La start-up de livraison Frichti pourrait être reprise par sa concurrente La Belle Vie

Le marché de la Foodtech français pourrait bien être chamboulé d’ici le mois d’octobre. En effet, la start-up de livraison Frichti est actuellement dans une phase de liquidation judiciaire depuis le mois de mai 2023. A l’approche de la date butoir, quelques acteurs de la Foodtech ont manifesté leurs intérêts quant à un potentiel rachat de Frichti. Parmi les candidats les plus sérieux, on retrouve La Belle Vie, une autre start-up spécialisée dans la livraison de courses et de repas.

Clap de fin pour Frichti

Acteur innovant du secteur de la FoodTech en France, Frichti connait actuellement une fin de vie particulièrement mouvementée. Malgré un rapprochement réussi avec la start-up allemande Gorillas, suivi par le rachat des deux entités par l’entreprise turque Getir en 2022, la start-up créée par Quentin Vacher et Julia Bijaoui est placée actuellement en redressement judiciaire en début d’année 2023. Cette situation est le résultat du départ de Getir de l’Hexagone, qui a alors entamé les procédures de liquidation judiciaire, ramenant dans ses valises Gorillas.

Si cela ne suffisait pas, le journal Libération avait dévoilé les pratiques douteuses de la start-up qui recrutait alors des travailleurs sans-papiers pour assurer la livraison des courses et de repas. La situation a alors été réglée à la va-vite, mais près de 200 travailleurs ont porté plainte contre Frichti en prud’homme en août 2023. Une situation délicate qui n’a pas empêché Frichti d’attiser la convoitise chez ses principaux concurrents.

Quatre candidats pour le rachat de Frichti

Malgré donc ses déboires avec la justice, plusieurs acteurs de la FoodTech se sont présentés pour racheter la start-up Frichti et la remettre sur de bons rails. La société La Belle Vie est en première ligne pour reprendre les activités de Frichti. Si aucun montant concernant le rachat de la start-up n’a été divulgué par Paul Lê, fondateur de La Belle Vie, ce dernier envisagerait tout de même de recruter un tiers des salariés de Frichti, soit 150 salariés sur les 450 que compte la start-up. On retrouve également dans cette course au rachat de Frichti les sociétés Refectory (anciennement Dejbox) qui sont la propriété du géant de la grande distribution Carrefour.

Autre acteur emblématique de la Foodtech française, Flink serait parmi les principaux intéressés par cette opération de rachat, même si l’entreprise n’a pas encore confirmé l’information. Pour finir, le fonds d’investissement Arts et Biens serait particulièrement intéressé par sa division BtoB. Cette division propose notamment aux entreprises des services de restauration et des comptoirs de click and collect. Par ailleurs, la division BtoB de Frichti représentait 35% des 70 millions d’euros de chiffre d’affaires enregistrés durant l’exercice 2022, et en progression à 50% en 2023, selon la directrice générale Olivia Coville.

Ainsi, en faisant acquisition de Frichti, La Belle Vie aurait les cartes en main pour entrer sur le marché BtoB de la restauration rapide, un secteur dans lequel la start-up n’avait jusque-là pas encore tenté une incursion. Les entreprises souhaitant racheter Frichti ont jusqu’au 6 septembre 2023 pour déposer leurs dossiers.

Laissez un avis

Envie d'entreprendre
Logo
Lorsqu’activé, enregistrer les permaliens dans paramètres - permaliens
toto togel https://manajemen.feb.unri.ac.id/thailand/ situs togel