Kevin Straszburger, Ben & Fakto – L’interview « Envie d’entreprendre »

L'interview Envie d'entreprendre par Olivier Marone, créateur et responsable du site

Kevin StraszburgerPrésentez vous ainsi que votre entreprise.

Je m’appelle Kevin Straszburger et suis l’heureux CEO et co-fondateur de Ben & Fakto. J’ai 24 ans et je suis tout jeune diplômé de l’Edhec Business School à Lille.

Ben & Fakto, en une phrase, c’est la boutique en ligne de mode happy. Et la mode happy ce n’est ni plus ni moins qu’une mode éthique et design. Autrement dit, des vêtements et chaussures bien conçus, pour hommes et femmes, aussi bien en terme de style que du respect de l’homme et de son environnement. On trouve donc chez nous des T-Shirts 100% made in France, ou des caleçons et chaussettes issus du commerce équitable ou encore des robes et des tops en coton bio.

En plus, pour chaque achat réalisé sur le site, Ben & Fakto investit 10% du montant total de la commande pour soutenir un micro-entrepreneur quelque part dans le monde.

Ce concept est notre fil conducteur et nous l’avons résumé en une expression : Buy Happy. Help Makers.

Le point de départ de Ben & Fakto.

J’ai personnellement eu l’idée d’une mise en avant d’une mode éthique et design il y a un peu plus d’un et demi, alors que je vivais à Singapour durant mon année de césure (année de coupure entre les 2ème et 3ème années d’école de commerce, généralement utilisée pour effectuer des stages en entreprises). La prise de conscience des conditions de travail dans le textile des populations d’Asie du Sud-Est a fait naître en moi un profond désir de changer les choses.

Dès mon retour en France, en MSc Entrepreneurship, je «pitch» l’idée devant ma classe et Harold (Pognonec, aujourd’hui un de mes associés) vient me voir dès la fin du cours avec deux questions : «Veux-tu le faire dans la vraie vie ?» et «Veux-tu le faire seul ?». Je n’étais sûr que de deux choses à ce moment-là : «Oui je veux le faire dans la vraie vie» et «Non je ne veux pas le faire seul». S’en suit d’intenses séances de travail et de réflexion chez Harold (chez qui je squattais) où nous finissons très vite par décider et acter : «Oui nous le faisons dès la fin des études et nous le faisons au moins tous les deux».

Nous sommes ensuite courant mars et nous participons au Start-Up Week-End de Lille (concours entrepreneurial en équipe sur 54 heures). Nous finissons deuxième, nous trouvons le nom «Ben & Fakto» et un logo. Tristan (Nicolas, aujourd’hui le troisième associé) faisait partie de l’équipe (en plus d’être le colocataire d’Harold et donc d’avoir suivi tout le process depuis le début en fait). A l’issue du week-end et après quelques discussions de la plus haute importance, l’équipe était formée, nous monterons Ben & Fakto à nous trois dès la fin de l’école.

Logo Ben & Fakto

La création de votre société fut-elle plus dure que prévu ?

Franchement, non. Plusieurs mécanismes entrent en jeu à ce niveau-là. Pour bien faire comprendre ma réponse je vais les détailler.

D’abord l’appréciation, au préalable de ce que va être cette création d’entreprise. Je pense que dans notre cas, nous nous sommes toujours dit que ce serait facile, une simple formalité. Après ne me demandez pas pourquoi. Disons qu’on était trois, déjà ça aide. Ensuite nous connaissisons et discutions déjà avec beaucoup d’entrepreneurs de tout âge et de toute nationalité, alors très vite on se dit «bon ok, si lui l’a fait, pourquoi pas moi, ça ne doit pas être sorcier».

Ensuite la vraie vie, le feu de l’action. Et là honnêtement, ça s’est passé «comme sur des roulettes». Je crois en fait plusieurs choses : nous étions bien préparés, nous étions sur-motivés et nous avons eu de la chance.

A refaire, concernant votre entreprise, vous referiez quoi ?

Vous savez, l’entreprise n’existe, administrativement parlant, que depuis le 1er Juin, et le site benfakto.com n’est en ligne publiquement que depuis le 9 novembre donc il est peut-être un peu tôt pour se poser une telle question. Bon si je cherche un peu bien sûr je trouve déjà des choses qu’on aurait peut-être faites autrement comme par exemple quitter beaucoup plus vite nos «boulots alimentaires» que nous avions gardés en parallèle pour pouvoir vivre à Paris.

Pour vous, un client Ben & Fakto est un client…

Intelligent. Soucieux de son style et qui aime s’habiller, prendre soin de lui et se faire plaisir, il n’en oublie pas moins que nous sommes une espèce, l’homme, et que nous n’avons qu’une Terre.

De plus il est à la recherche de sens, d’histoires, d’authenticité, il veut comprendre le pourquoi de ses actions, de ce qu’il fait, de ce qu’il achète. Savoir qui se cache derrière, savoir d’où ça vient, qui l’a pensé, designé, contruit, quels chemins ont été empruntés pour arriver jusqu’à lui.

Redonner du sens à nos achats vestimentaire, voilà une des missions de Ben & Fakto.

BENFAKTO.COMBuy-happy--Help-makers

Votre meilleur souvenir d'entrepreneur.

Je le disais tout à l’heure, nous ne sommes officiellement entrepreneurs que depuis quelques mois. Il est vrai que déjà, nous avons connu un panel très large d’émotions, sentiments en tout genre. Le meilleur souvenir pour l’instant, je dirais l’arrivée au bureau de Maria, notre première et pour l’instant unique employée. Prise de conscience soudaine de ce que l’on est, une entreprise, et de ce que nous allons faire, créer de la valeur, de l’emploi.

"LE" conseil à donner à un futur entrepreneur.

En parler à un maximum de monde, autour de soi mais pas seulement. Je me souviens personnellement, dès septembre ou octobre 2010, avec Harold, prendre le téléphone ou envoyer des mails à nos concurrents, à des e-commerçants, des investisseurs etc… Très honnêtement, nous avons à coup sûr gagné un temps précieux.

Ensuite, lancez-vous. Ne tardez pas, ne réfléchissez pas, ne vous laissez pas embarquer par les histoires d’études de marché, de business plan ou je ne sais quoi d’autres, et je sais de quoi je parle, je suis diplômé d’un MSc en Entreprenurship vous imaginez.

L’entrepreneur est un rat de laboratoire. Il est perdu comme dans un labyrinthe, et il court, il court vite, tout le temps, s’en jamais s’arrêter. Surtout il teste, il expérimente. Il tente à gauche, se cogne, alors vire à droite, avance puis se recogne, alors change d’angle et ainsi de suite…

L'entreprise existante que vous auriez aimé créer ?

Je ne sais pas si on peut appeler ça une entreprise mais je dirais Wikileaks. J’aime la vision du monde et plus particulièrement de la démocratie de Julien Assange.

Pour lui, les organisations (états, banques, armées etc…) sont comme des boites. Des informations y entrent, d’autres en sortent. Certaines d’entre elles sont secrètes. Or, pour que les citoyens exercent un réel contrôle démocratique sur les élites politiques et économiques, il est indispensable qu’ils puissent voir ces flux d’information. Je suis entièrement d’accord.

L'entreprise de vos rêves ferait quoi ?

Elle abolirait les frontières, rapprocherait les gens, engendrerait dialogues et discussions entre les peuples, entre chacun de nous, bref, ferait de notre monde un village à parcourir, et de notre voisin proche ou lointain un individu à part entière avec qui échanger (et non je ne parle pas de Chatroulette :p ).

"L'idée" entrepreneuriale du siècle ?

Argh, nous sommes en 2011, dur de parler de siècle alors que nous commençons tout juste. Mais je dirais, à l’échelle de notre décennie, Spotify. Je suis un grand fan de musique, mon casque toujours vissé sur la tête, et Spotify a changé ma vie, je l’utilise au quotidien.

Et puis, pour voir un peu plus loin, je suis un fervant croyant d’une nouvelle manière de consommer à partir d’aujourd’hui et pour le futur : par l’usage et non plus par la propriété. En ce sens, je chéris les différents modèles de location par exemple, ou de consommation collaborative etc…

Un modèle d'entrepreneur ?

Je parlais plus haut de Spotify, je vais rester dans le même univers et citer Sean Parker. Ou comment être intimement persuadé que nous pouvons changer le monde grâce à Internet. Et puis c’est lui qui a créé Napster, je ne peux qu’approuver.

Après, je souscris également à son envie de rendre le monde plus social, plus ouvert (Plaxo, Facebook, Causes et donc Spotify).

Ben & Fakto

Microsoft, Apple ou Google ?

Aïe, dur, on va tenter par éllimination. Microsoft, non, il ne m’ont jamais fait rêver à part peut-être pour la Xbox, et encore, le démarrage fut bien assez long.

Apple et Google, je ne peux qu’applaudir. Bon je tranche, je dis Apple par respect pour leur âge, et donc leur implication dans l’histoire déjà. Google, bien que composé de génie et ayant radicalement changé notre façon de surfer sur Internet et d’avoir accès au savoir, à l’information, est encore jeune, si ça se trouve, ils ne tiennent pas 10 ans de plus.

Un petit portefeuille boursier ?

Oh non surtout pas. Je viens d’une école de commerce, je côtoie beaucoup de monde avec des portefeuilles boursiers bien évidemment et je désapprouve entièrement leur façon de faire, cette façon impersonnelle d’investir dans une entreprise (si on ose encore parler d’investissement parce que bon, mettre 100 euros en bourse, ça relève plutôt du coup de poker que de l’investissement pur) qu’ils ne connaissent même pas et dont ils n’ont jamais, ô grand jamais, partagé une bière avec l’un de ses dirigeants.

"L'envie d'entreprendre", de tout jeune ?

L’envie d’entreprendre, de faire, de créer, oui sans hésiter. Après dans les faits, j’étais surtout un commerçant 🙂 Je revendais tout, tout ce qui traînait chez moi et ne semblait plus servir à personne. Un peu plus tard, autour de mes 13 ans, je suis devenu le spécialiste des brocantes et vides-greniers et j’achetais un emplacement pour y refourguer toutes les babioles familiales.

Le mot de la fin.

Merci à Olivier et à tous les contributeurs d’Envie d’Entreprendre, la lecture de ce blog est toujours enrichissante et souvent pleine de surprises.

Vive la mode happy et vives les entrepreneurs ! 😉

http://www.benfakto.com

EE – Janvier 2012

Si vous voulez vous aussi être interviewé et mettre en avant votre e-commerce, n'hésitez pas à me contacter maroneolivier ( @ ) yahoo.fr

Tous les samedis retrouvez l'interview "Envie d'entreprendre". Pour être sur de n'en louper aucune abonnez-vous au flux rss ou inscrivez-vous à la newsletter (en haut à droite).

Toutes les interviews "Envie d'entreprendre" se trouvent ici.

Laissez un avis

Envie d'entreprendre
Logo
Enable registration in settings - general