Allemand 1re langue !

Michaeldamiati Par Michael Damiati (chroniqueur exclusif)Econobizz

Guten Tag

Et oui aujourd’hui l’allemand est devenu notre référence, nous avons pu le constater lors de l’intervention de notre président la semaine dernière ou il a  mis en avant le model allemand avec de nombreuses comparaisons, mais pas que…

En effet, j’imagine que vous êtes déjà tous tombés sur cette pub Opel où un allemand nous vante les qualités du Meriva.

Sur fond de « qualité allemande » (Deutsche Qualität), elle interpelle en utilisant la langue de Goethe (assez inhabituelle sur nos chaines)

En réponse, le géant français Renault monte au front avec humour, pour sa Mégane. Notre compatriote qui parle en frallemand et qui conclut son discours en parlant lui de « Qualité Française ». Spéciale mention pour le « Ich bin Mélomane » pour Zouk Machine !

Néanmoins, force de constater que leur économie fonctionne il est vrai mieux que la nôtre, et qu’en face de nos déficits, ils affichent fièrement une balance commerciale excédentaire.

Nos politiques, mettent souvent l’accent (de façon moins drôle que les publicitaires)  sur notre déficit d’exportation, avec en face des mesures incitatives pour y pallier (VIE, UBIFRANCE, COFACE).

Je trouver que ces mesures sont très intéressantes et plutôt productives, mais notre problème n’est il pas un manque d’offre ?

C'est-à-dire en dehors de nos fleurons champions de l’export (Luxe, mode, aéronautique) ne nous manquent-ils pas à l’instar de nos amis allemands ce que l’on nomme des ETI ?

Il y a 30 ans ETI était un gentil petit monstre qui nous a fait pleurer, mais aujourd’hui lorsque l’on évoque les ETI, ce sont les Entreprises de Taille Intermédiaire, c'est-à-dire le rêve de chaque entrepreneur, transformer sa boite en belle PME.

Souvent familiales, ce sont ces pépites discrètes, qui créent de l’emploi et de la richesse.

Néanmoins, ces ETI ont aussi besoin d’être aidé, car comme les classes moyennes dans la société civile, ce sont souvent elles qui portent la plus grande partie des prélèvements et les rendent fragiles par des temps chahutés.

Alors que plus que jamais, les PME sont le moteur de la croissance économique et de l'emploi en France.

Il faut aider ces  « Petites et Moyennes Entreprises françaises » et à faire émerger des entreprises de taille intermédiaire (ETI) et concurrencer nos voisins Allemands, mais aussi Italiens par exemple.

Il existe un partenaire de long terme des entrepreneurs,  c’est Avenir Entreprises. Grâce à un soutien par des investissements en fonds propres, il est devenu, au fil des ans, l'interlocuteur de proximité majeur auprès des PME et ETI menant, une action de terrain en régions sur l'ensemble du territoire français.

Aujourd'hui, pour amplifier son action de proximité en direction des PME, Avenir Entreprises devient FSI Régions et bénéficie d'une capacité d'investissement élargie et diversifiée.  Doté de 350 M€ supplémentaires apportés par le Fonds stratégique d'investissement (FSI), portant le total de ses moyens financiers à 800 M€, FSI Régions est un fonds public au service du développement économique français.

Sa mission est double :

  • investir au capital de PME dynamiques et les aider à financer une croissance durable, garante de la pérennité et du dynamisme économique des territoires,
  • plus largement, accompagner et orienter les chefs d'entreprises dans leur recherche de solutions de financement

Avec cinq nouvelles implantations régionales, qui s'ajoutent aux huit existantes, FSI Régions déploiera désormais son réseau sur une plus grande partie du territoire, pour être toujours au plus près des entrepreneurs et les soutenir quelle que soit leur implantation géographique.

Ses objectifs sont clairs : être encore plus à l'écoute des entrepreneurs ; soutenir  l'innovation et la croissance des entreprises sur le long terme et faire gagner ceux qui font gagner l'économie et l'emploi dans notre pays.

On dirait presque un discourt politique, et pourtant tout est vraie !

Il existe 4 fonds avec chacun des objectifs précis.

Celui qui serait en mesure d’intéresser nos lecteurs est le « fond Avenir Entreprise Mezzanine » conçue spécifiquement pour les entreprises de petite taille qui réalisent au moins 2 millions d'euros de chiffre d'affaires (c’est déjà pas mal !)  Et qui souhaitent soutenir leur développement ou réorganiser leur capital.

Le montant moyen des investissements est 400 K€, montant qui reste raisonnable.

Bientôt nous aussi Français nous « re »partiront à la conquête des marchés avec nos belles PME, enfin ETI,  heu bref peu importe surtout du TAFF pour le plus grand nombre !!!

Bis bald!* 

* A bientôt

Laissez un avis

Envie d'entreprendre
Logo
Enable registration in settings - general