Les TPE-PME ont la tête dans les nuages !

Didier Delmer Par Didier Delmer (chroniqueur exclusif)Business Booster  

Le Cloud Computing, c’est nouveau ?

Historiquement parlant, le Cloud Computing daterait de 2002, lorsqu’Amazon, le géant du commerce en ligne, décide de loué ses serveurs en dehors des périodes de grosses affluences. C’est probablement à partir de là que l’on a mis un nom sur un concept qui allait révolutionner les pratiques en entreprise et permettre de faire des économies en limitant les ressources matérielles.

Le modèle séduit les TPE-PME

Selon une étude récente du cabinet Britannique Dynamic Markets, 3 PME sur 5 auraient déjà migré une partie de leurs infrastructures informatiques dans le Cloud (2/3 des PME françaises). Si le modèle du Cloud attire autant c’est qu’il permet une réduction des coûts de matériel et de maintenance. EXIT les machines et les licences de logiciels coûteuses, le regroupement des ressources informatiques sur des serveurs distants permet de payer le fournisseur selon l’utilisation réelle.

Privé, public ou hybride, quel Cloud pour vous ?

Marc Carell, associé d’Accenture, détaille les 5 caractéristiques principales du Cloud, à savoir, « la mise en commun des ressources (mémoire, espace disque, puissance), l’accès aux données via internet, l’élasticité (possibilité d’ajouter ou de retrancher des serveurs selon l’activité), la mesurabilité (facture à l’usage) et le self-service (pas besoin de passer par la DSI).

Le type de Cloud a utilisé dépend de vos objectifs et de vos besoins :

Le modèle privé est présent dans les grands groupes : l’entreprise possède ses serveurs ou les loue chez un prestataire, et y a des accès privatifs.

Le modèle publicreste le plus avantageux et le plus utilisé. Il s’agit d’applications utilisables par tous et disponible à partir d’Internet tels que les services de Google (Google Apps for Business), Microsoft (Business Productivity Online Suite) ou encore le CRM SalesForce et les ERP SAP (SAP Business By Design) et Oracle, disponibles avec abonnement.

Le modèle hybride conjugue les deux modèles précédents : ce qui est critique est privé et le reste est public.

Et les inconvénients alors ?

Chaque nouvel usage a ses avantages et ses inconvénients, et dans le cas du Cloud Computing, les inconvénients restent surmontables compte-tenu des nombreux avantages. Il est vrai tout de même que le Cloud expose les utilisateurs au problème de serveurs, comme nous l’a montré Amazon le 21 avril derniers avec sa panne qui a causé la perte de 0,07% des données. Mais, aussi cru que cela puisse paraître, des crashs d’avion arrivent, on n’a pas arrêté de voler pour autant… il y a donc effectivement des risques à travailler en Cloud.

Autre problème déjà soulevé, la sécurité. Il est clair qu’avec toutes les histoires récentes de piratages (même la CIA en a fait les frais), il reste logique de remettre en cause la sécurité des données. Il faut tout de même savoir qu’il y a un cadre juridique bien défini quel que soit l’endroit de stockage, que les sociétés ont des logiciels de sauvegarde et qu’un piratage est très vite détecté.

Gardez en tête les propos de Philippe Jarre d’IBM : « Le Cloud, c’est l’avenir »

Laissez un avis

Envie d'entreprendre
Logo
Enable registration in settings - general