Les cadres sont-ils des entrepreneurs ?

 Photo Patrick Rey by JLChaumet 600pixPar Patrick Rey (chroniqueur exclusif) - Consultant-Délégué ITG, premier groupe de conseil en portage salarial.

Les cadres et l'entreprise : on pense d'abord aux cadres-experts, cadres-encadrants, managers, chefs de projet, voire cadres-dirigeants. Les études récentes montrent qu'ils ont la bougeotte… ou l'envie de… ou intégré les différents statuts qu'ils ont ou auront*. Quant aux plus seniors d'entre-eux, ils y pensent parfois contraints et forcés. Mais sont-ils pour autant entrepreneurs dans leur tête et dans leur comportement ?

En portage salarial, nous voyons des personnes de toutes générations, et notamment des seniors, intéressés par cette alternative à — ou ce tremplin vers — la création. Plus largement, la création d'entreprise reste une valeur sûre en France et le régime d'auto-entreprise n'a pas fondamentalement changé les choses : une vraie entreprise va démarrer une activité réelle, progresser ou tenter de le faire, survivre ou périr ou se développer.

Quid des cadres expérimentés ? A priori, ils ne sont ni jeunes, ni fous, ni fougueux ! Certains ont d'ailleurs plutôt le projet de reprendre une entreprise et, en attendant, vont conseiller, accompagner des entreprises ou des chefs d'entreprise, peut-être pour ensuite reprendre l'entreprise. D'autres ont le projet de créer leur activité de conseil pour évoluer vers un nouveau parcours professionnel, avec davantage d'autonomie.

Dès qu'on dépasse les 45 ans, même si on n'est pas encore senior (quoique !), de plus en plus pensent à se lancer et près de 90.000 créent finalement leur entreprise. Par ailleurs, l'APCE a montré qu'il y avait sensiblement autant de salariés que de demandeurs d'emploi et à peu près autant de retraités que de déjà chefs d'entreprise qui donc re-créent.

En portage salarial, il n'y a pas non plus forcément une majorité de demandeurs d'emploi : nous voyons de plus en plus d'anciens chefs d'entreprise, certains ayant créé leur structure sans avoir assez de clients pour durer, d'autres ayant subi un revers comme la perte d'un marché important. Nous voyons aussi des retraités qui créent en quelque sorte leur petite entreprise portée.

Quant à eux, les cadres salariés préparent désormais davantage leur futur parcours de créateurs pendant qu'ils sont en poste. Et c'est très bien ainsi, car ils peuvent mieux construire leur future activité, en comparant les statuts, le portage salarial devenant de plus en plus connu. De même, ils peuvent avoir des informations très utiles pour leur future entreprise, et ce parfois plus facilement lorsqu'ils sont en veille et actifs, ce qui n'est pas négligeable notamment sur les réseaux sociaux où ils sont présents comme cadres en activité.

Entrepreneurs, ils peuvent donc l'être tout autant que des non-cadres ou des plus jeunes. Mais leur envie d'entreprendre est souvent plus réfléchie, avec une motivation plus hédoniste ou plus constructive (se réaliser, devenir plus autonome vs créer son propre emploi, ne plus subir une hiérarchie). Ils ont souvent acquis une expérience fortement contextualisée, avec un réseau de clients, fournisseurs et autres contacts qui pourra être utile, même s'il a ses limites, pour ceux qui changent de secteur ou de région, ou pour ceux qui ont eu une période de chômage de longue durée. Raison de plus pour construire un bon réseau et pour développer l'envie d'entreprendre quand on est cadre salarié.

(*) Voir les résultats de l'enquête TNS Sofres pour la Fondation ITG et Les Echos, indiquant que “93% des cadres considèrent que chacun connaîtra plusieurs transitions et reconversions au cours de sa vie professionnelle et 65% d’entre eux considèrent que le CDI ne sera plus la norme d’emploi dans le futur. Les cadres considèrent même à 87% que chacun dans sa carrière expérimentera plusieurs statuts : entrepreneur, salarié, chômeur.”

Laissez un avis
Envie d'entreprendre
Logo
Enable registration in settings - general