Entreprise Story : Synthèse de la 2eme étape – « Présentation du projet » – par Fadhila Brahimi

Brahimi Fadhila Par Fadhila Brahimi – CEO FB-Associés – Experte et coach en stratégie de présence

Comment présenter un « projet » avec pertinence  ?

Dans le cadre de la deuxième étape d’Entreprise Story Edition 2010,
10 experts ont réalisé une analyse de la présentation du projet
« Entreprise-citoyenne.com » publiée par Olivier Marone – le porteur de
projet

Voici  la synthèse des conseils promulgués par : Patrick Rey – Sylvain Bourg –  Delphine Favory –  Christophe Lastennet –  Isabelle Prigent –  Candice Bastien-Fairand et David Fairand – Gautier Girard –  Antoine Coubray

Un projet qui répond à une culture sociétale montante et aux
enjeux des entreprises qui s’engagent dans une politique en
Responsabilité Sociale et environnementale. Cependant le projet
gagnerait à être structuré et contre-argumenté avec diverses sources. 
 

Le projet s’appuie sur une observation des tendances et sur
une expérimentation mais la présentation manque d’éléments précis
contre-argumentés (comparaisons chiffre, secteur) et de structure (plan
et mise en forme). 

La présentation du projet gagne à être directe, étoffée par des
données factuelles avec une présentation comparative aérée, ponctuée.

1/ Rédiger une présentation ponctuée avec la méthode des QQOQCP

Dans l’idéal la présentation d’un projet devrait s’articuler sous
la forme d’un plan et de questions-réponses. On doit pouvoir y trouver:
le concept, l’offre, le pourquoi de l’offre et les moyens de l’offre.
Le projet pourrait être séquencé de la façon suivante:

  • Le constat : analyse du marché
  • La raison d’être du projet : Quoi ? (la société, le concept) Pourquoi ?
    (attentes, besoins, valeurs) Pour Qui ? (cible) Comment ? (Avec quoi)

Et il pourrait être ponctué par des titres, sous titres et puces.

Dans le cas présent, le constat pourrait être ponctué de cette manière:

  • un changement de comportement des citoyens et de leurs attentes vis-à-vis de l’engagement sociétal des entreprises
  • une prise de conscience du rôle civique par les entreprises et des prises de positions
  • une mutation des leviers de communication
  • de nouvelles voies d’information pour les médias
  • les nouvelles préoccupations des entreprises en matière d’image et de communication

2/ Prévoir une contre argumentation en approchant plusieurs axes

Réaliser une première partie dite « historique » permet de placer le
projet dans un contexte et de renforcer son utilité. Cette partie
prépare la deuxième partie Néanmoins il convient d’éviter les formules
de type « en général » « je pense qu’il y a vraiment moyen » et préférer
des apports factuels.
3 conseils principaux:

  • Imaginer la critique
  • Donner des éléments chiffrés avec sources
  • Partager un ou deux exemples d’objectifs supplémentaires pour étoffer le propos

Exemple: Dire que les entreprise ont besoin de s’investir dans un
projet en RSE doit par exemple être contre balancé par le fait qu’elles
y sont aussi contraintes (en référence au marketing conversationnel et
la gestion de l’e-Réputation) ainsi que les limites des modeles
classiques comme la publicité et le sponsoring. investissement en pub
classique et autres sponsoring également très classique
Autre exemple : « 64% des personnes déclarent privilégier les marques
qui possèdent une éthique, il serait intéressant de savoir dans quel
domaine ? Il est clair que tout le monde est « conso-acteur » mais à quel
point les investisseurs vont rentrer dans la bataille (et) ou sous
quelle forme ? »

3/ Convaincre synthétiquement

Dans le document actuel, la partie
« présentation du projet » est placée entre la « Présentation du porteur
du projet » et la « Présentation des services », puis « l’Étude de
marché ».  Nous nous attendons donc à une présentation synthétique du
projet (services) puis à une justification (marché).

Répondre aux questions suivantes:

Qu’est-ce que je fais?

  • Qu’est-ce que je vends ?
  • A qui je le vends ?
  • Comment je le vends ?

Et introduire :

  • Le concept (défini en une phrase)
  • Le nom de l’entreprise
  • La Baseline, s’il y en a une

4/ Livrer des faits avec conviction

Dans notre cas, la synthèse est établie en début de
section. Elle permet de savoir ce qu’est le projet. Les arguments
gagneront en efficacité en étant plus factuels
Exemple:

Depuis janvier 2004 je suis le créateur et responsable du site Entreprise Citoyenne.

=> Ajouter une phrase pour dire en quelques mots de quoi il s’agit. Par exemple :

Ce portail recense depuis 6 ans toutes les
initiatives citoyennes et durables initiées par les entreprises et les
fondations d’entreprise.

Je pense qu’enfin ce site est en adéquation avec le marché.

=> « avec le marché » : avec quel marché ? Le marché éthique et citoyen ?

« Je pense vraiment qu’il y a le moyen de créer une petite société rentable autour de cela, le moment est propice. 

=> En quoi le moment est propice ?

« Le mécénat est au cœur de la stratégie de communication de l’entreprise… » : Ce point est-il validé ?

5/ Utiliser un « Je » fort et aller droit au but

Il est préconisé d’utiliser le « Je » pour donner une dimension
personnelle au projet et éviter de minimiser les actions. Le style
simple et narratif proposé séduit mais il est conseillé d’éviter ce
type de phrase « Une petite société rentable » : pourquoi minimiser la
taille cible ?

Laissez un avis

Envie d'entreprendre
Logo
Enable registration in settings - general