Short stories : l’entrepreneuriat au féminin à deux vitesses

Miss andree fraiderik-vertinoPar Andree Fraiderik-Vertino (chroniqueur exclusif) -Business Madame

C'est
mon dernier sujet publié sur mon site businessmadame.com qui inspire ce billet.
J'ai eu l'occasion de rencontrer Maud Fontenoy lors de sa 'tournée' de
promotion pour la campagne de l'opération 'doudou marin'. Via sa fondation, la
navigatrice souhaite agir pour la protection de l'environnement (c'est en fait
plus précis et pointu que ce terme générique très green washing mais ce n'est
pas le sujet ici).

En
mettant en page mon éditorial j'ai été gênée de ne pas mettre en avant les
femmes sans qui ce projet n'aurait pas vu le jour. En effet bien que tant les
dirigeants de Weleda (partenaire) et la Maud Fontenoy Fondation aient été à
l'origine du concept, des femmes issues de milieux sociaux moins favorisés ont
travaillé sur le projet. Pour autant vous me direz que lorsque Marc Jacobs fait
défiler ses derniers modèles sur les podiums l'ont ne nous montre pas les
petites mains qui ont travaillé dessus. Et il y a également peu de chances que
l'on voit les ouvriers chargés d'assembler l'Ipad … Vrai pour l'Ipad, archi
faux pour le domaine du luxe et de la mode (haute couture), pour laquelle l'on
montre de plus en plus l'intervention des artisans et personnels qualifiés, à
qui reviennent les taches les plus ingrates. Si le sujet vous intéresse d'un
point de vue people, business ou artistiqe alors visionnez The Day Before de
Loic Prigent (chez Arte Video). Si l'on revient, à l'opération de Maud
Fontenoy, les personnes impliquées dans la réussite du projet se situent en
Egypte, mais aussi en Alsace. Les premières travaillent au sein d'une
coopérative de femmes et les secondes dans un ateliers de travail pour
personnes handicapées ou en réinsertion professionnelles.

Certains
prendront ces deux éléments comme des caractéristiques types de
l'entrepreneuriat féminin : responsable, engagé, juste …

Bref,
dans tout les cas il me semble qu'il nous faudrait mettre plus en avant ses
intervenants essentiels que sont les femmes (ou hommes) impliqués dans le
processus de production et ce malgré leur éloignement physique du lieu de
déploiement ou distribution du produit final.

J'ai
donc tranché et placée, à dessein, l'image des femmes travaillant à la récolte
du cotton dans les champs, au dessus de la photo de Maud Fontenoy et Olaf
Maurice.

Consensus
mou motivé par des paramètres commerciaux diront ici les sceptiques. L'idée
sous tendue est aussi qu'en terme de stratégie marketing il ne faut pas traiter
le sujet de CSR, de responsabilité de l'entreprise avec mépris en adressant aux
médias des visuels qui tant ils sont de mauvaise qualité, ne seront jamais
traités avec l'intérêt qu'ils méritent. Et n'atteindrons donc pas leur cible
freinant le développement du projet global (la récolte de fonds pour une action
d'éducation dans le cas de la Maud Fontenoy Fondation). Nous évoluons dans une
société de l'image et aussi sincères et engagés que soient les entreprises en
2010, leurs actions de DD doivent également s'inscrire dans une logique de
marketing et communication cohérente et sexy.

Laissez un avis

Envie d'entreprendre
Logo
Enable registration in settings - general