Vive les mompreneurs clowns !

Weill_valrie
Par Valérie Weill (chroniqueur exclusif)– Consultante et accompagnatrice en création/développement d’entreprise

Combien de mamans entrepreneures – appelons-les « mompreneurs » – travaillent à la maison, parfois 15 heures par jour (hors deuxième journée de travail avec les enfants, voire les bébés, mais aussi les courses, les repas, le ménage et autres joyeusetés domestiques,…) et s’entendent dire par certains de leurs proches : « mais tu ne travailles pas, tu t’amuses sur le net toute la journée et en plus tu es à la maison ! Quand est-ce que tu reprends un vrai travail ? » Grrrrrrr, les personnes qui se permettent ce genre de commentaires n’ont décidément rien compris ! Ou alors, en France, le snobisme entrepreneurial consisterait à dire et penser qu’on ne peut concilier maternité et création d’entreprise, qu’on est un vrai chef d’entreprise que lorsque l’on a ses propres bureaux et donc qu’on ne travaille pas à domicile. Un autre snobisme consisterait aussi à dire que faire tourner une entreprise d’e-commerce se fait les doigts dans le nez, heu pardon, plutôt les ongles dans la manucure, entre deux épisodes de Desesperate Housewives, … Bah voyons ! Pourquoi quand on est une femme, faut-il toujours prouver, prouver aux autres que oui çà va marcher, que non on ne glandouille pas toute la sainte journée à faire mumuse sur internet, mais que l’on gère bien une boutique en ligne très sérieusement, que oui on sait s’organiser et gérer correctement la sphère familiale et professionnelle et enfin que oui on a les mêmes responsabilités et soucis que n’importe quel chef d’entreprise ! Pourquoi aussi faudrait-il se taper les transports en commun, les microbes qui vont avec, la tête de 10 pieds de long des gens dans le métro, le coût d’un loyer professionnel exorbitant en région parisienne, et faire semblant de continuer à rester dans le rituel je me lève-je me prépare-je pars au travail-je fais ma journée-je rentre du travail à la maison, alors que l’on peut :

– éviter de perdre plein de temps dans les déplacements,

– être moins stressée,

– beaucoup mieux organiser ses journées de travail ET l’organisation familiale en même temps,

– être tout aussi efficace, voire même plus car plus concentrée (pas de réunions inutiles),

– économiser en charges fixes,

– gérer plus facilement ses dossiers et priorités, mais surtout la gastro du petit dernier…

Le problème est où réellement ? Le problème est semble t-il lié à la crédibilité des Mompreneurs. Une maman qui entreprend, çà fait pas sérieux pour certain(e)s. Voire, la Mompreneur passe pour un clown. Trouvez-vous normal qu’en France, l’agence June 21 en soit justement à réaliser une (excellente) campagne dénommée « je suis un clown » ? Pour en savoir plus sur cette campagne d’affichage et son buzz sur le web, rendez-vous sur www.jesuisunclown.com, où vous découvrirez des portraits d’hommes et de femmes que l’on a pris pour des « clowns » parce qu’ils ont un jour décidé de créer leur entreprise et plus particulièrement en misant sur le net. Dernièrement, j’ai encore accompagné une future Mompreneur qui essuie ce genre de remarques déstabilisantes et qui passe aux yeux de ses proches pour une foldingue de vouloir suivre son projet et son envie d’entreprendre. Pour lui remonter le moral, je lui ai montré ses témoignages de « clowns ». Elle a repris confiance en elle et a arrêté de dévaloriser son projet. Un peu plus de reconnaissance et un peu plus de soutien, voilà ce dont beaucoup de femmes créatrices d’entreprise manquent, alors qu’elles se décarcassent au quotidien pour mener de front – comme les autres – vie professionnelle et vie familiale. Heureusement, elles sont solidaires entre elles…

Laissez un avis

Envie d'entreprendre
Logo
Enable registration in settings - general