« Les minutes entrepreneuriales » : Un pas de stratégie

Fochi Jean Claude Par Jean Claude Fochi (chroniqueur exclusif) – Aide au projet de création et à l'élaboration de Business plan

Je me cite : j'ai dit que pour une entreprise en démarrage tous les procédés et tous les intervenants étaient stratégiques, c'est vrai mais il va y avoir un moment, surtout avec l'observation de la clientèle et des procédés utilisés par le concurrence, où il va falloir définir un deuxième pas stratégique ; l'examen du couple clientèle-procédés (en production et en organisation) devrait fournir un ou deux axes d'approche. On peut commencer par la partie procédés ou activités.

Pourquoi a t-on besoin d'un axe prioritaire pour fonder sa stratégie et non d'une méthode prioritaire ? Tout d'abord, s'il n'y avait qu'une méthode à suivre, toutes les entreprises seraient gagnantes, ce qui est loin du compte. C'est un raisonnement par l'absurde, certes. D'autre part si les méthodes SWOT ont été une excellente initiation elles n'ont pas donné la solution que Michael Porter a apporté en recentrant le débat sur les fondamentaux.

Pour une entreprise en démarrage il faut donc passer du premier stade où tout est stratégique au second, où l'on cerne une région de l'entreprise. Il va falloir faire dialoguer l'interne et l'externe. Il faut savoir que la pénétration du marché, bien qu'elle soit prioritaire, n'a pas le même temps que les possibilités d'évolution interne. Donc à priori il n'est pas inutile et inefficace de se focaliser sur l'interne.

Comment faire ? et bien vous allez le trouver dans les lignes qui suivent et que j'ai emprunté au blog de Michel Volle que je cite en référence comme il le demande ; plusieurs citations sont d'ailleurs enchâssées :

Début de citation:

Un article (François Bostnavaron, "L'internalisation permet une réactivité incomparable", Le Monde, 12 mai 2009) décrit une entreprise qui, me semble-t-il, gère comme il le faut son système d'information : "Petra Friedmann, directrice d'Odopo, numéro deux du voyage en ligne en France, a choisi de gérer directement la relation client et l'informatique".

Les activités qu'un stratège "gère directement" sont celles qu'il considère comme stratégiques. Dans d'autres entreprises les activités stratégiques sont la finance et la communication ; dans celle-ci, c'est la relation client et l'informatique.

Enfin un dirigeant qui pose les pieds par terre, qui se préoccupe de la solidité de son entreprise ! Mme Friedmann décrit ainsi le rôle de son système d'information :

"Tous les aspects de notre activité passent par l'informatique – un service clients efficace ne peut exister sans outils adaptés (…) Pour réagir rapidement aux changements du marché, pour innover, il faut supprimer tous les tiers intervenants. L'internalisation de l'outil informatique garantit d'abord la possibilité de définir et maîtriser sa propre philosophie de développement par un dialogue permanent entre les équipes utilisatrices et les informaticiens. Elle offre une réactivité incomparable et la réversibilité de toute modification……"

Fin de citation

Quelle réflexion faisons nous ? La question à se poser est :

– dans notre fonctionnement interne, quelles sont les activités qui sont essentielles pour pouvoir réagir éventuellement, c'est à dire produire du changement ou quelles sont les activités qui sont la base du métier ?

Pour se donner un axe on peut classer les activités par ordre décroissant d'importance et en sélectionner une, pour laquelle on a un bon rapport , non pas qualit/ prix mais dans le même ordre d'idées, intérêt pour le marché/dépense d'investissement.

Laissez un avis

Envie d'entreprendre
Logo
Enable registration in settings - general