effectivement, hors de portée pour un auto-entrepreneur mais c'est aussi le cas pour n'importe quel indépendant.

"l’auto-entrepreneur ne cotise pas à l’assurance chômage"
c'est vrai, mais en portage salarial, ce n'est pas parce que l'on cotise qu'on a droit au chômage. Essayez donc de vous faire licencier par une société de portage, vous verrez qu'elles refusent de le faire ou alors il faut vous-même "payer" votre licenciement avec une mission.... un comble.

L'autoentrepreneur, dès lors qu'il s'inscrit au registre du commerce, même si ce n'est pas indispensable je le recommande, dispose d'un certain nombre de dispositifs pour financer sa formation. Ce n'est pas aussi facile que s'il était salarié, mais encore une fois demandez donc à votre société de portage salarial de bénéficier du DIF, vous allez vite comprendre que pour y avoir droit on vous demandera de payer avec une mission.

"Comme auto-entrepreneur, les frais viennent en déduction de son chiffre d’affaires "
Si seulement ça pouvait être vrai... Il n'y a aucune déduction de frais, les cotisations et impôts sont calculés sur le CA brut ce qui explique ce taux de 23.5 car si les cotisations et impôts étaient calculés sur du net on aurait alors des taux proches de 50%

"l’accompagnement et la formation commerciale, la mise en réseau, l’apport de missions"
Là encore ce sont de belles paroles. la réalité du portage salarial est tout autre et le porté doit le plus souvent se débrouiller seul.

Par contre, là ou je suis d'accord avec le portage salarial c'est quelque part une certaine tranquilité d'esprit par rapport à diverses tâches administratives et un statut qui reste celui d'un salarié. Donc pas de changement de régime social (ceux qui ont connu des mésaventures avec la CPAM et le RSI savent de quoi je parle), pour obtenir un crédit c'est aussi plus "facile" puisque vous donnez des bulletins de salaires et là vous verrez que votre banquier est un tout petit peu moins frileux que si vous venez en tant qu'indépendant (on ne sait pas de quoi demain sera fait, mais ça vaut aussi pour les salariés).

Attention aux sirènes du portage salarial et attention aux sirènes de l'indépendance.

A chacun de trouver ce qui lui convient le mieux. A savoir que les sociétés de portage n'apprécient pas du tout de voir leurs consultants être à la fois auto-entrepreneur et porté, on se demande pourquoi. :)

J'ai été porté (je le suis toujours d'ailleurs mais à priori mon chargé de compte a oublié que j'existais) et maintenant je suis auto-entrepreneur. Je ne gagne pas plus ni moins au final, la différence entre les statuts doit se faire ailleurs et chacun doit se poser certaines questions.

Est-ce que je me sens assez fort pour tout assurer moi-même?
Est-ce que mon activité est pérenne, à un an, à deux, à trois et plus ?
etc...

Un dernier point "Mieux vaut fixer des tarifs de bon niveau et se payer des prestations sociales de bon niveau"

C'est globalement le marché qui fixe les tarifs et à moins d'être un expert très rare sur le marché, quelque soit votre statut vous vous plierez à la loi du marché si vous voulez travailler, la différence se fera si vous êtes capable de vous vendre et donc si vous avez quelque part une âme de commercial et que vous aimez les relations humaines, sinon c'est la loi du marché qui s'applique. les sociétés recrutent les consultants portés ou non, sur CV comme des salariés et elles ont le plus souvent un tarif qu'il est très difficile de négocier.

Voilà pour les quelques petites imperfections de l'article.

Alain Priou

@Pascal
Merci pour ces précisions qui invalident encore un peu davantage ce billet.
Il est clair que le seul véritable avantage du portage est le fait d'avoir moins de paperasserie administrative à gérer.
C'est déjà pas mal, mais apparemment cela ne suffit pas aux cabinets de portage qui se croient obligés d'inventer d'autres attraits. Un peu pitoyable tout cela...

Patrick Rey

Une fois n'est pas coutume : cet article a suscité pas mal de commentaires !

Merci à Alain Priou, grâce à qui j'ai modifié et explicité ma conclusion. Je ne sais pas quel type de société de portage il connait, mais je ne travaille pas dans une entreprise dont la raison d'être principale est de simplement traiter la "paperasserie administrative". La vocation d'ITG, telle qu'elle est rappelée, dans notre accord de GPEC (premier du genre dans le métier) est :

"Recruter et accompagner les personnes, vers une autonomie professionnelle choisie, dans les métiers du conseil et de la prestation intellectuelle, favorisant les rapprochements, pour pouvoir coopérer sur des missions faisant appel à des expertises complémentaires, et en prenant en compte la possibilité pour chacun, à tout moment, de décider d’une nouvelle activité ou d’un nouveau statut."

Ceci est profondément ancré chez les créateurs au départ chez et les dirigeants actuels du groupe. Tel est le sens de mon action et de mon témoignage.

Merci à Pascal, pour ses précisions et corrections. En effet, tout entrepreneur individuel peut faire une déclaration d'insaisissabilité devant le notaire ; c'est d'ailleurs ce qui a conduit le gouvernement à ajouter le statut d'EIRL. Je ne suis pas spécialiste, mais les personnes que je connais qui voient de nombreux créateurs (CCI, banquiers, notaires, réseaux d'accompagnement, etc.) semblent s'accorder sur la préférence pour l'EURL, à savoir la société, avec un capital social et une personne morale.

Concernant les personnes en CDI et qui veulent bénéficier d'un licenciement, naturellement que l'EPS ne peut pas payer les indemnités sur ses maigres fonds. Son CA réel est de 10%, puisque 90% du CA passe en salaire net versé et en cotisations sociales. Une EPS engage une personne pour porter ses missions ou prestations de services, pas pour un job au sein de sa propre structure.

Concernant le DIF, chez nous, il est ouvert dès l'entrée avec un CDD de 3 mois, puisqu'on entre avec une première mission. Concernant les frais de l'AE, je voulais dire qu'ils viennent en déduction des revenus (ce que j'ai corrigé, merci). J'ai été pollué par la confusion habituelle que font les entrepreneurs individuels entre CA et revenu !!

Quant aux "belles paroles" ayant trait à l'accompagnement, à la formation, à la mise en réseau et à l'apport de missions, comme indiqué plus haut, c'est le sens de l'action chez nous en tous cas. Mais, pour autant, ça ne peut se faire unilatéralement : il faut que le "porté" le comprenne, le veuille et soit co-acteur. Les missions, par exemple viennent à la fois d'entreprises qui recherchent des experts pour un projet spécifique, mais aussi de collègues consultants qui ne peuvent assurer une mission ou ont besoin de la faire avec une autre personne.

Parfaitement d'accord avec les questions "Est-ce que je me sens assez fort pour tout assurer moi-même? Est-ce que mon activité est pérenne, à un an, à deux, à trois et plus ?". Si la réponse est positive, alors la personne peut créer sa société ou rester en portage, puisque les frais de gestion diminuent avec la progression du CA.

Bien sincèrement.

Pascal

Merci Patrick pour ces précisions à la suite mon post. Vous avez parfaitement saisi que mon propos n'était pas de casser le portage.

votre société n'a pas forcément été mon premier choix, je suis porté ailleurs et je dois préciser que j'ai été pleinement satisfait du portage grâce à un chargé de compte qui remplissait complètement sa mission et suivait ses "portés". Malheureusement pour moi, il a quitté l'entreprise pour faire autre chose et depuis j'ai un nouveau chargé de compte qui manifestement ne sait pas ce que le mot service veut dire.

Je voudrais surtout préciser qu'avant de choisir un statut, il est beaucoup plus important de s'assurer que l'on pourra trouver du "travail" et prendre son pied en le faisant.

Je mets toujours en avant la qualité des relations humaines que nous devons tenter de développer en toutes circonstances et à la lecture des propos mesurés de Patrick, je dois dire qu'il donne envie du "portage"

En conclusion on pourrait dire qu'on ne gagne pas plus ou moins en optant pour un statut ou un autre car les gains ou les pertes ne sont pas forcément financiers et c'est à chacun de se déterminer en fonction de ce qu'il est prêt à accepter ou non.

J'ai été un porté heureux, je suis un auto-entrepreneur heureux et j'aurais certainement encore recours au portage, la limite des 32600 est vite atteinte et lorsque je ne pourrais plus être auto-entrepreneur, car il faut avouer que c'est malgré tout un statut temporaire. On ne peut être auto-entrepreneur à vie mais par contre on peut être porté indéfiniment. :)

Cordialement
Pascal


Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom est obligatoire. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Enter your email address:

Delivered by FeedBurner

Nos chroniqueurs exclusifs

  • 1er lundi du mois
    Gilles Martin - Président-Fondateur du cabinet de conseil en stratégie et management PMP et co-fondateur de Youmeo un innovation Lab et conseil en innovation
  • 1er mardi du mois
  • 1er mercredi du mois
  • 1er jeudi du mois
  • 1er vendredi du mois
  • 2 iem lundi du mois
  • 2 iem mardi du mois
  • 2 iem mercredi du mois
  • 2 iem jeudi du mois
  • 2 iem vendredi du mois
    Vincent Colot - Analyste financier chez Euroconsumers
  • 3 iem lundi du mois
  • 3 iem mardi du mois
    Christian Ouedraogo - Entrepreneur - Stratégie d’entreprise - entreprise sans fautes
  • 3 iem mercredi du mois
  • 3 iem jeudi du mois
  • 3 iem vendredi du mois
  • 4 iem lundi du mois
  • 4 iem mardi du mois
  • 4 iem mercredi du mois
  • 4 iem jeudi du mois
  • 4 iem vendredi du mois
    Vincent Colot - Analyste financier chez Euroconsumers

Notre compte Twitter

Catégories

Contributeurs exclusifs

Contributeurs