Recrutement : et si vos collaborateurs vous donnaient un coup de main

Bertrand_duperrin
Par Bertrand Duperrin (chroniqueur exclusif) – Consultant en Management

En termes de recrutement on entend souvent le même discours : guère
évident de trouver les bonnes personnes, cela prend du temps
(notamment lorsqu’on a un besoin urgent sur un poste précis), on est
proches de la pénurie sur certains postes. Ca n’est pas l’apanage des
grandes entreprises : les PME, elles, souffrent souvent d’un manque de
visibilité qui les empêchent d’attirer certains types de profil.

A l’inverse, lorsqu’on demande à une personne qui son entreprise ou
son service recrute actuellement il est souvent bien en peine de le
dire. Et c’est bien dommage.

En effet chaque collaborateur, de par ses contacts, clients, anciens
collègues dispose d’un réseau. Rien de neuf, tout le monde le sait.
Par contre peu d’entreprises savent en tirer réellement parti, ou en
tout cas pas de manière systématique.

Rendre visible de tous les besoins en recrutement et inciter les
collaborateurs à activer leurs réseaux présente de nombreux avantages :

– on accède au marché dormant, ceux qui ne sont pas en recherche

– on accède à des personnes qui n’auraient pas prêté attention à une
annonce par méconnaissance de l’entreprise

– on s’épargne un tri laborieux : en discutannt avec leurs contacts
les collaborateurs présentent l’entreprise, son contexte, sa culture,
de manière beaucoup objective et crédible qu’une annonce. Si le
contact donne suite ce sera davantage en connaissance de cause. En
effet l’adéquation d’une personne à l’entreprise est une des choses
les plus difficiles à apprécier lors d’un processus de recrutement.

– on qualifie davantage : le collaborateur ne recommendera jamais une
personne dont il pense qu’elle n’est pas faite pour l’entreprise ou le
poste, question de crédibilité vis à vis de son employeur. De l’autre
son contact l’écoutera aussi avec davantage d’attention car il sait
que son interlocuteur engage également sa crédibilité par rapport à
lui. Ce double lien fondé sur la crédibilité professionnelle et n’a
rien a voir avec une quelconque forme de copinage (qui s’arrête là où
la responsabilité professionnelle commence…) est souvent gage de
sérieux.

– on gagne du temps : notamment dans les grandes entreprises aux
procédures assez lourdes, entre l’identification du besoin et les
premiers contacts on élimine une grande partie du temps du aux effets
de structures.

Les SSII qui ont souvent connu ces périodes de pénurie de main
d’oeuvre ont eu souvent recours à ces méthodes. D’autres grandes
entreprises également, prime à l’appui pour le salarié coopteur, mais
de manière inégale et souvent moins systématisée.

A l’heure où certains managers s’inquiètent de voir leurs
collaborateurs maintenir leur profil sur des plateformes de réseaux
sociaux professionnels comme LinkedIn ou Viadeo ils devraient, au
contraire, se demander comment faire de ces outils des opportunités
pour l’entreprise, demander à leurs équipes de maintenir leurs listes
de contacts à jour afin de pouvoir les activer rapidement le jour où
il sera question de chasser l’oiseau rare.

Cela implique également de donner, en interne, de la visibilité sur
les postes à pourvoir : celui qui connait la bonne personne n’est peut
être pas dans le service concerné. Mais un système de primes judicieux
pourra l’inciter à regarder les besoins et prendre les quelques
minutes qui feront peut être gagner des jours à son entreprise.

De toute manière ceux qui ne fonctionnent pas comme cela se feront de
plus en plus souvent doubler par ceux qui voient dans  leur réseau et
celui de leurs collaborateurs un atout au service de l’entreprise
plutôt qu’un danger potentiel.

Laissez un avis

Envie d'entreprendre
Logo
Enable registration in settings - general