Entreprendre à plusieurs : faites les bons choix !

Inoveum Par Guillaume Limare / Jérôme Calot (contributeurs) – Fondateurs d’Inoveum.com

Guillaume et moi avons été conviés au Salon des Micro-Entreprises le 10 octobre dernier. Nous avons été invités à partager notre expérience de jeunes entrepreneurs au cours d’une conférence intitulée : “Entreprendre à plusieurs : faites les bons choix !”.

Au début de l’aventure Inoveum, nous avions déjà eu l’occasion d’aborder cette question importante, que toute personne ayant envie de se lancer dans la création ou la reprise d’entreprise doit se poser. Symbole de la réussite en équipe pour certains, signe de la débâcle pour d’autres, ce n’est jamais un élément à prendre à la légère. Nous avons eu l’occasion d’en discuter avec d’autres entrepreneurs, un journaliste et un coach en management. Chacun portait un regard différent sur l’association et l’échange fut très riche.

S’associer, c’est un peu se marier. Il est d’ailleurs très fréquent qu’un entrepreneur voie plus son associé que sa propre femme ! Il faut donc prendre le temps de la décision, se protéger pour mieux réussir, dialoguer et être à l’écoute.

Pourquoi s’associer ?

Favoriser la réussite d’un projet par la complémentarité des compétences, étendre son réseau, partager les risques, démultiplier la puissance de travail, s’appuyer sur un partenaire en cas de coup dur… Tout dépend d’abord du profil des entrepreneurs : avez-vous déjà travaillé ensemble ? Vos modes de travail sont-ils compatibles ? Acceptez-vous de voir vos idées remises en question ? Soyez sûr que l’association est dans vos gènes !

Comment s’associer ?

Est-il incongru ou déplacé de parler de divorce à sa future épouse ? N’est-ce pas également une façon d’envisager le pire pour mieux le surmonter ? Toutes les questions épineuses valent la peine d’être posées au départ : comment se partage-t-on les parts ? Quelle implication de chaque associé dans le projet ? Que fait-on en cas de conflit ? Quelles sont nos ambitions premières ? Quel sommet du triangle magique “Argent – Expérience – Ego” préfère-t-on ? Selon la structure juridique de l’entreprise, il vous faudra peut-être mettre sur papier de nombreux cas de figure pour ne pas se retrouver piégé le moment venu. C’est notamment le cas des S.A.S, où le pacte d’actionnaire fait foi.

Avec qui s’associer ?

N’est-il pas plus risqué de s’associer avec un ami, un membre de sa famille ou son conjoint ? Sans doute minimise-t-on les risques de conflit lorsqu’on connaît bien l’autre ; sans doute est-il plus facile de se parler et d’accepter l’autre quand on peut également pardonner. Reste la question du partage des risques : faut-il “mettre tous ses oeufs dans le même panier” lorsqu’on est entrepreneur ? N’est-il pas plus sain, par exemple, de pouvoir s’assurer le revenu sécurisé d’un conjoint pour faire vivre le foyer ? N’est-il pas moins risqué d’emprunter de l’argent au banquier plutôt qu’à ses propres parents ?

S’associer à combien ?

Un prof de probabilités vous dirait sans doute qu’en augmentant le nombre de participants, vous augmentez également le risque associé au projet global. C’est sans doute vrai, d’autant qu’en cas de conflit, on peut voir apparaître des clans opposés qui rendent encore plus difficile les tentatives de réconciliation. Deux est un bon chiffre pour les raisons évoquées plus haut. Une tierce personne peut parfois jouer le rôle d’arbitre et éviter le sur-place dans l’entreprise.

A quelles conditions s’associer ?

Transparence obligatoire : une participation uniquement financière mérite-elle 50% des parts ? Peut-on envisager des clauses relutives à partir d’un certain stade de développement de l’entreprise ? Y a-t-il un nombre minimum d’actionnaires pour la structure juridique choisie (7 pour une Société Anonyme, par exemple) ? Les associés sont-ils tous à temps plein sur le projet dès le départ : faut-il d’abord poser une démission ou terminer des études ? Soyez honnêtes et créatifs !

Rassurez-vous, les meilleures associations sont peut-être les plus spontanées et les plus intuitives. Je dois dire pour ma part que la présence d’un associé est très importante au quotidien ; partager à deux les bons et les mauvais moments, c’est un exhausteur de goût qui donne de la saveur à la création d’entreprise !

Laissez un avis

Envie d'entreprendre
Logo
Enable registration in settings - general