Exercer au sein d’une coopérative d’activités

Lieffroy Céline Par Céline Lieffroy (chroniqueur exclusif)La Compagnie des Télémates, entreprise de télésecrétariat

Puisque je venais juste de déposer le bilan de ma
librairie, que la société était toujours en cours de liquidation, je
n’imaginais pas recréer de suite une SARL.

Néanmoins la
profession de secrétaire indépendante
peut s’exercer avec tous les statuts
possibles : artisan ou libéral, en société, en entreprise individuelle, en
auto-entrepreneur ou en portage… On voit de tout en la matière.

J’ai choisi d’intégrer la Coopérative d’activité et
d’emploi : Coopaname.

C’est alors que je réfléchissais à quel statut choisir pour ma nouvelle activité que j’ai assisté à
une réunion de présentation de cette structure. A l’issue de cette réunion mon
choix était arrêté !

Aussi vite ! Cela pourrait paraître comme une
décision peu réfléchie de ma part… mais non, les avantages de la Coopérative d’activités répondaient parfaitement
aux contraintes qui étaient les miennes au départ. Bon, il faut que je dise que
je penchais déjà pour tester mon idée au sein d’une société de portage ; mais je me heurtais alors au choix de ce
prestataire. Le souci était en effet, la faiblesse du chiffre d’affaires prévisionnel
en début d’activité.

Quels étaient les avantages que devaient m’apporter en
plus le choix de la Coopérative ?

En effet, l’un des avantages majeurs de celle-ci est de
permettre au nouvel entrepreneur :

1) De tester son
idée de création
d’activité en mode réel, c’est à dire en effectuant ses
démarches commerciales et en facturant ses clients ;

2) D’attendre
d’avoir un volant d’affaires
suffisant pour créer sa propre structure. En
attendant, il se contente de payer les charges attenantes à sa rémunération sur
le principe, pas de CA, pas de rémunération, donc pas de charge.

Au sein d’une coopérative d’activités, l’entrepreneur est salarié. Comme la
société de portage, la coopérative « transforme » en salaire le chiffre
d’affaires réalisé après déduction d’un pourcentage dédié aux frais de
fonctionnement de la structure.

Au delà des points déjà évoqués, la coopérative
d’activité présente un certain nombre d’avantages en plus qui lui sont
spécifiques :

L’entrepreneur qui intègre une coopérative d’activités
a vocation à en devenir associé.
C’est en tant qu’entrepreneur associé qu’il souhaite que la réussite économique de son activité
renforce les moyens économiques et humains de la coopérative qui dynamise les
réussites individuelles.

Le collectif, au sein de la coopérative, permet de
mutualiser un certain nombre de charges (locaux, besoins administratifs,
comptables et juridiques…) et de compétences.

La Coopérative d’activité qui bénéficie le plus souvent
d’un soutien financier des collectivités territoriales offre en plus un véritable accompagnement et des conseils
aux nouveaux entrepreneurs. Ceux ci peuvent ainsi tester leur activité dans les
meilleures conditions possibles. Ils bénéficient de l’expérience partagée des autres entrepreneurs ainsi que du
personnel d’accompagnement qui l’intègre d’office dans une démarche projet
constructive.

Quand on connaît l’isolement des créateurs et chefs de
petites entreprises, cet aspect ne me parait pas des moindres.

L’engagement de
l’entrepreneur
au sein de la coopérative implique sa participation à son fonctionnement,
à l’élection des dirigeants… C’est là aussi une différence fondamentale et un
avantage sur la société de portage qui reste une prestation de service !

Laissez un avis

Envie d'entreprendre
Logo
Enable registration in settings - general