Pop-Corn et Entrepreneuriat : Hunger Games

Jean-Noël Chaintreuil Par Jean-Noël Chaintreuil (chroniqueur exclusif) – Entrepreneur – Directeur de Collection

Le cinéma, c'est l'écriture moderne dont l'encre est la lumière. [Jean Cocteau]

Que l’on soit entrepreneur, intrapreneur, wantrepreneur, recruteur, stratège, cuisinier, artiste ou simplement bricoleur du dimanche, il est important de savoir générer des idées innovantes, comme nous avons pu le voir dans la précédente série, autour de la créativité. Pour alimenter cette dernière, tirons bénéfice des enseignements – parfois décalés – d’une source quasi-infinie : le cinéma.

Continuons donc les parallèles cinématographiques – débutés dans avec Apollo 13 , suivi de Carnets de Voyages, In the Air, Karaté Kid, Le Cercle des Poètes Disparus, Flashdance, Elisabethtown – par un film très actuel et surprenant au premier abord : Hunger Games.
Quelques mots sur le film : "Chaque année, dans les ruines de ce qui était autrefois l'Amérique du Nord, le Capitole, l'impitoyable capitale de la nation de Panem, oblige chacun de ses douze districts à envoyer un garçon et une fille – les "Tributs" – concourir aux Hunger Games. A la fois sanction contre la population pour s'être rebellée et stratégie d'intimidation de la part du gouvernement, les Hunger Games sont un événement télévisé national au cours duquel les tributs doivent s'affronter jusqu'à la mort. L'unique survivant est déclaré vainqueur. La jeune Katniss, 16 ans, se porte volontaire pour prendre la place de sa jeune sœur dans la compétition. Elle se retrouve face à des adversaires surentraînés qui se sont préparés toute leur vie. Elle a pour seuls atouts son instinct et un mentor, Haymitch Abernathy, qui gagna les Hunger Games il y a des années mais n'est plus désormais qu'une épave alcoolique. Pour espérer pouvoir revenir un jour chez elle, Katniss va devoir, une fois dans l'arène, faire des choix impossibles entre la survie et son humanité, entre la vie et l'amour…" (Source Allociné)
 

Et si une fable pour adolescents, d'inspiration antique, permettait aux entrepreneurs à survivre?

Nouvel opus du roman adolescent – une légère filiation implicite à Twilight – Hunger Games tire ses sources (et sa structure) dans la littérature de la Rome antique.
En quoi ce roman, dont le scénario minimaliste pourrait être une ode à la gloire de Darwin, peut aider chacun d'entre nous à améliorer son quotidien, me demanderiez-vous? A rien… Et bien détrompez-vous, ce film (ou le livre, au choix) est une mine d'or de conseils à appliquer pour les entrepreneurs en herbe ou confirmés. Focalisons-nous sur deux des messages principaux.

Point #1 : Pour survivre, vous devez être agile.

De manière évidente – merci Darwin, encore – pour survivre, vous devez vous adapter. Or, pour vous adapter, vous devez être agile. Dans le film, l'agilité est prise au premier degré i.e. la faculté de se déplacer dans les arbres, d'éviter les coups… Mais le parallèle est plus qu'évident avec le monde de l'entreprise où l'agilité est l'une des qualités indispensables. Prenons Wikio, qui a débuté en tant que portail d'informations, pour aujourd'hui – après le rachat d'Overblog – se consacrer à être une agence digitale (plateforme de blogging, relations blogueurs, e-réputation…) Sans prendre d'autres exemples que l'on peut facilement trouver et au moment où vous lisez ces lignes, arrêtez-vous et demandez-vous si réellement vous êtes adaptables. – Avez-vous un portefeuille de client suffisant pour absorber l'arrêt du plus gros ? – Avez-vous des projets différenciants et innovants, pouvant être sortis rapidement, si, par hasard, un nouveau concurrent arrivait sur le marché? – Quel est le délai moyen entre vos prises de décisions et leurs exécutions ? – Avez-vous la capacité à réunir rapidement toute votre équipe, pour pivoter de business-model ? Et pour surfer sur l'actualité, demandons-nous si Petrossian – la fameuse marque de caviar – sera assez agile pour s'adapter afin de survivre !

Point #2 : Pour survivre, vous devez avoir faim.

"Panem e Circenses" : du pain et des jeux, voilà ce que demandait le peuple romain, en échange de leur droit de vote. Nous pourrions nous focaliser sur l'importance de donner à vos clients ce qu'ils souhaitent mais là, n'est pas le sujet. Ici, ce qui compte, c'est cette envie de réussir – tout comme cette envie d'entreprendre ! Un proverbe chinois dit qu'il est plus difficile de repartir marcher dans le froid, après une pause près d'un bon feu de cheminée. Et je suis certain que vous comprenez cette image ! Il n'est jamais facile de devoir passer une partie de son temps en prospection téléphonique et de subir une avalanche de non. Or sans faillir, en restant persévérant, vous devez continuer. Seuls ceux qui ont faim, s'accrochent ! Les autres, au ventre plein ou aux poches pleines, décrocheront. Dans la plupart des startups que j'accompagne, je pousse cette notion de "bootstrapping" – i.e. de démarrage avec le minium d'argent. Et je reste intimement persuadé que le manque d'argent pousse à la créativité, à la débrouillardise et au troc.

Plus vous avez initialement à votre disposition de capitaux, moins vous êtes intrinsèquement poussé à d’abord bétonner à fond votre modèle. [ Michel de Guilhermier]

Et vous, à quel point avez-vous faim?

Laissez un avis

Envie d'entreprendre
Logo
Enable registration in settings - general