Seul au monde pour donner naissance à son projet

Seul au monde pour donner naissance à son projet

Gallico_gilles Par Gilles Gallico (contributeur exclusif) – Entrepreneur – Trouvea

Pas toujours très simple de gérer la mise en œuvre opérationnelle d’une idée lorsque l’on est seul à bord.

Gommer ses habitudes et se faire violence pour apprendre à travailler autrement

Mon parcours professionnel m’avait amené à travailler 5 ans dans une SSII de 1000 pers. où j’étais responsable d’une business unit de 20 pers. J’y avais appris et pris l’habitude de déléguer. Seulement voilà, il très facile de déléguer, mais encore faut il avoir une personne à qui déléguer !

Lorsque l’on crée sa société, l’idéal est clairement de trouver un associé, une personne de confiance (j’entends par-là, une personne à qui nous sommes prêts à faire confiance), ayant des compétences complémentaires et ayant à l’instant où l’on est près à franchir le pas la même envie, au même moment. Ce n’est pas chose aisée.

Fin 2005, lorsque j’ai pris la décision de lancer www.trouvea.fr alors même que je ne connaissais pas le secteur des services à domicile, je me suis dit, faut d’associés, qu’il ne me restait plus qu’à compenser autrement.

Des qualités essentielles de l’entrepreneur indépendant

Je pense que le 1er moteur du créateur est l’envie. Envie de quoi ? Libre à chacun de compléter la suite et de donner libre cours à ses idées. Pour ma part, j’avais envie de me lancer dans une aventure à la fois passionnante et enrichissante et d’être responsable de chacun de mes pas, quitte par moments à en faire des mauvais.

Ensuite, il nous faut déborder d’énergie, celle-là si indispensable pour faire avancer notre projet. Ayant un sens réel de l’engagement et une implication quasi-infaillible, j’ai vraiment réaliser ce que cela impliquait à la création de ma société. Cela m’a permis de compenser mon statut solitaire et m’a préservé d’un naufrage assuré. J’ai pu mener de front l’appropriation du métier (les services à domicile dans mon cas), le développement de l’outil de production (un site internet), la commercialisation, la communication, l’administratif… Même si cela m’a pris plus de temps qu’une équipe réunie, j’ai su avancer.

Néanmoins, ne croire qu’en ses capacités et en sa bonne étoile ne permet pas de durer éternellement : il est opportun de savoir s’entourer.

Savoir s’entourer n’impose pas forcément le recrutement de salariés, même si c’est l’idéal. Faute de moyens nécessaires à l’embauche d’un salarié, il devient alors indispensable de trouver d’autres solutions. Faire appel à des stagiaires peut en être une. Se constituer un cercle de connaissances en s’impliquant dans toutes sortes de réseaux, qu’ils soient professionnels ou personnels, puis oser solliciter les membres de son réseau en est une 2ème. Cette dernière a au moins le mérite de nous apporter ponctuellement une expertise qu’on ne possède pas. Savoir solliciter nos contacts, c’est également apprendre à transmettre cette énergie qui nous anime en composant avec les priorités des autres qui ne sont pas forcément les nôtres !

Avoir envie, avoir une sacrée dose d’énergie à revendre, une appétence certaine à s’ouvrir aux autres, des facilités pour solliciter / motiver son cercle de connaissances me semblent être les 1ères pierres fondatrices d’une belle histoire qui commence seul.

En ce qui me concerne, j’ai ainsi eu la joie récemment de donner naissance à Trouvea.fr, 1er comparateur de prix dans les services à domicile, et de voir que ce lancement a commencé à se faire écho auprès des médias.

Laissez un avis

1 commentaire
  1. Merci pour cet article.

Laisser un commentaire

Envie d'entreprendre
Logo
Enable registration in settings - general