Le business plan c’est bien, mais ça sert à quoi ?

Rey_patrickPar Patrick Rey (chroniqueur exclusif) - Consultant-formateur, Délégué Régional ITG, première société de portage salarial en France.

Comme le dit le site de l'APCE*, le business plan est le document de référence pour clarifier les idées du créateur afin de convaincre un investisseur ou un banquier d'apporter son concours financier. S'il est incontournable pour toute création d'entreprise nécessitant d'importants moyens financiers pour démarrer, on peut se demander à quoi il sert pour les créateurs d'entreprises de conseil ou plus largement de prestations intellectuelles, comme c'est le cas des lecteurs de cette chronique "portage salarial/activité solo".

 

Document d'une dizaine de pages, ou bien davantage, le plan d'affaires ("business plan") décrit les principaux aspects du projet d'une entreprise : son activité, son marché, sa technologie, son marketing, ses ressources humaines et plus spécifiquement les dépenses programmées et les ressources envisagées à court et moyen terme. Ce document sert principalement à convaincre les investisseurs de la viabilité d'un projet. Mais qui sont les investisseurs ? Quelle est la nature de l'investissement ? Quels sont les éléments utiles d'un plan d'affaires ?

Reprenons les points-clé : le projet doit être parfaitement défini, le profil de l'entrepreneur ou de l'équipe doit donner toute sa consistance à la future entreprise, le marché doit être analysé sérieusement, la concurrence bien identifiée, les produits et services bien positionnés, les actions marketing ou commerciales doivent être organisées, les hypothèses d'exploitation et de résultats doivent être précisément chiffrés.

Qu'en est-il du projet d'un entrepreneur solo ? Deux cas de figure se rencontrent le plus souvent :

  1. Il n'y a pas de véritable projet, mais une envie de lancer quelque chose ; d'où l'intérêt pour le régime d'auto-entrepreneur et du portage salarial ; le premier se présente comme très simple ; en réalité, le second est encore plus simple à mettre en œuvre.
  2. Le projet est réel et construit depuis de longs mois par le créateur ; il s'agit d'une activité que connait bien le professionnel, pour l'avoir exercée sous une autre forme (salarié d'un cabinet important, par exemple) ou pour l'avoir sérieusement étudiée en prenant de nombreux contacts réseau, qui lui ont également permis de trouver des relais utiles ou des prescripteurs.

Quid du profil du porteur de projet ? Le plus souvent, c'est un professionnel qui se lance de façon autonome, mais qui a besoin de développer les moyens de cette autonomie : un réseau renforcé, un positionnement commercial original, une organisation de travail nouvelle, etc.

On le voit donc, plusieurs points du plan sont intéressants même pour un créateur d'activité strictement intellectuelle : quel est son marché, qui sont les concurrents, combien pourra-t-il vendre ses prestations, comment va-t-il trouver ses clients ?

Pour autant, le but ultime de tout plan d'affaires étant le tableau de prévisions financières et d'exploitation, il est clair que ce type de créateur n'a aucun besoin de passer du temps à échafauder des hypothèses par essence "imaginaires" : le seul financeur de son projet c'est lui-même !

(*) APCE = Agence Pour la Création d'Entreprise

 

Laissez un avis

Envie d'entreprendre
Logo
Enable registration in settings - general