Petite chronique boursière : « La seule certitude de 2018 »

Vincent_colotPar Vincent Colot (chroniqueur exclusif) – Analyste financier

Que vous souhaiter pour 2018 en matière de placements ?

Bien entendu, je pourrais vous souhaiter de trouver (enfin !) le produit financier idéal, à savoir celui qui, cette année, vous rapportera gros (en pouvoir d’achat, donc hors inflation) à coup sûr et pour un coût minimum.

Et pourtant, s’il y a une chose que je peux prévoir avec certitude pour cette année, c’est que ce produit ne verra pas le jour.

Pourquoi ?

Dans la majorité des publications financières, des « experts » vous ont déjà donné leurs meilleurs conseils d’investissement pour 2018. Soyez prudents et donc sceptiques ! Il n’y a aucune vertu magique à la période annuelle pour ce qui est des prévisions économiques ou financières. Ensuite, si ces conseils reposent sur des scénarii économiques spécifiques, soyez conscients que, très souvent, rien ne se passe exactement, y compris à court terme, comme le consensus l’avait prévu.  Il y aura, cette année encore, un lot de surprises. Si la majorité des économistes semblent pencher pour un scenario plutôt rose pour l’économie européenne, voire mondiale, un accident peut toujours survenir, notamment au vu des tensions géopolitiques et de l’accumulation continue des dettes. Quelques mauvais augures vont même jusqu’à pronostiquer un krach de grande ampleur pour cette année après, il est vrai, une période déjà longue favorable aux placements. De toute façon, une économie en forme n’est pas un gage assuré, loin s’en faut, d’une Bourse et d’actions en pleine forme, surtout lorsque les niveaux de valorisation sont déjà assez élevés, comme c’est le cas actuellement. Enfin, répétons-le : les cours boursiers ne tiennent pas seulement compte des événements de l’année en cours mais cherchent également à anticiper la suite.

Ensuite, même si les meilleurs outils d’analyse en matière de marchés financiers tiennent compte de la science, telle qu’elle est enseignée dans les universités, une certaine humilité reste de rigueur. La finance, en tant que discipline académique à part entière, ne compte, au mieux qu’un peu plus d’un demi-siècle d’existence. Tous les débats n’ont pas encore été tranchés et toutes les « vérités » peuvent être contestées. N’attendez pas de la finance les mêmes certitudes que, par exemple, de la physique. Il continuera donc d’exister, cette année et les suivantes, davantage de portefeuilles boursiers aux performances décevantes que de ponts qui s’écrouleront !   

Enfin, il ne peut pas exister UN produit financier (ni même une combinaison de produits financiers) idéal(e) qui serait identique pour tous les investisseurs. Si vous investissez, c’est que vous avez un objectif à plus ou moins long terme. Cela peut-être l’achat d’une maison, le financement des études de vos enfants ou encore la préparation de vos vieux jours (retraite). Et pour tendre vers cet objectif, vous pouvez être plus ou moins enclin à prendre certains risques. C’est cette rencontre entre votre horizon de placement et votre tolérance au risque, différente pour chaque individu, qui détermine le profil de votre portefeuille. Les nouvelles réglementations européennes sur les produits financiers, dites MiFid II, durcissent les contraintes à l’encontre des institutions qui commercialisent ces produits. Ainsi, si vous demandez à votre banquier un portefeuille de placements “défensif”, ce dernier devra impérativement contenir une part importante d’obligations. Attention, l’enfer peut, comme souvent, être pavé de bonnes intentions. Car est-il vraiment raisonnable de conseiller à un investisseur qui refuse le risque, des obligations, notamment via une sicav, à un moment où celles-ci sont largement considérées comme évoluant en pleine “bulle” du fait des agissements récents des banques centrales et alors que les taux d’intérêt frémissent à la hausse ?

Vous l’avez compris : cette année encore, je vous invite à garder les pieds sur terre. Restez à l’écart de tout produit miracle, surtout s’il est à la mode. Concentrez-vous sur vos objectifs financiers et le risque que vous êtes prêt à assumer pour les satisfaire. Et pour cela, ne vous contentez pas des vérités “officielles” : recherchez, consultez, réfléchissez !

Laissez un avis

Envie d'entreprendre
Logo
Enable registration in settings - general