Faut-il fermer les open space ?

Brunet_isabelle_2
Par Isabelle Brunet (contributeur) – Spécialiste en développement personnel

« Open space » se
traduit tout bonnement en français : « espace ouvert ».

L’open space désigne des bureaux
ouverts, décloisonnés, des endroits où les salariés travaillent dans une seule
pièce. Ils peuvent y être 30 ou 50.

 

Le concept d’open space vient
directement des Etats-Unis. Il est devenu à la mode en France depuis les années
90. Les concepteurs de bureaux ont eu un engouement immédiat pour cette  nouvelle façon d’aménager les bureaux.
Ils n’y ont vu que des avantages. D’abord, un gain de place certain : dans
un même espace, vous pouvez faire travailler plus de salariés. Ensuite, selon
les inventeurs de l’open space, cela devait engendrer automatiquement une
meilleure communication entre les salariés, des échanges facilités, un gain de
temps car le contact se fait directement, un meilleur travail d’équipe, une
motivation plus grande, une productivité améliorée.

 

C’est vrai que sur le papier,
l’open space paraît constituer la meilleure façon de travailler. Plus de
cloisons, qu’elles soient à la fois matérielles et imaginaires : les
salariés se côtoient et travaillent enfin ensemble. Quel patron verrait
d’ailleurs d’un mauvais œil cette manière de fonctionner ?

Beaucoup de salariés, au départ,
s’en sont réjouis aussi. Ils avaient l’impression d’avancer ensemble, de faire
partie d’une même communauté d’idées. Ils pensaient que ces dernières allaient
fuser dans tous les sens et tout irait plus vite. Personne ne travaillerait plus
seul dans son coin et tout le monde serait abordable du haut en bas de la
hiérarchie.

 

Mais, peut-être était-ce trop
beau pour être vrai ?

Très vite, l’open space a montré
ses limites. L’espace ouvert induit que les salariés travaillent ensemble,
pratiquement côte à côte. Ils peuvent ainsi se parler mais également, effet
pervers, mieux se surveiller. Les conversations, les entretiens, les écrans
d’ordinateur, les coups de téléphone n’ont plus de secrets pour personne. Les
salariés n’ont plus de « vie personnelle ». Des yeux, des oreilles
sont sans cesse braqués sur eux. Les rumeurs circulent à vitesse grand V et vous
devez surveiller sans cesse vos faits ou gestes. C’est d’ailleurs un excellent
moyen de contrôle pour les patrons. Chacun se surveillant l’un l’autre, ces
derniers n’ont quasiment plus besoin d’intervenir.

 

En outre, les bureaux ne sont
plus personnalisables. Tout le monde a le même et ils se ressemblent tous.
Certains concepteurs sont même allés plus loin, certains salariés ne savent même
pas sur quel bureau ils travailleront le matin en arrivant dans l’entreprise.
Or, évoluer dans un environnement qui nous ressemble, dans lequel on se sent
bien, est la meilleure façon de bien travailler.

 

D’autres désagréments se sont
encore fait sentir. Travailler dans le bruit, le brouhaha continuel n’a rien
d’agréable. C’est même plutôt stressant et fait perdre bien souvent la
concentration. Certains salariés perdent aussi cette dernière car leur regard
est attiré par un collègue qui leur plaît beaucoup. Surfer sur internet devient
quasi impossible. Certes, le surf à outrance est déconseillé mais parfois, c’est
nécessaire.

 

L’open space ne peut donc
qu’engendrer du stress au travail. Quand on se sent épié à longueur de
journée, quand on travaille dans le bruit, quand on ne peut par faire un geste
sans que tous soit au courant, quand on ne peut pas faire une pause-pipi sans
que tout le monde le sache, cela tape sur les nerfs et engendre un malaise.

 

L’open space est de plus en plus
dénoncé par les salariés. Les chefs d’entreprise commencent à prendre en compte
leurs revendications. Certes, l’open space ne disparaît pas mais il s’humanise,
il se restreint. Les bureaux ouverts ne regroupent plus qu’une dizaine de
salariés, des salles sont prévues pour les rendez-vous clients ou même pour
s’isoler afin d’effectuer un travail qui demande de la concentration.

 

Fort heureusement, beaucoup
d’entreprises françaises restent encore attachées aux bureaux fermés. Qu’elles
continuent dans ce sens. Pourquoi ajouter du stress aux salariés qui en
subissent déjà tellement dans leur travail ?

Laissez un avis

Envie d'entreprendre
Logo
Enable registration in settings - general