Booster votre entreprise par la créativité : devenez une machine à Idées (Leçon #3)

Jean-Noël Chaintreuil Par Jean-Noël Chaintreuil (contributeur exclusif) – Entrepreneur – Directeur de Collection

"Les deux secrets d'un succès : la Qualité et la Créativité." [Paul Bocuse]

(crédit photo : Léonard Da Vinci, génie créatif)

Que l'on soit entrepreneur, artiste, intrapreneur, cuisinier, wantrepreneur, designer ou simplement bricoleur du dimanche, l'une des clefs du succès reste avant tout de savoir générer des idées novatrices. Mais existe-t-il une méthode pour devenir un générateur d'idées (et brillantes, bien entendu) ? Certes la nature peut être injuste : certains sont plus créatifs (à l'image d'un Dyson, Renzo Piano, Picasso ou Dick Fosbury…) que d'autres. Mais, tout le monde est créatif et avoir des idées se travaille, c'est une "gymnastique" qui demande un peu de rigueur, un grain de folie et beaucoup de stimulation. Allez, on continue les leçons autour de la créativité, débuté dans ce précédent article sur la nécessité de se créer une encyclopédie des idées, puis sur l'importance de bien prendre le temps de "digérer" les informations.

Leçon #3 : Faites des deuils

Tout bon créatif le sait, toutes les idées ne sont pas bonnes – que ce soit intrinsèquement (non, la tourte agneau-framboise-olives, ce n'est pas forcément une bonne idée) ou structurellement (non, le riz au lait après la paella, ce n'est pas forcément une bonne idée). Vous devez donc apprendre à faire le deuil de ces idées.

(Tombe Indienne – crédit photo)

Un écrivain peut aimer particulièrement un paragraphe – bien tourné, avec un trait d'humour – mais ressentir son inadéquation avec l'ensemble du texte : il ne s'intègre pas bien. Il faut donc l'éliminer ! Ça fait mal mais c'est une nécessité. Nécessité pour rebondir, pour avoir de nouvelles idées, pour parfaire l'ensemble plutôt qu'une des parties. William Faulkner parlait de "Kill your darlings" : ces petits paragraphes que les auteurs pensent merveilleux et qui, au mieux, distraient les lecteurs et au pire, les font arrêter le roman. C'est une notion actuellement reprise dans l'édition de code informatique, qui part du principe que si tu es fier de ton code, l'attache émotionnelle gérée te rend non-objectif ! et influence (d'une mauvaise manière) ton jugement. Steve Jobs a récemment dit – au cours d'un entretien – qu'il était aussi fier des produits qu'il n'a pas mis sur le marché que de ceux lancés. Donc, après avoir enrichi votre encyclopédie des idées, d'avoir pris le temps de laisser votre esprit vagabonder et créer des liens, il est temps de couper ces idées qui manquent de cohérence et qui ne s'intègrent pas parfaitement à la résolution de votre objectif dans son ensemble !

Laissez un avis

Envie d'entreprendre
Logo
Enable registration in settings - general