8 propositions pour faire naitre plus de startups en France : Proposition n°1 – Qu’on parle plus d’entrepreneuriat à l’école

Guilhem Bertholet Par Guilhem Bertholet (chroniqueur exclusif) – Incubateur HEC

Mes fonctions à l’incubateur HEC et les divers articles que j’écris sur mon blog m’amènent à croiser des dizaines de startups chaque semaine. Ce sont ces rencontres m’ont inspiré la série de 8 articles que j’entame ce mois-ci, et qui nous mènera jusqu’à l’été.

8 articles donc, avec autant de propositions simples pour favoriser l’essor de nouvelles startups. 8 propositions qui ne coûtent pas ou peu d’argent, et qui sembleraient, pour de nombreux entrepreneurs, frappées par le sceau du bon sens.

Commençons donc par le commencement…

“Proposition n°1 : qu’on parle plus d’entrepreneuriat à l’école.”

Même si les choses ont un peu changé en quelques années, on doit bien souvent attendre le lycée pour entendre parler pour la première fois d’entreprise. Pas d’entrerpreneuriat, mais bien d’entreprise. Il est rare que la création d’entreprise soit, elle, abordée avant le bac. Et c’est en général seulement dans les formations économiques ou dans les grandes écoles qu’une toute petite minorité d’une classe d’âge est sensibilisée à ces thèmes.

Hors, la création d’entreprise, c’est un peu comme l’anglais : plus on commence tôt, plus on a de chance de bien se débrouiller… Si l’on souhaite demain avoir plus d’entrepreneurs dans notre pays, il faut donccommencer dès les petites classes de parler d’économie, d’entreprise, etc.

De manière très simple donc, il suffirait d’inscrire au programme quelques heures de sensibilisation à la vie économique (au primaire), puis de connaissance des métiers et de fonctionnement des entreprises (collège), pour poursuivre par des rencontres avec des entrepreneurs et des jeux de création d’entreprise (lycée). Dans tous les cas, l’école préparerait ainsi bien mieux à l’entrée dans le monde professionnel, et ces heures serviraient de support à tout un tas d’autres matières (technologie, mathématiques, français…).

Dès le bac passé (ou dans les filières professionnelles), on rentrerait beaucoup plus dans la technique de création d’entreprise, avec un oeil sur le business-plan, sur les données financières, le tout en lien avec le thème des études.

Objectif : améliorer la culture économique “d’entreprise” et renforcer l’autonomie de tous, et permettre de révéler le potentiel créatif et entrepreneurial de ceux qui les possèdent.

Certes, il existe déjà plusieurs initiatives qui vont dans ce sens, que ce soit 100.000entrepreneurs (interventions d’entrepreneurs dans des classes, sous forme de témoignages), les mini-entreprises (projet sur une année scolaire où une classe crée de A à Z une vraie petite entreprise), ou labande-dessinée “Lucy&Valentin… créent leur entreprise !” (supportludo-éducatif pour les collégiens, avec ou sans animation par le professeur).

Ces actions, ou toutes celles qui sont faites à l’échelle d’un établissement et que je ne peux citer ici, sont nécessaires mais beaucoup trop isolées, car non “obligatoires” et imposées par l’Education Nationale. C’est bien dommage, car ces actions existent déjà et n’attendent que de passer à la vitesse supérieure…

Nul doute qu’en parlant plus simplement d’économie, d’entreprise, de prise d’initiative et d’entrepreneuriat dès les petites classes et ce chaque année, même seulement quelques heures, cela semblerait plus “normal” pour les écoliers, collégiens, lycéens et étudiants de se lancer dans l’aventure de la création ! On commence quand ?

Laissez un avis

Envie d'entreprendre
Logo
Enable registration in settings - general