Entreprise et administration – Partenaires ou frères ennemis ?

Par Nicolas Thébault (chroniqueur exclusif) – Expert des réseaux professionnels

Beaucoup d’entrepreneurs sont rebutés par le poids de l’administration dans notre pays. Il faut dire qu’en plus de la  pression économique qui pèse sur les entreprises, il y a de quoi perdre patience face à tous ces répondeurs surtaxés qui n’offrent aucun visage humain aux entrepreneurs que nous sommes. Beaucoup d’administrations se sont pourtant réformées vers une plus grande efficacité et il existe des façons d’alléger ce fardeau, au lancement de votre activité, pour vous consacrer à l’essentiel : la vente, la livraison et le règlement de vos produits et services, les clients.

Simplifier-vous l’administration de votre activité a son démarrage

Ill existe plusieurs façon de contourner, au moins au départ, vos charges de gestion. Le portage salarial permet de transformer vos honoraires en salaires, dans une partie triangulaire entre le client, l’entreprise de portage et vous. Oui, il est normal qu’il y ait une différence du double au simple entre honoraires HT et revenus nets, c’est une question de culture économique – qui nous manque souvent comme salarié – et de charges que l’on retrouve aussi entre les salaires nets et ce que l’entreprises dépensait pour vous avant. Bien sûr, cela comprend les frais de gestion de l’entreprise de portage car c’est un vrai travail, mais son montant est dégressif à mesure que votre CA augmente, passant de 12  à 5% environ. ITG, LINKS ou ALTER ECO sont quelques noms connus dans le domaine, qui vous proposent aussi des rencontres et formations entre consultants. Il existe aussi la formule auto entrepreneur, qui permet de diviser les frais par deux en échappant aussi à la TVA, mais le CA est limité à un peu plus de 30K€ pour la vente de services et 80K€ environ pour un commerce de produits.

Veillez attentivement aux formalités d’immatriculation de votre jeune entreprise

Bien sûr vous devrez vous soumettre à certaines formalités, si vous décidez de passer le pas de la couveuse à la pépinière, c'est-à-dire de l’expérimentation réussie d’activité à la création d’entreprise. Il y a d’abord les formalités obligatoires : rédaction des statuts, immatriculation, pas si rapide en France d’obtenir le fameux Kbis. Les conditions pour être agréé organisme de formation, se sont durcies d’une façon aussi extrême qu’il était trop facile avant de l’obtenir.  Vous avez tout intérêt à vous faire conseiller par un juriste, car le statut choisi, la répartition du capital, les associés, tout cela représente les fondements de votre activité sur le long terme. Une illustration d’imprudence en est donnée dans le film « Social Network » qui relate l’histoire du réseau social FACEBOOK et de ses actionnaires.

Les « services » qui fonctionnent et les autres

Dans la jungle des caisses obligatoires et des services incontournables, il y a la fonction publique mais pas seulement et les plus efficaces ne sont pas nécessairement ceux que l’on croit. Vous aurez sans doute comme tout un chacun besoin de moyens de télécommunications. Vous comprendrez vite comme beaucoup de citoyens ordinaires, que l’attitude commerciale des 3 acteurs qui se partagent ce juteux gâteux n’est vraiment pas digne du 21° siècle, ni du 20° d’ailleurs. Comparativement, LA POSTE, de l’humoriste Dany Boon est un modèle de modernité et vous en aurez besoin aussi. Entre la SECURITE SOCIALE qui fait de grands progrès dans le traitement des demandes et le RSI régime de la sécurité des indépendants, vous allez vite comprendre votre douleur. En effet, vous cotisez doublement par les statuts cumulables d’entrepreneur et chercheur d’emploi. Par expérience, la RSI est sourde et aveugle, aucun moyen de les joindre au téléphone, pas de réponse au courrier. Cet organisme incontournable semble-t-il,  se permet aussi de reprendre la  main d’autorité sur les services de la Caisse Primaire d’Assurance Maladie, bien plus efficace et à l’écoute de ses cotisants.

« Pour entreprendre en France il faut être fou ou immigré » disait le comique. C’est vrai vis-à-vis des charges qui pèsent sur les moteurs de notre économie que sont les entrepreneurs, mais nous avons maintenant les moyens de les contourner, au moins  au début. C’est également vrai  sur ce point névralgique en France, d’une administration qui se réforme de façon inégale en fonction des sujets. Restez Zen et si vous ne l’êtes pas face au mur des répondeurs automatiques,  sous-traitez ces questions. Si cela ne suffit pas, écrivez en lettre RAR aux PDG de ces forteresses, associez les organismes représentants votre profession,  faites bouger les associations de consommateurs, vos réseaux… Elevons nous contre ses aberrations chromosomiques d’un autre temps, qui font rire les observateurs étrangers. Il y a moyen de se faire entendre sans bloquer le pays, car en ces temps de grèves, les premiers touchés sont les artisans, TPE et leurs salariés.

Laissez un avis

Envie d'entreprendre
Logo
Enable registration in settings - general