Nouvelles du front de l’emploi

Par Nicolas Thébault (chroniqueur exclusif) – Expert des réseaux professionnels

3 exemples édifiants des dérives  du recrutement,  en ces temps de pénurie de la demande, que nous font partager nos réseaux. 
Un
groupement de courtiers en assurance qui pioche dans la candidathèque
de Pôle emploi. L'annonce promet hauts revenus et autonomie, poste
ouvert aux débutants comme aux confirmés.
Il s'agit en fait de faire du
porte à porte avec votre propre véhicule, rémunération purement à la
commission. L'entreprise refuse de vous le dire avant une rencontre
physique. Vous ferez 100 bornes de plus pour rien. Si vous souhaitez en
savoir plus avant, on vous répond bizarrement que les postes sont de
toute façon déjà pourvus. 
Ne nous étonnons pas
ensuite que les français se méfient des assurances. L'attitude de cette
compagnie est assurément révoltante.
Un groupe
industriel présent dans l'équipement de la maison. Un candidat prend
des nouvelles de son dossier. —– vous êtes trop senior
– vous voulez dire trop vieux ?
– non, trop expérimenté 
– vous voulez dire trop cher ?
– oui … 
– qu'en savez  vous, nous n'avons pas parlé de mes prétentions, 
Je
comprends que ce groupe specialise en automatismes traitent ses
recrutements de la même façon que sa technologie, sans intervention
humaine.
Un groupe d'intérim présent désormais sur le marché du recrutement en Cdi. 
– monsieur x, avez vous commencé à travailler dans la société y
– pardonnez moi je ne vois pas 
– vous êtes bien monsieur x? Nous nous sommes rencontrés pour un recrutement 
– je suis bien monsieur x et vous avez reçu plusieurs réponses de ma part mais sauf erreur, vous n'y avez jamais réagi 
– ….. Oh pardon, je me suis trompé de dossier !
M'est
avis qu'il s'est aussi trompé de métier. Nous atteignons la un sommet
dans l'incompétence et l'indélicatesse. Ne même plus identifier un
candidat que l'on a vu pu pas.
Laissez un avis

Envie d'entreprendre
Logo
Enable registration in settings - general