L’autoentrepreneur, le nouvel ouvrier chinois ?

Maxime Weber Par Maxime Weber (chroniqueur exclusif) – Génération Autoentrepreneur

Voici un constat sur un des aspects négatifs du statut d’autoentrepreneur. Les tarifs de certaines prestations d’autoentrepreneurs qui sont fixé sans aucun recul ni expérience. Jusqu’à la création du format « autoentrepreneur » ce type de prestation devait surement exister cependant avec les impératifs sociaux fixes, le prestataire discounter se rendait plus facilement compte de son erreur.

Voilà qu’avec la liberté et le sentiment d’entreprendre-c’est-trop-facile-et-on-va-reussir-comme-ceux-qui-passent-dans-Capital, une concurrence malsaine mais souvent involontaire s’est développée.

Pour exemple, j’ai profité d’une prestation d’un infographiste autoentrepreneur pour la création d’un logotype. Tarif normal dans une petite agence de com : 350 euros, budget supérieure à 10 000 euros avec une pointure de la communication.

Tarif autoentrepreneur : 80 euros avec 50% de promotion pour le lancement de l’activité soit 40 euros. Entre l’analyse du cahier des charges de 4 pages, les différents e-mails avant le début du projet (une demi-douzaine), les 7 propositions de logos et les 3 aller-retours pour arriver au résultat final. J’ai estimé le temps de travail à 10 heures (en incluant le travail de prospection en amont et les tâches indirectement générées par cette mission). Soit 4 euros de l’heure, le coup de l’heure travaillé en Chine constaté par Vallourec en 2008.

Tout entrepreneur qui fixe ses tarifs sur une base horaire (consultants, jardiniers, webdesigners, etc) doit avoir à l’esprit la différence entre salaire horaire et honoraire.

Un salarié est payé 35 heures par semaine. A son compte, il est impossible de facturer 35 heures par semaines et travailler 35 heures effectives. Un entrepreneur doit gérer son entreprise, prospecter, s’informer, payer ses charges soit beaucoup de tâches non-rémunérées mais qu’il faut inclure dans son tarif horaire et le chiffre d’affaires global à réaliser pour être rentable.

Bien sur, c’est très intéressant un logo à 40 euros mais avec quelle perspective ? Pour l’autoentrepreneur, impossible de vivre de son activité. Pour l’entreprise, impossible d’établir une relation de travail durable et destruction de l’économie nationale (l’autoentrepreneur qui gagne 4€ va avoir du mal à faire tourner les usines PSA pour s’acheter la dernière DS3 voir même une baguette de pain).

Alors futur créateur ou jeune entrepreneur, ne pensez pas facturer moins de 35 euros de l’heure vos prestations si vous voulez être viable et crédible.

Je tiens quand même à préciser que je suis un défenseur du statut d’autoentrepreneur, je me revendique de la « génération autoentrepreneur » d’ailleurs.

Pour les adeptes, voici l’adresse de mon compte Twitter : @MaximeWeber, ce billet est très court et donc je suis ouvert à vos commentaires pour approfondir le sujet.

Laissez un avis

Envie d'entreprendre
Logo
Enable registration in settings - general