Des conseils agressifs ? Pas raisonnable !

Vincent_colot
Par Vincent Colot (chroniqueur exclusif) – Analyste financier

Soyons francs ! Une action qui rapporte beaucoup avec un minimum de risque et en un minimum de temps, qui n’en rêve pas ? C’est bien entendu le fantasme éveillé de tout investisseur. Mais cette ambition, plus ou moins inconsciente, est-elle condamnée à demeurer une chimère ?

Laissons de côté l’analyse technique (Ouch ! Je connais au moins un des lecteurs réguliers de ce site qui ne sera pas content). Même sans parler du poids des frais de transactions, il doit être répété que l’analyse technique (basée sur l’observation des cours passés) ne donne malheureusement pas de résultats probants. Deux études récentes (celle de P. Bajgrowicz et O. Scaillet intitulée « Technical Trading Revisited : False Discoveries, Persistence Tests, and Transaction Costs » et celle de B.R. Marshall, R.H. Cahan et J. Cahan intitulée « Technical Analysis around the World » ; tous deux de 2009) concluent d’ailleurs à nouveau à l’inefficacité de cette boîte à outils.

Rejeter l’analyse technique ne revient pourtant pas à évacuer complètement la question du « timing » d’un conseil : en effet, il convient d’attendre qu’une action soit suffisamment bon marché pour la conseiller à l’achat. Tout cela est bel et bon mais, en supposant que le diagnostic soit correct (et donc que l’action soit réellement bon marché), quand le cours montera-t-il ? Délicat ici de jouer au plus malin.

Car certains acteurs sur le marché boursier disposent de moyens nettement plus importants que vous ou moi pour cet exercice. Forts de dizaines de milliards de dollars à investir, certains investisseurs institutionnels, comme les fonds spéculatifs (« hedge funds »), traquent en effet sans répit les situations à (très) court terme où la Bourse est susceptible de se tromper. A l’aide de modèles mathématiques hyper-sophistiqués tournant sur des ordinateurs surpuissants, les plus habiles d’entre eux peuvent engranger des gains substantiels en multipliant des opérations d’achat et de vente espacées parfois de quelques secondes. Mais cela ne marche pas à tous les coups, surtout lorsque les variations boursières sont brutales.

D’autres se basent sur la qualité des informations qu’ils parviennent à glaner le plus souvent directement à la source. Ici, la frontière avec la légalité n’est jamais loin d’être franchie, comme l’a encore illustré il y a quelques jours l’inculpation pour délit d’initié du milliardaire new-yorkais Raj Rajaratnam à la tête du fonds Galleon. Si prouver l’existence d’une fraude reste très difficile, il ne fait guère de doutes que des comportements délictueux sont monnaie courante sur les Bourses du monde entier. On ne sait ainsi toujours pas qui, à partir d’un investissement de 1,7 million de dollars, a récolté en 6 jours pas moins de 270 millions de dollars en misant sur la chute à court terme de la banque américaine Bear Stearns en mars 2008. Un gars très chanceux ou un redoutable escroc ? Un peu comme en sports en matière de lutte anti-dopage, les régulateurs de la finance font leur possible mais sont souvent en retard d’une (ou plusieurs) guerre(s).

Dans ce contexte, vous comprendrez aisément qu’un petit investisseur ne peut nager, sans s’exposer dangereusement, dans le même bassin que les gros requins de la finance internationale.

Donc, ce petit investisseur serait-il condamné à attendre longtemps pour que l’action bon marché qu’il a repérée retrouve un niveau plus conforme à sa vraie valeur ? En fait, la plupart du temps, oui. Car le point central du raisonnement vient maintenant : une action bon marché de qualité est généralement une action qui ne capte pas l’attention du moment des opérateurs boursiers. Mais si cet investisseur (ou son conseiller) parvient à identifier les moments où la Bourse exagère suite à des mouvements de panique (comme ce fut le cas à l’automne 2008 ou au printemps 2009), alors il peut espérer un retour en forme assez rapide. Et n’oublions pas également que la chance accompagne souvent le talent …

Laissez un avis

Envie d'entreprendre
Logo
Enable registration in settings - general