Récit vie de l’entreprise – la boutique Webow : Un mois de décembre attendu

Maxime Weber Par Maxime Weber (chroniqueur exclusif)Génération Autoentrepreneur

Le mois de novembre a été riche en enseignement. Pas vraiment parce que j’ai enregistré des centaines de commandes, mais plutôt parce que j’ai du attendre sagement mes derniers produits pour enfin pouvoir lancer Webow.

Heureusement que mon agent d’import/export chinois a assuré et à l’heure où j’écris ces lignes, la marchandise doit voler dans un avion orange « télévision numérique terrestre » en direction de l’Europe.  

Je vais donc pouvoir faire les dernières photos, compléter les fiches produits et activer mon réseau de « Recruteurs Webow ». En plus de la boutique webowshop.fr, j’ai donc mis en place un programme de vendeurs indépendants unique dans le milieu du sport (c’est plutôt les bijoux et boites en plastiques qui ont la côte). Le management à distance va prendre une nouvelle dimension. Même si je commence ce mode de ventes avec des personnes de confiance, je vais rapidement devoir manager des vendeurs que je n’aurai parfois jamais rencontrés et qui auront entre leurs mains une partie du succès de mon entreprise.

La vente en ligne est un canal de distribution où il est encore envisageable de se faire une place sans être une multinationale reconnue et avoir un crédit ouvert chez Publicis. Mais utiliser plusieurs canaux de distribution est surement une bonne solution pour optimiser ses chances de lancement et de succès. Un voisin du Cabinet de massages à Nancy de ma moitié a démarré une activité en offrant la possibilité d’acheter dans leur boutique, leur e-boutique et lors de réunions animés par des VDI. J’ai trouvé ce déploiement de force de vente intéressant surtout qu’ils sont sur un secteur très concurrentiel.

Puisque j’avais du temps à tuer, j’en ai profité pour explorer les blogs et autres sources intarissables d’infos qui se trouvent sur le net. Voici l' article qui devrait être fourni avec le kit de l’autoentrepreneur pour éviter d’avoir des nouveaux indépendants « tout fous » qui offrent leurs services au SMIC/heure et au final mettent la clé sous la porte parce que le salaire mensuel généré est équivalent  à celui de nos ancêtres du 17e siècle. J’ai adoré rattraper mon retard sur le nouveau blog de Patrice Cassard et les livres en cours sont terminés et ranger dans la bibliothèque (si vous avez des suggestions pour les futurs…).

Laissez un avis

Envie d'entreprendre
Logo
Enable registration in settings - general