Parcours de comm. Episode 3

Jean_franois_legat_4
Par Jean François Legat – Consultant indépendant en communication

<p><p><p><p><p><p><p>Sans titre</p></p></p></p></p></p></p><p><p>Sans titre</p></p>

J’espère que je ne fatigue pas tout le monde à vous raconter ma  vie.

Après
une rapide réflexion, la solution s’imposait d’elle-même. Je n’étais
décidément pas fait pour le salariat, et j’avais besoins
d’indépendance. Je décidais alors, après en avoir discuté avec mon
amie, de tenter de nouveau la voie de l’entreprenariat. Par contre,
cette fois ci, je ne souhaitais pas entrer dans une démarche lourde et
complexe. J’avais envie d’aller à l’essentiel : mon job de consultant
en communication et nouvelles technologies. De plus je ne souhaitais
pas investir fortement, plus préoccupé par tester le marché afin de
savoir si ma vision était la bonne.

Après un
rapide tour d’horizon des solutions s’offrant à moi en terme de
structure je faisais mon choix assez facilement. Il faut dire que par
le passé j’avais eu le temps d’étudier la chose et que depuis quelques
temps la solution « portage salarial » faisait son chemin dans les
esprits français.

Je considérais alors qu’il s’agissait là de la meilleure  solution pour moi à ce moment.

Le
portage salarial consiste à proposer des prestations aux entreprises
clientes en passant par une société tierce spécialisée qui facturera
votre client tout en vous salariant le temps de la mission.

Avantages
: vous délester de la partie administrative et comptable, garder un
statut de salarié (assurance chômage, retraite…). L'autre principe est
de vous permettre de vous consacrer et de vous focaliser sur vos
clients et ne pas perdre de temps en « paprasserie ».

A ce jour, je ne regrette pas mon choix. En choisissant Jam Conseil
j’ai opté pour une entreprise leader dans son domaine, proche de moi et
très en avance en terme d’avantages et conventions sur le portage
salarial.

Restait maintenant la partie la plus importante, le
nerf de la guerre : trouver des clients. Même si mes nombreuses années
d’activités précédentes et l’évolution du marché m’avaient convaincu du
besoin pour des organisations, de faire appel à des consultants
indépendants, il fallait désormais tester la véracité de ces constats.

J’ai donc mis en place deux méthodes : le démarchage  commercial dans le « dur » et le réseau.

Le
démarchage commercial dans le « dur » consistant comme vous l’aviez
compris à prendre mon fichier d’entreprises, de qualifier un tant soit
peu celui-ci, et de décrocher mon téléphone pour me présenter à la
bonne personne et essayer d’obtenir un rendez vous afin d’expliquer et
proposer plus avant mes services. Au bout de six mois d’activité, le
bilan de ce genre de démarche est plutôt mitigé. En effet, sur les
dizaines de contacts pris, les dizaines de courriers et dossiers de
présentation envoyés, aucun contrat ne fut signé. A ce jour, j’ai donc
décidé de stopper ce genre de démarche, d’autant plus que ma seconde
méthode se révèle beaucoup plus fructueuse.

Deuxième
axe de travail, le réseau. Travailler son réseau suppose tout d’abords
un travail fait en amont, tout au long de sa carrière professionnelle.
On n’obtiens pas un réseau du jour au lendemain et encore moins en le
décrétant. Pour ma part, je me suis toujours investit dans des
structures et organisations professionnelles et extra professionnelles,
sans chercher à en tirer forcement un intérêt immédiat. Et je dois dire
qu’aujourd’hui, ce « travail » porte ces fruits. En effet, 90% de mes
contacts et contrats ont été signé par le biais de cette démarche.

Des
relations tissées au seins de ces organisations professionnelles et
extra professionnelles, lorsqu’elles ont su que je me mettais à mon
compte, ont spontanément fait appel à moi. D’autre part, ce réseau me
permet aujourd’hui de contacter des personnes susceptibles de faire
appel à mes services, de façon plus spontanée. Et si ces personnes
n’ont pas forcement besoin de moi, elles peuvent en parler autour
d’elles. Le réseau vous permet de vous faire repérer sans que vous le
sachiez forcément. Un de mes derniers clients m’a contacté car il
m’avait connu au Club de la Communication.
Je ne le connaissait pas
moi-même mais il m’avait écouté lors d’une intervention pour un petit
déjeuner de travail. Il m’a alors contacté pour que je lui apporte des
renseignements sur un projet web qu’il était en train de lancer avec un
prestataire. N’y connaissant pas grand-chose, il souhaitait avoir mon
avis. Je lui donnais quelques éléments de réflexions. Quelques semaines
plus tard, celui-ci me re contactait car sa relation avec son
prestataire avait été rompu et il me proposait de travailler pour lui.
Savoir s’investir gracieusement pour se faire connaître et reconnaître…

Il
faut également être « opportuniste » et ne pas se restreindre. Le
premier contrat que j’ai décroché a été initié par un mail à mon
fournisseur de VoIP. Dans ce mail je m’étonnais (sans arrière pensée)
du peu de présence médiatique de mon fournisseur sur un sujet en vogue
: la téléphonie sur IP. Un peu provocateur, je finissait en ironisant
sur le fait que si ils « cherchaient un directeur de communication »
ils pouvaient m’appeler. 48 heures après le directeur commercial et
marketing me téléphonait. Après discussions et échanges de mails sur ma
vision des choses, nous passions un contrat de marketing Internet entre
nos deux parties. Ce contrat a été renouvelé et cours toujours.
Opportunités, il faut les saisir.

D’autres contrats ont été signés par connaissances dues à mes  réseaux.

Et
comme les réseaux s’entretiennent et se tissent au fil du temps, le
réseau de mes clients devient mon réseau. Plusieurs de mes clients,
satisfais de mes services, parlent de moi autour d’eux. De fait, j’ai
aujourd’hui plusieurs contacts avancés grâce à mes clients actuels.
Etre professionnel dans son travail pour aussi faire parler de soi est
important. Souvenez vous : un client insatisfait en parle à 100 autres,
un client satisfait en parle à 10 autres. Mais ces 10 autres seront
peut être vos clients de demain. Alors que les 100 autres ne les seront
jamais.

Travaillez votre réseau, vos
relations, investissez vous. Cela payera un jour ou l’autre. A moyen ou
court terme vous serez gagnant. La force du consultant indépendant est
de savoir investir pour l’avenir.

Une autre voie à explorer : la communication.

Communiquer
est une des clés de la réussite. Bien sur à nos niveaux pas question
d’investir dans des campagnes coûteuses mais plutôt dans des actions
concrètes qui feront parler de vous. Ouvrez un blog et parlez de votre
domaine.

Cette semaine je participais à
une émission de radio sur le thème des blogs. Pas une grande radio,
mais une radio locale très écoutée par les chefs d’entreprises. Un bon
moyen de me faire connaître. Là aussi, mon réseau dans la presse locale
m’a permis d’intervenir sur ce média. Faites parler de vous en parlant
de vous.

Après quelques 6 mois d’activité, je
suis très satisfait. J’ai conservé mon niveau de rémunération
précédent, je suis libre de mon organisation et de mon temps, décideur
de mes actions…Je suis un entrepreneur heureux.

Il
ne faut toutefois pas crier victoire, il s’agit d’un « combat »
quotidien, se battre tous les jours pour pérenniser son activité. Mais
que de bonheur et de richesses dans mes rencontres.

A ceux qui se sont lancés, courage et continuez cela en vaut  la peine.

A ceux qui aimeraient se lancer, allez y, foncez, on ne vit  qu’une fois.

Laissez un avis

Envie d'entreprendre
Logo
Enable registration in settings - general