Comment se planter au Canada (1) : Traitez vos employés comme en France

Yann Rousselot-PailleyPar Yann Rousselot-Pailley (chroniqueur exclusif)Present Profit

Au Québec, inutile de vous comporter en Napoléon de supérette pour être détesté par vos gens ! Traitez-les comme chez vous et vous pourrez y retourner rapidement… chez vous.

Aucun cadre n’est plus propice que celui de chef d’entreprise pour agir en colonisateur. Vous n’avez rien à apprendre en particulier. En fait, votre ignorance peut, à elle seule, vous faire le plus grand tord. La première chose à soigneusement ignorer, c’est le fait qu’on ne badine pas avec la discrimination au Canada en général, et au Québec en particulier. On ne peut pas discriminer quelqu’un sur la base de :

  • Sa race, sa couleur de peau, son groupe ethnique, son lieu de naissance, et sa nationalité

  • Son sexe et son orientation sexuelle

  • Son âge

  • Son statut marital ou familial (père ou mère célibataire par exemple)

  • Son handicap physique ou mental (à noter que l’alcoolisme et la consommation de drogue sont dans cette rubrique)

  • Ses convictions politiques et religieuses

  • Son casier judiciaires (S’il s’agit d’infractions provinciales ou d’infractions au code criminel qui ont été pardonnées ou payées à la société)

En résumé, une annonce d’embauche pour une belle et grande secrétaire blonde, célibataire, à forte poitrine et de moins de 30 ans, peut considérablement vous aider à faire votre première expérience avec le système judiciaire et à rater l’implantation d’une entreprise.

Admettons que vous ayez un tant soit peu de jugement, ou que la pudeur vous empêche de dire ce que vous avez en tête, et que vous ayez décidé de faire une annonce respectueuse, il vous reste l’entretien d’embauche pour vous rattraper :

– Avez-vous des enfants en bas âge ?

– Mais pourquoi vous me demandez ça ?

– Pour savoir si vous pouvez venir dès 8:00

– Je peux venir à 8:00 tous les matins.

– Étes-vous mariée ?

– Euh… mais ça ne vous regarde pas !

– Mais je veux savoir si vous pouvez voyager régulièrement.

– Dans ce cas demandez-moi si je peux voyager !

Puis devant l’employé potentiel retournez-vous vers un collègue et dites lui :

– Ces québécois (arabes, chinois, italiens, biffez les mentions inutiles), qu’est ce qu’ils sont agaçant !

Bingo ! Vous avez tout faux. Après ça, même si la personne décide de travailler pour vous, votre accent naturellement perçu comme un peu “précieux” par les Québécois, sera rapidement associé au fait d’être hautain ou pédant. De là à y voir un harcélement moral, il n’y a qu’un pas, qu’une attitude un peu brusque, ou mal interprétée, pourrait facilement déclencher.

Et c’est ainsi que vous découvrirez que le Conseil des Prud’hommes s’appelle au Québec la Commission des Normes du Travail et qu’elle n’est généralement pas tendre avec les employeurs qui ne tiennent pas compte des valeurs québécoises. Peut-être ne dépasserez-vous même pas l’entretien d’embauche : le candidat portera plainte contre vous, et vous devrez payer une compensation, voire son salaire depuis la date où vous avez rejeté sa candidature.

Si c’est “Touche pas à mon pote” en France, c’est plutôt “Touche pas à mon poste” au Québec.  

Est-ce une agence qui a effectué le recrutement pour vous ? Ou avez-vous hérité d’une équipe déjà en place suite à l’acquisition d’une entreprise ? Vous n’avez donc pas eu la chance d’humilier un de vos futurs collaborateurs à l’entretien d’embauche. Rien n’est perdu ! Vous aurez encore tout le loisir de faire de grosses bourdes qui vous vaudront un échec retentissant.

Évitez, par exemple, de vous renseigner sur la notion d'accommodement raisonnable, la loi sur l’équité salariale homme-femme, sur les règles linguistiques, ou celle sur le congédiement. Voici quelques exemples de ce vous pourriez décider de faire :

  • À expérience et formation équivalente, payez les femmes moins bien que leurs collègues masculins,

  • Empéchez vos collègues juifs, musulmans ou hindou de prendre des congés pour leurs fêtes religieuses et imposez à tous les fêtes catholiques,

  • Licenciez les femmes lorsqu’elles sont enceintes,

  • Trouvez un nom à consonance anglaise pour chacun de vos produits, services, projets internes etc.,

  • Imposez l’anglais comme langue de travail,

  • Mettez une grosse pression sur les vieux trop payés pour qu’ils démissionent et remplacez-les par des jeunes sous-payés,

Bien sûr, cette liste n’est pas exhaustive. Il y a beaucoup de place à la créativité pour manquer de respect à vos collaborateurs.

Si un de vos employés estime avoir fait l’objet de sexisme, de discrimination ou de harcélement, il ne se jètera pas par la fenêtre comme certains employés d’entreprises de télécommunications en Europe. À la place, il peut faire appel à la Commission des droits de la personne qui, en vertu de la Charte des Droits et Libertés de la personne, vous en fera voir de toutes les couleurs.

On vous a dit que le Québec, c’était le pays des Bisounours (on dit Calinours au Québec), et bien vous allez voir le pouvoir merveilleux de l’arc-en-ciel.

Present Profit Solutions est un cabinet canadien de service-conseil spécialisé dans l'amélioration de la performance et de la rentabilité des entreprises. pour en savoir plus consultez www.2ps.com

Laissez un avis

Envie d'entreprendre
Logo
Enable registration in settings - general