Créer un e-commerce en milieu rural (1)

Par Benoît – Entrepreneur

Je n’ai pas choisi de m’expatrier à la campagne pour créer ma boutique en ligne. C’est plutôt l’inverse qui s’est produit. J’étais déjà à la campagne lorsque j’ai envisagé de lancer Look-zippy. Je ne me considère pas comme un néo-rural (vous remarquerez au passage, comment le terme de néo rural est passé de mode), mais comme un expatrié de retour au pays.
Je suis un aveyronnais pure souche, enfin avec quelques origines du nord est de la France (du côté de l’Alsace), mais je suis né en Aveyron. Après plusieurs années passées en région parisienne, le pur hasard de la vie m’a ramené sur mes terres natales (merci le hasard). Je n’avais donc pas pour objectif initial de partir m’installer au vert pour monter ma petite boite de tee-shirts. C’est l’inverse qui s’est produit.

Depuis un peu plus de six ans, j’ai rejoins les vertes prairies de mon enfance pastorale. Aujourd’hui, je ne regrette rien, même si ce n’est pas tous les jours très simple.

Même si mon aventure n’a aucune valeur d’exemple, avec un peu de recul je peux partager mon petit retour d’expérience. Avec l’avènement des nouvelles technologies de l’information, développer un projet d’e-commerce à partir d’un petit village aveyronnais, relève t-il de l’utopie ou est ce une réalité tangible ? Quels en sont les avantages et les inconvénients ? Quelles sont les difficultés quotidiennes ? Je vais tenter de vous apporter mon propre éclairage.

Tout d’abord, créer une entreprise que ce soit en Aveyron ou à Paris
est une expérience, si elle est enrichissante, qui demande les mêmes
qualités : de la persévérance, de l’obstination mais surtout une bonne
préparation tant psychologique que matérielle.

Après, au delà de ces qualités nécessaires à tous les entrepreneurs, il
y des spécificités dont il faut tenir compte ou tout du moins,
appréhender le mieux possible. Créer une entreprise, ce n’est pas un
parcours facile, mais ce n’est pas plus compliqué lorsque l’on habite
dans un petit village du fin fond de l’Aveyron qu’à Paris ou Lyon. Les
contraintes administratives et les obligations légales sont les mêmes.
Les difficultés se situent ailleurs.
La première des difficultés, et pas la moindre, c’est la
crédibilité. Aujourd’hui, pour beaucoup de décideurs ou de personnes
influentes, un projet lié à Internet doit forcément, être implanté en
milieu urbain, voir dans une métropole. Le fondement de ce raisonnement
est justifié par un élément essentiel : les compétences locales
n’existent pas toujours pour une bonne compréhension de ce que vous
proposez et pour expertiser le bien fondé de votre projet .

Quelque soit l’organisme, lorsque vous évoquez la possibilité de monter
un commerce virtuel sur Internet, il y a au mieux une véritable
curiosité au pire une véritable incompréhension accompagnée d’une
totale suspicion. J’ai encore en souvenir de la tête de l’employée de
la CCI, embêtée de ne pouvoir trouver le code APE qui correspondait le
mieux au profil de ma boite. Paradoxe total, grâce à l’outil Internet,
j’ai pu avoir mon n° de Siret le jour même (j’étais alors le tout
premier en Aveyron à bénéficier de cette informatisation).

Comme par définition, votre projet ne se limite pas au marché local,
votre crédibilité est aussi mise à mal par les intervenants que vous
souhaitez solliciter. A ce jour, j’attend encore les réponses à mes
mails, d’entreprises qui par le biais de leur blogs corporate,
préconisent ce qu’ils ne font pas eux mêmes. Mais pour éviter toute
polémique, je tairai leur nom.

Par ailleurs, il est très difficile de trouver localement les
compétences dont vous avez besoin. Le marché de l’internet local est
inexistant ou presque. Les étudiants en informatique, les diplômés se
sont tous expatriés vers les grandes villes. Vous êtes donc condamnés à
vous aussi vous orienter vers ces ressources urbaines.

A chaque fois que j’ai contacté des entreprises sur Paris, Lyon,
Toulouse… au mieux j’ai obtenu l’indifférence, au pire mes mails sont
restés sans réponse. J’ai souvenir d’une grosse boite avec qui j’ai
entamé des discussions et des négociations pendant plusieurs semaines
et qui se sont soldées par un black-out total. Le commercial ne
souhaitait pas se déplacer aussi loin et ne répondait plus ni au
téléphone ni à mes mails.

La seule alternative qui existe alors, se limiter à une approche
minimaliste et trouver localement les personnes prêtes à vous écouter.
Dans mon parcours, j’ai eu la chance d’avoir un conseiller bancaire,
qui s’il reconnaissait sans difficulté, à la fois ses incompétences et
sa méconnaissance du sujet, n’a cependant pas hésité à me faire
totalement confiance. Il vrai que mon passif d’entrepreneur a
certainement aidé à faire avancer le projet. Mais aujourd’hui, si
look-zippy existe, c’est en grande partie grâce à la confiance qu’il a
su me témoigner et à son soutien sans faille.

(à suivre)

Laissez un avis

Envie d'entreprendre
Logo
Enable registration in settings - general