Charles Gaudiot, DEESELF – L’interview « Envie d’entreprendre »

L'interview Envie d'entreprendre par Olivier Marone, créateur et responsable du site

Présentez vous ainsi que votre entreprise.

Bonjour, Je m'appelle Charles Gaudiot, j'ai 24 ans, j'ai grandi entre la France et le Brésil.

Octobre 2010 je me suis décidé de franchir le pas de la création d'entreprise.

J'ai fondé DEESELF label de créateurs graphiques (www.deeself.com).

J'y ai développé deux activités:

– textile: impression de t-shirts imprimés avec les visuels tendances des créateurs membres du label.

– prestation graphique: réalisation de prestations graphiques (logo, identité visuelle, print,…) pour les sociétés à prix défiants toutes concurrences. Nous avons l'avantage, en plus d'être sur des tarifs abordables, de travailler qu'avec des jeunes graphistes avec un vrai punch, une créativité débordante et d'être ultra disponible et réactif.

Logo Deeself Le point de départ de Deeself.

En 2009, lors d'une discussion avec une amie, je donnais des idées de créations d'entreprises à la volée, et l'une d'elle m'a frappé par le potentiel de réussite et la "facilité" de mise en place: la création de ligne de sous vêtement féminin dessinés par des jeunes stylistes encore en école. Cette idée m'a retourné l'esprit pendant plus de 12 mois, et a débouché sur DEESELF.

Certes DEESELF ne ressemble pas à l'idée de base, mais tout bon entrepreneur doit savoir ajuster son projet en fonction de ses capacités, des financements disponibles, des besoins et attentes du marché. Dans le cas présent, la nécessité de devoir faire fabriquer en Chine de grosse production, et donc dégager un gros capital d'entrée, a bloqué le projet. J'ai cherché ensuite une solution de faire produire en France en flux tendus.

La création de votre société fut-elle plus dure que prévu ?

Contrairement à ce que l'on m'avait annoncé (et tenté de mettre en garde et me faire arrêter), le départ vu idyllique. Au-delà des démarches administratives (un peu lourde), j'ai réussi à tenir mon planning très très serré. En effet, le 4 novembre (jour de la St Charles), j'ai décidé de lancer le projet et pour être sûr d'avancer je me suis fixer des deadlines serrées notamment la sortie du site internet le 15 décembre 2010 et le lancement du 1er Grand Prix européen des Jeunes Créateurs le 10 Janvier 2011.

Beaucoup pensaient que c'était trop court, mais à force de ténacité, ça a bien marché et j'ai eu la chance d'être bien aidé par mes proches.

Teedeeself

A refaire, concernant votre entreprise, vous referiez quoi ?

Je monterai ma société lors de mes études et non à la sortie.

J'ai fait une école de commerce, et j'aurai du me lancer au moment où j'étais encore en école.

C'est déjà une publicité fantastique, ça apporte de l'expérience (notamment sur le CV) et on a la chance d'être encadré.

Pour vous, un client Deeself est un client…

Stylé, cool, branché

Votre meilleur souvenir d'entrepreneur.

Le lendemain de mon vernissage pour le lancement de la société, j'avais rendez-vous très tôt avec un magasin, alors que le vernissage s'était fini très tard (encore plus avec le nettoyage) et j'ai signé le premier contrat et reçu le premier règlement. Etant associé unique, de temps en temps, c'est un peu lourd de porter une société seul, mais ce moment de satisfaction reste unique. Je me rappelle c'était au mois de Mars, il faisait encore froid mais beau. Sortant du rendez-vous, je me suis assis sur mon scooter, au soleil, et pendant 5 minutes, j'essayai de me convaincre que c'était réel.

"LE" conseil à donner à un futur entrepreneur.

Croire en son projet. Si on ne croit pas en son projet, alors pourquoi les prospects, clients, financiers, devraient y croire.

Egalement, il ne faut pas avoir honte à s'accorder du temps à soi, à ses amis, à sa famille. Il ne faut pas culpabiliser pour ça. Rien se sert de rester planter 12 heures devant son ordinateur. Il faut s'aérer l'esprit et être bien dans son corps pour assurer le succès de son entreprise. D'un point de vue perso, je fais au moins 1 heure et demi de sport par jour et ça me laisse le temps de me consacrer à DEESELF.

L'entreprise existante que vous auriez aimé créer ?

Ripcurl. Ils ont instauré un politique social et de gestion de personnel excellente. En plus leurs bureaux français sont à côté de l'océan. Les employés sont priés d'aller surfer à la pause déjeuner.

L'entreprise de vos rêves ferait quoi ?

Des t-shirts imprimés et de la création graphique pour les sociétés.

"L'idée" entrepreneuriale du siècle ?

Facebook. Toutes les sociétés (même les plus grosses ou inattendus sur un réseau social) utilisent cette plateforme pour communiquer.

Leurs stratégies de communication renvoient sur les pages Facebook et font donc indirectement la publicité et la communication de Facebook.

Facebook a obligé la création des postes de community manager dans les entreprises.

Teeshirtdeeseilf

Un modèle d'entrepreneur ?

Jean Michel Aulas.

Je suis un grand fan de football, et ce qu'il a réussi avec l'olympique lyonnais, dans le contexte français, anti réussite, c'est tout simplement dément.

En terme de communication, c'est particulier, mais ça marche. Bravo!

Microsoft, Apple ou Google ?

Apple est monstrueux car chaque année ils arrivent à nous faire racheter un iPhone, ipad en annonçant la nouveauté alors que le changement n'est pas flagrant. Quand je vois les gens qui attendent des heures devant leurs stores les jours de lancement, qui sont prêt à débourser 500/600€ pour ce qu'ils ont déjà dans la poche, je dois reconnaître soit que ce sont des génies ou alors nous sommes des victimes consentantes marketing .

Un petit portefeuille boursier ?

Un portefeuille tout court, ça serait déjà bien…

"L'envie d'entreprendre", de tout jeune ?

Je pense que mon envie d'entreprendre est née avant moi.

Quand j'avais 12 ans je regardais Capital en rêvant d'être à la place des gens.

Je me suis spécialisé en création d'entreprise lors que j'étais en Ecole de Commerce.

En sortant de l'école j'ai trouvé un emploi en Moselle. Je me morfondais la bas parce que j'avais peur d'avoir des regrets à 40 ans et de me dire que j'ai pas essayé.

Je suis rentré sur Paris et DEESELF est née.

Le mot de la fin.

L'entrepreneuriat des jeunes en France est souvent incompris. Je vois souvent la tête des personnes qui me rencontrent pour la première fois.

Ce n'est pas parce que nous sommes jeunes que nous sommes incompétents. Insouciants, oui mais ça peut être une qualité si on sait bien la gérer.

Cette volonté de créer une synergie entre jeune a été notamment un des points de départ de DEESELF.

http://www.deeself.com

EE – Juin 2011

Si vous voulez vous aussi être interviewé et mettre en avant votre e-commerce, n'hésitez pas à me contacter maroneolivier ( @ ) yahoo.fr

Tous les samedis retrouvez l'interview "Envie d'entreprendre". Pour être sur de n'en louper aucune abonnez-vous au flux rss ou inscrivez-vous à la newsletter (en haut à droite).

Laissez un avis

Envie d'entreprendre
Logo
Enable registration in settings - general