« Petite chronique boursière  » : Ce qui peut mal tourner

Vincent_colot Par Vincent Colot (chroniqueur exclusif) – Analyste financier

Tout
investisseur garde en tête la grosse déconvenue de l’année boursière 2008 (qui
a en fait duré jusqu’au printemps 2009). La crise financière, trouvant son
origine dans celle des subprimes, laissait alors la Bourse dans un état de mort
clinique après une chute de plusieurs étages. Si Wall Street a retrouvé
aujourd’hui son niveau d’avant la crise, la situation est moins favorable en
Europe, touchée par la détérioration des finances publiques, l’incertitude
autour de l’euro et l’affaiblissement du secteur financier, naguère l’un des
poids lourds boursiers du continent.

Or, mieux
vaut prévenir que guérir. A tout le moins, être totalement surpris par un
événement ne permet guère d’y répondre avec un maximum de clairvoyance.

Dans son
travail de gestion des risques, l’investisseur se doit donc de prêter attention
à l’évolution de la situation de tout dossier sensible où un dérapage peut
provoquer une  nouvelle baisse sensible
(et durable) de la Bourse. Vous le savez : je ne suis pas partisan des
prévisions. Il n’empêche que la Bourse évolue sur la base d’un consensus de ce
que « devrait être » la conjoncture des années suivantes. Quel semble
être ce consensus aujourd’hui ? En Occident, la croissance économique
restera anémique encore plusieurs trimestres avant le retour progressif à un
dynamisme plus marqué. Les pays émergents, la Chine en tête, bien que moins
fringants qu’il y a peu, devraient rester un des moteurs de l’économie
mondiale. Quant aux entreprises, elles resteront encore prudentes pour un temps,
soignant leur rentabilité avant de hausser le rythme des investissements. Or,
personne ne sait avec certitude ce que sera l’avenir : le consensus
attendu pourrait ne pas correspondre à la réalité. Raison de plus pour
surveiller tous les signaux avant-coureurs susceptibles de laisser craindre une
détérioration radicale, à même de déclencher une nouvelle baisse boursière sans
grand espoir de rebond à court/moyen terme. Un investisseur averti en vaut (au
moins) deux : conscient du risque et de sa tolérance relative à son égard,
il peut ajuster son portefeuille en conséquence.

Quelles
sont donc ces zones d’instabilité ?

1.
L’Occident

Sans même évoquer
une disparition de l’euro aux conséquences nébuleuses, rien ne dit que la
sortie du tunnel soit pour demain, ni même pour après-demain. Tant aux
Etats-Unis qu’en Europe, le chômage est à des niveaux historiquement élevés
(autour de 10%). Les mesures d’assouplissement monétaire pour tenter de faire
repartir le moteur économique semblent être la seule solution réaliste même si
elles perdront sans doute en efficacité, alors même que les marges budgétaires
sont plus que limitées, pour ne pas dire inexistantes. Dès lors, même si elle
n’est pas encore à l’ordre du jour, l’inflation guette, y compris en
concomitance avec la stagnation (la fameuse « stagflation »). Le
secteur financier reste fragilisé après avoir frôlé la rupture d’anévrisme il y
a 4 ans. L’innovation technologique qui pourrait soutenir un nouveau cycle de
regain de productivité est absente des radars. Tous ces éléments ne sont guère
réjouissants et pourraient repousser aux calendes grecques (au-delà d’une
décennie) toute reprise durable de l’économie occidentale. Or, soyons clairs,
le niveau boursier actuel n’anticipe pas un tel scénario négatif.

2. La Chine

Après deux
décennies de forte croissance, on croyait l’Empire du Milieu, nouveau moteur de
l’économie mondiale, insubmersible. Ce ne sont certes pas les actuelles
tensions avec son voisin japonais à propos de la propriété de quelques îles qui
inquiètent le plus. Ce n’est pas non plus la toute prochaine transition
politique à la tête du pays, même si la récente affaire Bo Xilai a surpris même
les plus fins analystes politiques de ce pays. Non, le problème de la Chine,
c’est celui de la transition, à peine engagée, d’une économie basée sur l’exportation
à une économie basée sur la consommation intérieure. Une tâche colossale alors
que le système bancaire est là aussi fragilisé (notamment en raison de prêts
immobiliers douteux) et que la corruption est endémique, sur fond d’emprise
excessive du secteur étatique. Si l’économie mondiale devait se passer
durablement des 7 ou 8% de croissance annuelle chinoise, cela ne pourrait
qu’impacter sensiblement le niveau de toutes les Bourses mondiales.

3. Le
pétrole

Certes, les
économies modernes ne sont plus aussi dépendantes du pétrole qu’elles l’étaient
dans les années 1970. Mais ne sous-estimons pas les dommages que pourrait
infliger à des économies déjà malades un nouveau choc pétrolier de grande
ampleur. Or, les tensions au Proche et Moyen Orient sont particulièrement
vives. Le printemps arabe de 2011 n’a pas encore dévoilé tous ses résultats,
notamment en Egypte où la situation reste instable. La Syrie est une véritable
poudrière : la guerre civile actuelle, à connotation partiellement
religieuse, peut faire tache d’huile ailleurs dans la région. Et, last but not
least, l’Iran est plus que jamais imprévisible, notamment dans ses rapports
très tendus avec Israël. Si la région s’embrase, le baril de pétrole
exploserait à la hausse, faisant craindre une récession mondiale aux contours
et à la durée incertains. Nul besoin de préciser que, sur ce point aussi, la
valorisation actuelle des Bourses ne prend pas en compte un tel scénario.

Entendons-nous
bien. D’une part, l’imprévisible fait aussi partie de la vie : un danger
encore aujourd’hui totalement inconnu peut survenir inopinément (une pandémie
virale foudroyante, une collision d’un astéroïde géant, que sais-je). D’autre
part, rien n’est gravé dans le marbre. L’Occident n’est pas condamné sur longue
période à la régression et au déclassement. L’économie chinoise ne va pas
nécessairement s’écrouler du jour au lendemain. Et des prix pétroliers qui
flambent à des niveaux nettement supérieurs à ceux d’aujourd’hui ne sont pas
une fatalité. Sans doute, la crise financière des dernières années était, elle,
absolument inévitable étant donné la bulle dont ce secteur s’était rendu
coupable les années précédentes. (Ce qui ne veut pas dire qu’elle était facile
à prévoir, surtout en terme de timing !). Mais les trois scénarii noirs
évoqués ci-dessus restent, à l’heure actuelle, encore évitables. Pour autant, prendre
conscience de ces risques, évaluer et réévaluer régulièrement leur impact
possible sur les cours boursiers, voilà qui fait partie du travail de tout
investisseur responsable.              

Laissez un avis

Envie d'entreprendre
Logo
Enable registration in settings - general