L’industrialisation en 5 étapes

Christophe GuinebaultPar Christophe Guinebault (chroniqueur exclusif) – Project Fireman & Innovation Rainmaker

L'histoire de l'industrie est le livre ouvert des facultés humaines.
[Karl Marx]

L'industrialisation est un mot qui fait peur et qui reste pour beaucoup une étape méconnue dans l'évolution des entreprises. Est-ce adapté aux petites entreprises ? Est-ce une affaire d'ingénieur ? Pourquoi y passer du temps ? Voici les 5 étapes clés d'un projet d'industrialisation !

1 – S'attacher au fonctionnel.

Quelques-soient leurs natures, la mise à plat des attentes du process est un préliminaire indispensable à un projet d'industrialisation. L'analyse fonctionnelle va permettre de ne pas focaliser sur des apriori techniques, mais de rechercher et de caractériser les fonctions et les contraintes en lien le process. Les fonctions (dites fonctions principales) représentent les actions attendues du process (exemple : déposer une étiquette sur un produit). Les contraintes (dites fonctions contraintes) représentent l'ensemble des éléments extérieurs agissant sur le process (exemple : garantir l'intégrité du produit manipulé).

To do list : faire une analyse fonctionnelle type pieuvre. 
Livrable : 1 draft sur une feuille A4.
Durée : 1 heure.


2 – Formaliser un cahier des charges.
Les fonctions et contraintes sont ensuite caractérisées en autant de critères que nécessaire, avec pour chaque critère un niveau à atteindre (caractéristique technique, attente particulière). Il peut aussi être intéressant de préciser la flexibilité pour chacun de ces critères. Ces flexibilités pourront permettre au répondant au cahier des charges d'ajuster la réponse technico-économique.  Au delà de ces aspects, le cahier des charges doit préciser les conditions de réception, de livraison, d'installation, de paiement, et les délais et objectifs du projet d'industrialisation.

To do list : rédiger un cahier des charges fonctionnel.
Livrable :  un cahier des charges pour un seul équipement tient sur un recto/verso.

Durée : 1 journée max.  

3 – Vérifier la faisabilité.


Le GO d'un projet d'industrialisation doit se faire en toute connaissance de cause. A cet effet, durant la consultation basée sur le cahier des charges évoqué ci-dessus, il est important de s'attacher à établir les limites du projet. Ces limites peuvent être financières (ratio coût humain Vs investissement pour une mécanisation simple), techniques (veille technique sur les procédés proposés) ou environnementales (disponibilité pour l'implantation). Le GO sera donc prononcé sur la base d'une rentabilité définie (ROI), d'une information fiable sur la performance des procédés, Etc.

To do list : analyse théorique des temps (MOST, MTM), veille technique, étude d'implantation.
Livrable : étude de faisabilité du projet.
Durée : ~1 semaine.

4 – Faire le bon choix.
Au delà des critères d'exclusions qui procèdent des limites abordées ci-dessus, le choix doit pouvoir se faire sur le mieux-disant et non pas le moins-disant. Pour être objectif, mener une analyse de la valeur en regard de l'analyse fonctionnelle réalisée précédemment est la meilleure solution. Elle peut même être réalisée "pied à pied" avec le cahier des charges en rajoutant une colonne et un degré d'appréciation. L'importance des critères de flexibilité accordés au départ prend ici toute son ampleur. Des critères sans aucune flexibilité sont donc des critères d'exclusion.

To do list : une analyse de valeur.
Livrable : 1 tableau comparatif.
Durée : 1 journée max.


5 – Réceptionner et implanter les équipements.

Le choix est fait en connaissance de cause ? Le temps est donc venu de suivre l'avancée des travaux chez le fournisseur sélectionné. Quelque soit la complexité du système, il est important de faire une réception chez le fournisseur pour vérifier la conformité au cahier des charges pour éviter les aller/retour inutiles. Une réception après implantation pour vérifier la stabilité du système sur site est tout aussi importante. Enfin, pour être à même de valider les performances attendues, une dernière validation peut être réalisée dans le mois suivant l'implantation.

To do list : étude d'implantation, préparation des servitudes (eau, électricité, accès, etc.), Etc.
Livrable : une implantation réussie !
Durée : en fonction du nombre de réception, et un suivi soutenu dès l'implantation.

Alors, est-ce une démarche adaptée aux petites entreprises ? Et est-ce une affaire d'ingénieur ? Oui et non, même si une telle démarche nécessite effectivement quelques compétences et un peu de temps à passer. Le temps à passer permet de faire un choix d'investissement en toute connaissance de cause, tout en minimisant les aléas.
Laissez un avis

Envie d'entreprendre
Logo
Enable registration in settings - general