Hymne à la joie : bonheur et compétitivité sont complémentaires en entreprise

Watine_jeanluc Par Jean-Luc Watine (chroniqueur exclusif) – Spécialiste dans l'optimisation du statut du dirigeant

Le bonheur s’érige en principe de management et de leadership dans les entreprises : il s’agit de conjuguer harmonieusement profits et bonheur des clients et des salariés. Après la qualité des produits, le meilleur service clients, le bonheur des salariés devient une ardente obligation.

La culture d’une entreprise est, en effet, dans sa marque et il est très difficile de fournir un bon service si les salariés qui en ont la charge ne sont pas heureux. Si vous rendez heureux vos collaborateurs, ils seront plus investis et l’entreprise y gagnera.

Les salariés doivent ainsi disposer du pouvoir et du contrôle sur leur travail comme sur leur évolution de carrière : les salariés qui répondent au téléphone n’ont pas besoin de script et ne doivent pas être minutés ! De même, vos employés doivent pouvoir utiliser leur imagination, être vrais, faire preuve de bon sens pour répondre à toute situation nouvelle. Le service client devient alors exceptionnel.

Le bonheur se partage, le nombre d’amis au travail sera favorisé : cela est un paramètre important de la culture d’entreprise et du degré de bonheur collectif.

Cette joie collective doit aussi être durable : il y a la joie de la rock star, le plaisir est intense mais difficile à faire durer. La joie-passion dure plus longtemps, comme, par exemple, celui des athlètes de haut niveau mais ne dure que le temps des compétitions… Il reste le vrai bonheur durable d’appartenir à quelque chose de plus grand que vous-même et qui fait sens pour vous. C’est le plus intense dans le temps et c’est celui qu’il faut cultiver en entreprise.

Soyons donc joyeux comme les créateurs d’entreprise qui ont le besoin et la passion d’entreprendre. Cela passe d’abord par la volonté personnelle : « je suis le jardinier de mon âme » a écrit Shakespeare. Soyons joyeux de rendre heureux nos clients. Soyons aussi heureux collectivement : apprenons à nous féliciter en équipe et à partager les succès et tâchons d’acquérir un haut niveau de conscience professionnelle de notre métier et soyons fiers de l’exercer. Notre métier a son utilité dans la société.

Last but not least : la joie ne doit pas être confondue avec l’optimisme, aveugle et irresponsable, qui peut se transformer en imbécile heureux. L’optimisme est la croyance que tout va bien se passer et bien se terminer, la joie est, au contraire, la volonté heureuse de réalisation à l’examen et à l’épreuve des situations. Un boxeur joyeux, travailleur, sociable, habité par l’ambition de vaincre a plus de chances qu’un boxeur trop optimiste.

En conclusion, cultivons notre joie comme notre jardin : si celle-ci est durable et partagée, vous pourrez dire que vous êtes heureux. Votre entreprise ne s’en portera que mieux. Be happy, comme dit la chanson.

Laissez un avis

Envie d'entreprendre
Logo
Enable registration in settings - general