Mamans & entrepreneuses : Mademoiselle Bio

Le_rouzic_mathilde
Par Mathilde Le Rouzic (contributeur) – Entrepreneuse

Violette, c’est Mademoiselle Bio. Avant de créer sa boite, elle suit le parcours type d’une étudiante en école de commerce : travailler dans un puis deux grands groupes pour se former, apprendre le métier, avoir des budgets sympas et être au contact d’experts…. Lors de son dernier poste, elle est chef de groupe chez Lancôme Soin International (elle développait au marketing des produits de soins visage Lancôme qui seraient commercialisés dans le monde entier).

Deux enfants plus tard, elle décide de monter son site marchand, sur lequel elle propose une sélection de produits de beauté bio, avec des marques pour la plupart inédites en France. Je la connais depuis plus d’un an, alors même que son idée n’en était qu’à ses balbutiements. Et je suis ravie qu’elle ait trouvé le temps de répondre à mes questions sur la manière dont elle gère son quotidien de maman (de deux petits garçons de 4 et deux ans), de femme et de chef d’entreprise. C’est à elle !

La création d’entreprise, c’est venu avant ou après les enfants ?

Je crois que j’ai ça en moi et aussi autour de moi. J’ai toujours rêvé
de créer ma boîte et je suis entourée d’entrepreneurs (père, frère,
mari…). Mais, de là à se décider, il y a un monde. Le déclic et la
volonté de passer à l’acte sont venus à la naissance de mon deuxième
enfant. Et c’est le résultat de mon cheminement personnel. A la
naissance de mon premier fils, il y a eu un véritable déclic. Je suis
devenue de plus en plus consciente des enjeux écologiques. Peu à peu,
j’ai changé ma vision de la consommation, du monde, des choix que tu
peux faire en tant qu’individuels pour faire changer les choses. Et
progressivement, mon métier me semblait vain. Cette passion que
j’éprouvais avant s’amenuisait. A ma deuxième grossesse, j’ai vraiment
décidé de mettre en cohérence mes valeurs personnelles et mon travail.
Je suis une passionnée. J’ai besoin de ça pour m’épanouir.

Pour toi, le fait d’être à la fois maman et créatrice d’entreprise c’est compatible ?

Quelle question ! C’est compatible mais c’est un beau défi … En fait,
la décision d’entreprendre, je ne l’ai pas prise seule. On l’a prise en
couple car on savait pertinemment que ça allait impacter toute la
famille. L’avantage d’être à son compte est la liberté de gérer sa
propre journée : un rendez-vous de pédiatre au milieu de la journée, un
spectacle des enfants à 16h, une galère de nounou en dernière minute
… sont facilement gérables. Quand on est son propre chef, on s’impose
ses propres contraintes. Donc, on gagne beaucoup en souplesse comparé à
un grand groupe qui peut imposer présence, réunions, voyages pro … En
revanche, il ne faut pas se leurrer, créer son entreprise est très
aliénant. On gagne en souplesse mais on perd en liberté. On bosse
beaucoup et même trop, on a la tête prise par mille et une
préoccupations, on jongle en continu pour faire en sorte que tout
tienne dans sa journée … Personnellement, j’ai fait le choix de
préserver au maximum les enfants. Donc, je n’arrive pas trop mal à
conjuguer maman et créatrice d’entreprise. Là où ça se complique c’est
quand on "cumule les mandats" : maman, créatrice d’entreprise,
épouse/amante, copine, fille/soeur … Là, je dirai que je n’assure
plus du tout.


Fais-nous rêver… ta journée type ressemble à quoi ?

Je dois vraiment répondre à cette question … perso, je n’ai pas
encore trouvé mon équilibre durable. Mais, Mademoiselle Bio est en
lancement. Donc, je me donne encore quelques semaines ou mois pour
m’équilibrer. Bon, si je suis très franche, voilà ma journée type de la
semaine ces 6 derniers mois …
Réveil 7h15 par mon fils qui vient se glisser dans notre lit, suivi de
l’aîné. Un petit quart d’heure au lit de câlins, jeux … pour
enchaîner sur douche, petit déj’ en famille (et j’y tiens on passe tous
les quatre à table), dépose à l’école, discussion avec la nounou et je
file au bureau. Je bosse, je bosse, je bosse. Quand je n’ai pas un déj
prévu à l’extérieur, à 16h je réalise que je n’ai pas déjeuné. Je mange
un truc sur le pouce, fais les courses manquantes à la maison, traite
rapidement les papiers de la maison (appeler le plombier …).
Re-boulot. 19h, je libère la nounou et retrouve avec beaucoup de
plaisir mes 2 garçons. Là, ce sont mes 2 heures de respiration. Je me
vide la tête, essaie d’être complètement disponible pour eux. On joue,
on parle, on lit, ils ont une heure pour faire ce qu’ils ont envie avec
leur maman. Puis dîner des enfants, l’histoire du soir et dodo. Ils
sont couchés vers 21h. Là, je me mets aux fourneaux et on dîne tous les
deux avec mon mari. Vers 22h-22h30, je me remets au boulot jusqu’à une
heure indue.

Maman, femme, chef d’entreprise… Tu as un truc pour maintenir l’équilibre ?

J’essaie de m’imposer des règles minimales : du sport 2 fois par
semaine, préserver le dîner du soir avec mon homme et un dîner en tête
à tête régulier, une à deux escapades par an en lover … en revanche
pour les copains, la famille, c’est plus difficile. J’ai moins de temps
pour anticiper, recevoir … donc, on est dans l’impro totale.

Et enfin, une anecdote à nous raconter sur les enfants + ta boite ?

Fut un temps, mes bureaux étaient dans le salon. Et comme il y avait
beaucoup de cartons, la première fois que le baby-sitter est venu, je
me suis excusée et je lui ai expliqué que j’étais en train de créer mon
entreprise … Et il m’a répondu qu’il le savait déjà. Il m’a ainsi
raconté qu’ Augustin, mon aîné, était hyper fier de sa maman et qu’il
lui avait tout raconté : le nom de l’entreprise, ce que je vendais,
comment … J’étais sidérée. Je ne m’attendais pas du tout à ça ! Louis
quant à lui a profité de mon inadvertance pour découvrir les joies de
la crème bio : il a redécoré intégralement le salon avec une crème pour
les mains. Parquet, cartons, cheveux … tout y est passé !

Laissez un avis

Envie d'entreprendre
Logo
Enable registration in settings - general