Petite chronique boursière : « Quiz 2017 »

Vincent_colotPar Vincent Colot (chroniqueur exclusif) – Analyste financier

Inutile de le nier. Vous l’attendiez avec une impatience qu’il vous était difficile de dissimuler. Voici donc le désormais traditionnel quiz de 15 questions basé sur mes chroniques de l’année 2017. A vos crayons !

 

  1. Ma recommandation en début d’année de ne pas laisser trop de cash sur vos comptes s’est finalement révélée …

a. Bonne, compte tenu de l’évolution des Bourses mondiales.

b. Désastreuse : la majorité des investissements boursiers fut déficitaire. A

l’avenir, je garderai mes conseils pour moi !

c. Somme toute assez neutre : les Bourses n’ont ni grimpé ni baissé en 2017.

  1. Pour un investisseur adepte du « stock picking » (choix d’actions individuelles), battre la Bourse est difficile parce que …

a. Les frais de transaction, malgré l’informatisation, demeurent bien trop élevés pour ce genre d’opérations.

b. Seule une minorité de grandes actions sont, en général, à l’origine de l’évolution des Bourses.

c. La volatilité des cours est, elle-même, très volatile, ce qui rend les calculs de performance bien trop complexes pour le commun des mortels.

  1. Pour les « hedge funds », ces fonds de gestion active présentés comme « spéculatifs », l’avenir passera (OK, selon moi) par …

a. La redécouverte des principes fondamentaux de l’investissement, tels ceux de Benjamin Graham, négligés depuis trop longtemps.

b. Un recours systématique et exclusif à l’intelligence artificielle.

c. Un mélange équilibré de la puissance de calcul des machines et de l’expérience humaine.

  1. Les « conference calls », ces réunions tenues par les équipes dirigeantes des entreprises avec les analystes financiers, à l’occasion de la publication des résultats sont …

a. Une bonne source d’informations pour les petits investisseurs, friands de commentaires des professionnels de la finance.

b. Un bel exemple de la tonalité souvent trop positive/optimiste des analystes financiers, désireux de plaire aux dirigeants des entreprises. A considérer donc avec prudence !

c. Un exercice au mieux distrayant, les analystes se plaisant à critiquer la qualité des résultats de la façon la plus caricaturale qui soit.

  1. A Wall Street, …

a. Il y a de plus en plus d’actions cotées, grâce au retour de la croissance économique post-crise financière, ce qui explique la prolifération des fonds indicés.

b. Les actions de la « vieille économie » ont repris de la vigueur depuis quelques années, au détriment des valeurs technologiques, telles les Amazon ou Apple.

c. Il y a de moins en moins d’actions cotées, ce qui résulte de l’importance des frais et obligations de toutes sortes liés à la cotation et de la multiplication des opérations de fusion et acquisition.

  1. Les taux d’intérêt demeurent à des niveaux historiquement faibles.

a. Il y a, dans ce genre de moment, souvent de très bonnes affaires à réaliser en Bourse car les investisseurs se montrent alors trop méfiants.

b. Les cours des actions se situent généralement alors à des niveaux assez élevés, les investisseurs se laissant souvent aveugler par des considérations secondaires (par exemple, le rendement du dividende en comparaison du taux sans risque).

c. Plusieurs études académiques récentes ont conclu que ni le niveau ni l’évolution des taux d’intérêt n’ont de réelle influence sur les rendements attendus des actions.

  1. La révolution des « fintechs » est en marche. Grâce aux algorithmes, …

a. L’individu gagnera en liberté car la technologie rendra plus claires les options financières qui se présentent à lui, ainsi que leurs conséquences probables à moyen et long terme.

b. Il sera bientôt possible d’obtenir un rendement financier faible mais garanti à vie sans prise de risque excessive.

c. Tout argent perdu en Bourse pourra être récupéré via le recours à des produits dérivés complexes enfin disponibles au plus grand nombre.

  1. L’investisseur doit composer avec plusieurs biais psychologiques qu’il a tout intérêt à désamorcer s’il veut briller en Bourse. Quel est le pire ?

a. L’auto-complaisance, s’accompagnant d’un déni de la réalité.

b. Une lucidité excessive, l’amenant à avoir systématiquement raison trop tôt.

c. L’obsession du long terme alors que la performance résulte d’une succession de décisions de court terme.

  1. Laquelle de ces 3 actions a le plus de chance de fournir le meilleur rendement ?

a. Une action « bon marché », à savoir une action dont la valeur, basée sur des prévisions raisonnables, est plus élevée que son prix actuel.

b. Une action d’une entreprise où des investisseurs institutionnels activistes sont à la manœuvre pour corriger ce qui doit l’être dans la gestion de cette entreprise.

c. Une action d’une entreprise appartenant à un secteur d’activité dont on attend une forte croissance dans les années à venir.

  1. Qui est le plus susceptible de profiter d’un SPAC (Special Purpose Acquisition Company) ?

a. Les petits actionnaires, bénéficiant de rendements identiques à ceux du « private equity ».

b. Les managers du SPAC qui ont « betonné » à leur profit des conditions financières favorables.

c. L’Etat qui récupère la majorité des gains du SPAC lorsque celui-ci est jugé illégal.

  1. Bien gérer ses finances personnelles, cela passe d’abord et avant tout …

a. Par la définition de ses objectifs de vie, de façon à les faire coïncider au mieux avec ses ressources financières telles qu’elles peuvent se planifier dans les grandes lignes.

b. Par la maîtrise la plus complète possible de la science financière, telle qu’elle est enseignée dans les universités et les grandes écoles, soit par l’investisseur, soit par son conseiller.

c. Par le suivi régulier, si possible quotidien, des marchés financiers de façon à anticiper au mieux leur évolution, tout en étant conscient du temps nécessaire à cette activité hautement lucrative.

  1. Depuis une dizaine d’années, un des fleurons traditionnels de la cote à Wall Street, déçoit régulièrement ses actionnaires. Un nouveau directeur général a pris ses fonctions cet été et a présenté une stratégie plus prudente financièrement que par le passé. De quelle entreprise s’agit-il ?

a. Microsoft (sous pression de Google et Apple).

b. Nike (qui perd des parts de marché au profit d’Adidas).

c. General Electric (qui a multiplié les mauvais investissements).

  1. Pour composer au mieux un portefeuilles de fonds de placement, il vaut mieux …

a. Opter pour une sélection de fonds parmi les mieux notés par la presse spécialisée.

b. Se concentrer sur les classes d’actifs de façon à assurer la meilleure diversification possible.

c. Respecter constamment la même proportion d’actions et d’obligations au sein du portefeuille.

  1. En matière de gouvernance d’entreprise, Amazon, à l’inverse de Facebook, …

a. Respecte le principe de démocratie actionnariale « une action = un vote ».

b. Se caractérise par de multiples catégories d’actions accordant des droits de vote différents.

c. Fournit des informations financières privilégiées à ses actionnaires dont les actions n’ont pas de droit de vote.

  1. Souvent, les actions jugées de « qualité » bénéficient d’une prime de valorisation en Bourse.

a. Cette prime est totalement illégitime : c’est une invention des analystes qui refusent de considérer que ces actions sont trop chères.

b. En partie subjective, cette prime de qualité doit être considérée avec prudence, notamment lorsque les marchés sont eux-mêmes déjà bien valorisés.

c. En moyenne, sur une période de 5 à 10 ans, cette prime, objectivée par des rations de rentabilité, est une garantie d’obtenir un rendement légèrement supérieur à celui de la Bourse.

 

Fini ?

Bel effort, bravo … Voici les réponses : 1.a-2.b-3.c-4.b.-5.c-6.b-7.a-8.a-9.a-10.b-11.a-12.c-13.b-14.a-15.b

Moins de 5 bonnes réponses ? Je vous engage instamment à relire attentivement l’ensemble de mes chroniques de 2017 et pourquoi pas, également, celles des années précédentes !

Aux alentours de 10 bonnes réponses ? Vous êtes définitivement un(e) honnête homme (femme) en matière financière.

Tout près des 15 bonnes réponses ? Si vous avez quelques disponibilités, co-signons les petites chroniques boursières sur Envie d’Entreprendre !

Quel que soit votre score, à vous qui avez la gentillesse de me lire jusqu’à ces dernières lignes, je présente mes meilleurs vœux de bonnes fêtes de fin d’année et déjà d’une pétillante année 2018 !

Laissez un avis

Envie d'entreprendre
Logo
Enable registration in settings - general