Faire face au stress…

Par Benoît – Entrepreneur – Look Zippy

Look-zippy est hébergé en pépinière d’entreprise depuis quelques
mois maintenant. Dans ce cadre, je bénéficie d’un soutien et d’un
accompagnement permanent.
Le directeur est toujours source de bons conseils et son recul me
permet d’avoir une analyse parfois pertinente sur mon activité.
Récemment au détour d’une conversation banale, il me suggère de
demander le soutien de la Plateforme d’Initiative Locale pour accompagner mon développement.

Sur le coup, ne souhaitant pas passer du temps sur la constitution
d’un dossier au combien laborieux, j’ai décliné son offre. Mais en y
réfléchissant un peu, je me suis dit qu’il serait vraiment trop bête de
laisser passer une occasion de renforcer encore un peu plus ma
trésorerie (oui je sais, c’est obsessionnel ) pour un coût proche de zéro.
J’ai donc monté un dossier, avec plan prévisionnel et tutti quanti.
C’est genre d’exercice que je n’affectionne pas particulièrement tant
on peut faire dire les choses que l’on veut, aux chiffres et
projections sur 3 ans. Mais pour la bonne cause je m’y suis plié.

Présenter un projet de développement pour un e-business, à des
décideurs plus habitués à du commerce traditionnel ou à la
ré-industrialisation du bassin minier n’est pas forcément une chose qui
s’annonce évidente.

Mardi soir, j’avais donc rendez-vous avec deux "rapporteurs" chargés
de décortiquer le projet et de comprendre où je voudrais aller et
comment j’allais j’y prendre.
Pour les deux rapporteurs, c’était une grande première. J’ai tenté de
leur expliquer comment fonctionne un e-commerce par rapport à un
commerce traditionnel.
Même si les deux rapporteurs on été quelque peu dépassés par les termes
et les techniques utilisés, ils ont fait preuve d’un grand sens de
l’écoute et d’une véritable envie de comprendre.
L’entretien à duré près de 2 heures, oscillant entre une évangélisation
poussé du web et une approche plus technique lié à mon projet. Beaucoup
de questionnements et beaucoup d’étonnement aussi pour une activité peu
courante dans la région.

Le lendemain, ces rapporteurs faisaient un compte-rendu de notre
entretien et émettaient un avis devant une commission chargée de
prendre la décision finale.
Bien entendu, j’étais convié à leur suite, pour défendre ma demande et répondre à d’éventuelles questions.
Je n’étais pas particulièrement tendu, peut être un peu stressé mais
l’enjeu n’était pas énorme. Au pire je repartais avec un avis
défavorable et ça ne changeait pas grand chose pour moi, au mieux je
repartais avec un chèque et c’est toujours plus agréable.

Mercredi à 17h15, je faisais face à cette commission, dans une pièce
un peu exiguë et largement surchauffée. Je n’avais aucune idée de ce
qui m’attendait vraiment et ma première surprise fut le nombre de
personnes présentes pour examiner ma demande.
Il y avait là entre 20 et 30 personnes, des chefs d’entreprise, des banquiers, des chargés de développement…
Passé la première surprise, j’ai présenté le projet en toute sérénité,
répondu aux questions plus curieuses que piégeuses. Comme la veille,
c’est avec un grand intérêt qu’ils m’ont écouté, certains en profitant
même pour se connecter sur Look-zippy avec leur mobile.
Les échanges ont finalement duré très peu de temps, une quinzaine de
minutes tout au plus. Je suis donc reparti, aussi sereinement que
j’étais arrivé.
Pour tout dire, j’avais pris une option un peu particulière pour être dans de bonnes disposition en arrivant.
Je ne sais pas comment ça se passe pour vous, mais généralement dans
les heures qui précèdent, j’ai le cerveau qui tourne à plein régime,
genre Pentium 27.
Je me remémore les points importants à mettre en avant, je tente d’envisager les questions pièges… je turbine à fond.
Depuis un quinzaine de jours, je suis déjà en surchauffe, en sur-régime
et j’ai tellement de choses à penser actuellement que je n’ai pas voulu
en rajouter de supplémentaires.
J’ai donc pris l’option inverse, vider la mémoire cache et rendre mon
cerveau au maximum disponible. Pour cela, je me suis rendu au cinéma
d’à côté, pour la séance de 15 heures, je me suis assis confortablement
et j’ai assisté à la projection de "Bienvenue chez les Ch’tis". Pendant
deux heures, je n’ai pensé à plus rien d’autre, j’ai rigolé aux éclats
et à la sortie, j’étais dans d’excellentes dispositions pour
"affronter" la commission.
Je ne sais pas si ce choix a pesé dans la balance. Toujours est-il que
cette pause de deux heures m’a fait un bien fou et je viens de
l’apprendre à l’instant : ma demande a été accepté. 😀

Bonne journée à tous

Laissez un avis

Envie d'entreprendre
Logo
Enable registration in settings - general